Revues de presse

#8 Revue de presse (Carrefour) – 26 janvier 2018

Comme je le pressentais dans ma dernière revue de presse, c’est bien le cas de Carrefour qui anime l’actualité des organisations cette fois-ci : licenciements, fusions, conflits d’intérêts de ministres, questions sociétales…tout y est.

C’est donc le chapitre « licenciements collectifs » par lequel on commence. D’abord, factuellement : le groupe Carrefour supprime 1233 emplois en Belgique, 2400 en France. Voilà. À nous maintenant de bien nous représenter la réalité humaine derrière le chiffre.

shopping

Les grands magasins

Le caractère odieux d’une telle décision ne tient pas seulement dans la quantité (dont la cause demeure un système et non la « méchanceté » supposée de la Direction, fût-elle « étrangère »). Il y a mieux : Sabine Laruelle, membre du cabinet du ministre wallon de l’économie est aussi…administratrice chez Carrefour ! Ce qui repose une énième fois la question des « revolving doors » (pantouflage), c’est-à-dire des collusions d’intérêts entre les pouvoirs publics et le privé et le fait que ces hommes et femmes passent sans difficulté de l’un à l’autre – voire même en préparant ici ce qu’ils feront là-bas. Carrefour qui annonce aussi une prise de capital des chinois Tencent et Yonghui dans le groupe. Tout cela au moment où Ahold Delhaize annonce un chiffre d’affaires annuel en hausse de 26%. Eh oui, le capitalisme suppose des perdants et des gagnants. Tout cela au moment où Amazon Go ouvre son supermarché du futur, sans caisses, donc pratiquement sans personnel.

Mais Carrefour n’est pas le seul à virer du monde et à entamer des fusions. Roularta cherche à racheter les titres féminins de Sanoma qui, de son côté, va licencier 96 personnes ! Là encore, tous les ingrédients sont réunis, comme je l’explique dans mes articles « comprendre les fusions d’entreprises » : fusion égale licenciements, l’équation est inéluctable. La seule variable concerne le temps et la quantité…

Sinon, l’info de la semaine est sans aucun doute celle relayée par le journal « Le Soir » : la chaîne de fast-food US « Five guys » va ouvrir un restau à Anvers ! C’est trop cool, non ? Si vous voulez voir à quoi ressemble un article publicitaire journalistique qui a vraiment dû plaire au service marketing de ladite entreprise, lisez-le ici, ça vaut le détour.

Fusions / acquisitions / OPA / vente de départements / etc.

Bpost (Belgique) rachète Leen Menken Food, spécialisée dans l’e-commerce, après le rachat de Radial quelques semaines plus tôt. Pour une fois, le titre du journal Le Soir parle explicitement : « Bpost, poursuivre son expansion pour éviter d’être une proie ». Si ce titre vous interpelle, vous pouvez toujours lire ces articles très éclairants. Réponse du rachat par Kinepolis de cinémas aux Pays-Bas la semaine passée, c’est aujourd’hui les Néerlandais qui rachètent le Woluwé Shopping Center. Ils investissent donc à long terme dans les possibilités commerciales de l’Urbex, façon « futur » chancre abandonné.

Alors que TUIfly recrute en Belgique et que Lufthansa n’en finit plus de grossir sur les cendres d’Air Berlin, Air France-KLM (née d’une précédente fusion), avec Easyjet, cherche à reprendre Alitalia. Oui, je confirme que ça ressemble à un scénario d’un opéra de Verdi, l’esthétique en moins. Amazon confirme sa place dans le secteur de la distribution, en 4ème place du top 10 mondial, bientôt deuxième, après avoir « mangé » récemment Wholefood.

Bacardi rachète Tequila Patron pour 5.1 milliards de $, le groupe français Sanofi rachète l’US Bioverativ pour 11.6 milliards de $ mais ne convainc pas la bourse puisque le titre chute de 3%. Nestlé vend ses activités de confiserie à Ferrero qui grossit, grossit après l’achat récent de Ferrara en octobre. Comme je le rappelle souvent dans ces cas-là, il s’agit pour deux grosses entreprises de supprimer la concurrence qui les lie. Il est à parier que, du coup, Nestlé va « renforcer » les départements qu’elle garde par d’autres achats.

Travail

Le bras de fer entre les coursiers Deliveroo et la Direction continue. Les cyclistes de la pourtant si belle « économie collaborative » (ils viennent d’avoir leur agrément) promettent une grève « au finish ». Sont jamais contents. Il doit s’agir de la jeunesse gâtée (donc forcément gâteuse, réac’ et qui ne comprend pas pourquoi c’est si magnifique de se faire exploiter dans la si magnifique startup nation). Entre-temps, les chiffres de Deliveroo continuent de grimper – ce qui me fait une nouvelle fois dire, après l’avoir exprimé avec Ryanair, que les Bad Buzz ont finalement très peu d’impact sur la viabilité d’une entreprise, n’en déplaisent aux marketeux qui pensent que « l’image d’une entreprise » est un concept sensé. Pour une déconstruction intello mais intéressante de ce concept, voir l’article de Le Moenne.

Oxfam et achACT ont manifesté devant le Primark de Bruxelles pour dénoncer le manque de transparence dans le secteur du textile. Comprenez : y’a des esclaves, femmes et enfants, maltraités pour nous vêtir et ce serait bien qu’on y pense quand on achète un t-shirt à cinq balles.

<bonnes nouvelles ON>

Et, tant qu’on y est, on peut se demander si faire la grève a encore du sens. Eh bien, allez demander aux éboueurs de Veolia ou aux étudiants de Brighton, victorieux comme le relate le journal « des bonnes nouvelles ». Ils vous diront que, sans aucun doute, la grève est le moyen de lutte par excellence (et ajouteront, peut-être, que le dernier acquis social en France date de…1998 !) Auquel il faudra peut-être ajouter l’occupation, comme avec les ZAD (zones à défendre), puisqu’on vient d’apprendre que le projet anti-écologique d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes a été officiellement abandonné.

<\bonnes nouvelles OFF>

Divers

L’affaire Lactalis, le lait pour nourrissons gonflé à la salmonellose. 83 pays concernés, 12 millions de boîtes. Olé. Condamnation du lanceur d’alerte de Luxleaks annulée en cassation. En Belgique, alors que le pacte énergétique prévoit la sortie du nucléaire en 2025, le gouvernement prévoit aussi la construction d’une nouvelle centrale pour 2040. Ce gouvernement fait mieux que Chuck Norris : il dément le principe de non-contradiction en une seule mesure, être et ne pas être en même temps. On rit, on pleure ? On fait quoi ?

140 millions d’€ avaient été également dépensés pour de nouveaux hélicoptères de combat (nécessaires pour aller botter les fesses de méchants dictateurs je suppose). Le problème ? Ils sont défectueux et restent au sol. Normal, quoi. Au même moment, on apprend que ce sont les États-Uniens de Lockheed Martin Corp qui auraient gagné le marché public sur le remplacement des F-16 (la saga de ces derniers mois). L’État belge débourserait 6.53 milliards d’€ pour ça, soit près de deux fois plus que ce qui était prévu ! C’est aussi plus que ce que débourse l’Onem pour les allocations de chômage… Chacun pourra mesurer l’ignominie d’une telle dépense dont l’objectif est de semer la mort.

Dans la série « on se fout de nous », la dernière mise à jour de l’Iphone le re-ralentit ! Et la mise à jour des moteurs Volkswagen suite au Dieselgate les fait perdre en performance. À zéro je roucoule, 3-2-1, zé-rrrrrrrooouuu !

130 Belges se sont « fiscalement » évadés à Monaco tandis que l’Union Européenne s’apprête à enlever 7 pays de la liste des paradis fiscaux – dont le Panama (le même que celui des Panama Papers !) Bah oui, faut pas fâcher les amis. Je suppose que là non plus, ce n’est pas de la fraude mais de « l’optimisation ». Ou de la « real politic » comme ils aiment dire…

Coca-Cola sort « Fuze tea ». C’est quoi ? J’en sais rien, je m’en fiche et je leur ferai pas de pub, en fait. Sauf que c’est un bel exemple d’une entreprise qui se diversifie au maximum pour être présent sur tous les marchés, ici de la boisson fraîche et sodas. Rappelez-vous : l’eau de Chaudfontaine, c’est aussi Coca-Cola !

Pendant ce temps, Google persiste et signe dans sa censure des sites de gauche. Le Blog du radis n’apparaîtra vraisemblablement jamais dans Google news puisque même des journalistes aussi prestigieux que Chris Hedges (prix Pulitzer) y sont désormais non grata. Dans le même genre, Facebook a accédé à toutes les demandes d’Israël pour supprimer les comptes d’opposants palestiniens…

Maintenant que vous savez tout, vous pouvez reprendre une activité normale, à coup de lunettes noires, de boules Quies et de téléréalité.

Par défaut
Revues de presse

#7 Revue de presse (le retour)

C’est la reprise avec la première revue de presse de 2018. Et ça décape.

Au chapitre des fusions, rachats, etc., déjà beaucoup d’infos. Je vous engage très vivement à jeter un œil à ma série « comprendre les fusions d’entreprises » pour être averti sur ce qui suit.

En Belgique, IBA (protonthérapie) a perdu un tiers de sa valeur. Eh oui, pas facile de jouer au bœuf capitaliste quand on n’est encore qu’une grenouille. Surtout après avoir vendu du rêve l’an passé puis avoir dû licencier massivement cette année-ci. Telenet pourrait bien avoir des appétits sur Voo. Novo Nordisk cherche à racheter la société belge Ablynx, moyennement motivée par l’affaire. Négociations également en suspens pour le rachat de Dole par le Belge Greenyard. Par contre, Kinepolis rachète bien « des » cinémas aux Pays-Bas. Enfin, la société japonaise Takeda cherche à racheter la biotech belge TIGenix.

newyear

Menu de l’année nouvelle

Henri Selmer Paris, leader du saxophone haut de gamme, a été cédé au fond Argos Soditic. Finie l’entreprise familiale, le capitalisme aura eu sa peau, toujours la même musique en somme. Le géant Quicksilver (mon adolescence) rachète Billabong. Et paf. Volkswagen s’allie avec Aurora pour les voitures autonomes, Thomas Cook et Lufthansa rachètent les miettes d’Air Berlin. Ces dernières semaines ont aussi vu la naissance d’un « géant » des jeux en ligne, avec GVC qui a racheté Ladbrokes Coral. Suite à la fusion Airbus/Bombardier, Boeing était obligé de répondre et cherche à racheter le Brésilien Embraer…qui fait de la résistance. Les analystes de Citigroup voient bien Apple avaler prochainement Netflix. Et là, on vous parlera encore une fois de la naissance d’un géant. Si Rabelais était vivant aujourd’hui, c’est la pomme qui mangerait Gargantua.

Enfin, last but not least, Trump vient d’autoriser le forage sur 90% du territoire côtier des USA, contre 6% précédemment. Pour créer quoi ? Une superpuissance énergétique. C’est la Pachamama qui va être content à force de roter du gaz…

Licenciements collectifs / embauches

D’abord une bonne nouvelle, les licenciements collectifs ont été en forte baisse en 2017. Évidemment, quand on suit cette actualité-là au quotidien, on a l’enthousiasme modeste : si c’était en baisse en 2017, faut pas demander ce que c’était avant. Et puis garder son esprit critique aussi. Ces chiffres-là ne disent rien des non-engagements, des départs non remplacés, de ce qui se passe à l’étranger, etc.

D’ailleurs – ne soyez pas schizophrènes – voyons ce que l’actu nous dit à ce propos. D’abord, et c’est tout neuf d’aujourd’hui, on craint le pire pour Carrefour en termes d’emplois. Le groupe risque d’annoncer des licenciements collectifs prochainement. Toujours pas, non plus, de repreneurs pour le site de Caterpillar. Ensuite, un total de 10.831 faillites ont été prononcées en 2017 (augmentation de près de 8% par rapport à 2016). Bah alors, ça ne vous dit plus rien le « tout à l’entrepreneuriat » ? Rah, ce que vous pouvez être passif ! En 2018 et 2019, 1300 membres du personnel de la Défense seront « affectés » (comme « affection » au sens de maladie, hein, pas au sens de « free hug ») par une restructuration. Déjà qu’ils avaient privatisé la sécurité de certaines bases (ô ironie du sort !) Et on voit la création d’une coopérative à Herstal, par ceux-là mêmes qui avaient été licenciés collectivement. Comme je le rappelais dans ce texte, se constituer en coopérative n’implique pas de pouvoir se soustraire aux lois du marché, de la concurrence et des rachats en tout genre. Ils risquent d’en faire l’amère expérience.

Go Pro supprime plus de 20% de ses effectifs (250 personnes) et retire son drone du marché. Le capitalisme, c’est comme la musculation : pour être imposant, il faut savoir alterner périodes de prises de poids et périodes de sèches. Preuve en est aussi avec Allergan (pharmacologie, connue pour le Botox) qui supprime un millier d’emplois.

Mais en même temps…on nous annonce que Lufthansa va embaucher en quantité (tu m’étonnes, c’est plus une compagnie aérienne, ça devient Pac-Man à force de manger tout ce qui est sur son chemin…) On nous annonce aussi un taux de chômage allemand au plus bas depuis les années 1990 (tu m’étonnes, avec des jobs à 1€ pour les chômeurs longue durée et les migrants, t’as intérêt à accepter tout et n’importe quoi, à commencer par l’humiliation). Et on annonce une pénurie de main d’œuvre en Belgique pour l’année qui vient. Bonne nouvelle ? Attendez ! De quoi parle-t-on ? Des ingénieurs hautement qualifiés d’une part, des travailleurs très peu qualifiés d’autre part ! Vous en tirerez les conclusions tout seuls sur le « ventre mou » du marché de l’emploi…

On aura beaucoup parlé de l’extrême richesse des riches d’entre les riches ces dernières semaines avec une croissance de 23% de la fortune des 500 plus riches sur terre en seulement un an ! Pas seulement Jeff Bezos (CEO d’Amazon) qui a détrôné Bill Gates à ce jeu…mais souligner aussi que nos patrons du Bel 20 sont eux de mieux en mieux payés (on s’inquiétait pour eux !) Ainsi, ce « Jackpot day » du 10 janvier, les patrons du Bel 20 auront déjà gagné en dix jours ce qu’un travailleur moyen gagne en un an.

Oui, je sais, c’est normal, ils ont plus de res-pon-sa-bi-li-tés. Contrairement, mettons, au hasard, à une sage-femme, un ouvrier du gaz ou un instituteur. Balzac disait que derrière chaque grande fortune se cache un crime. Je dirais même qu’il y en a plusieurs. À méditer au moment où on rappelle dans un livre que Ferdinand Porsche s’est allègrement servi du système nazi, que, la même semaine, Volkswagen reconnaît avoir dénoncé des opposants politiques à la dictature militaire brésilienne – toujours dans le but de maximiser les profits évidemment – et que, en Chine, Samsung est visé par une plainte pour violations des Droits de l’Homme (des mômes au travail).

Dans la famille « rapport aux nouvelles technologies », Zuckerberg présente ses excuses quant aux « fake news » qui pulluleraient sur Facebook, Macron veut les punir par la loi… J’ai tellement hâte d’assister aux tribunaux de la Vérité qui m’expliqueront pourquoi les armes de destruction massive ce n’était pas une « fake news » et pourquoi le Blog du Radis en est rempli. Le bitcoin joue au yo-yo. C’est pas une info en soi, mais c’est l’occasion de (re)lire l’article que j’avais publié à ce sujet. Si vous voulez voir à quoi ressemble cette instabilité en direct, vous pouvez aller voir ici. Les failles informatiques des micro-processeurs d’Intel rendent suspecte la vente par son CEO d’un gros paquet d’actions de son entreprise alors qu’il était vraisemblablement déjà au courant du problème. Délit d’initiés donc. C’est élégant. Et pas une semaine sans parler de Google dont on apprenait récemment qu’à travers sa maison-mère Alphabet, ils avaient planqué 16 milliards d’€ aux Bermudes, via une société écran, échappant de cette façon à l’impôt.

De bonnes semaines aussi en termes d’obsolescence programmée : des actions sont entreprises à Paris contre Apple, et Epson se trouve aussi dans le collimateur de la justice. Sachez donc que vos vieux Iphones ont été intentionnellement ralentis pour vous en faire acheter un nouveau. C’est élégant, bis. Pendant ce temps, Fiat Chrysler rappelle 1.8 millions de pick-ups et Aldi rappelle des amuse-bouches à cause de la présence de Listeria. Miam, miam.

Et comment être sûr que nous, les gens, ne posions pas trop de questions et n’y comprenions rien aux mécanismes fondamentaux qui sont à l’œuvre derrière ces anecdotes ? En assurant que les études universitaires en économie continuent ad nauseam leur même refrain libéral et capitaliste, en reléguant – au mieux – dans les marges, toute théorie contradictoire. Il fût une époque où ce cher Althusser appelait ça des « appareils idéologiques d’État ». Mais c’était y’a longtemps, et le gars était néo-marxiste. De quoi perdre toute sa crédibilité, non ?!

Bonne semaine, vive 2018, joie, santé, hauts les cœurs.

***

Merci au tipeur grunge_puppet_fatal86 !
Pour vous aussi soutenir le blog du radis : c’est ici 

Par défaut
Analyses

Comprendre les fusions d’entreprises (partie 4)

Pour la partie 1, voir ici
Pour la partie 2, voir ici
Pour la partie 3, voir ici

  • Et en attendant, on nous suggère des tas de « pseudo-solutions » qui donnent l’impression que ça ira quand même…
  • Encore une chose dont on parlera plus tard, les solutions ?
  • Oui ! Mais tu remarqueras qu’il y a deux sujets que j’avais reportés et qu’on a déjà abordés : le fait que les fusions d’entreprises créent de la misère – or on a notamment parlé des licenciements collectifs – et le fait que les fusions d’entreprises, et donc la tendance « monopoliste » du capitalisme, ne représentent qu’une étape parmi d’autres – or on a maintenant parlé des délocalisations, du bon usage de l’immigration, de la flexibilité au travail, etc.
  • Je le reconnais bien volontiers. Mais il y a une chose dont on n’avait pas parlé et qui me semble super importante, c’est la question de la concurrence. Dans mon esprit, des entreprises qui se font concurrence, c’est positif pour tout le monde.
ping_pong

Ping-Pong, qui va gagner la compétition?

  • Pour moi, c’est un « faux choix ». On aurait tendance à croire que la concurrence est bonne, puisque je critique ici la tendance au monopole depuis le début de notre conversation…
  • En effet.
  • Mais ce serait mal me comprendre.
  • Comment ça ?
  • Ce que je critique, fondamentalement, c’est le caractère libre du marché, et la propriété privée.
  • Tu me fais peur là. Tu voudrais que le marché ne soit pas libre ? Tu es contre la liberté ?
  • Je ne suis pas contre le principe de liberté, j’y suis même très attaché. Mais comme j’ai pu le montrer, la liberté appliquée aux choix économiques crée la misère dont on parle depuis le début. Je t’ai montré aussi qu’avec une propriété qui ne soit pas privée, mais publique, on n’aurait pas la nécessité de faire des profits qui est la mère de tous les problèmes.
  • Donc une propriété de l’État ?
  • Appelle-le « État » si tu veux, après tout c’est le seul mot « adapté » pour l’instant. Pour tout ce qui concerne les besoins fondamentaux des gens : l’énergie, les transports, l’agriculture, les télécommunications, l’eau, la sécurité, etc.
  • Mais ne pourrait-on pas arriver au même genre de résultats avec une « vraie » concurrence ? Je veux dire que si les entreprises se battent « loyalement », elles devront nécessairement faire de mieux en mieux et de moins en moins cher, tout bénéfice pour tout le monde, non ?
  • Pour tout le monde ? Comment fait-on de moins en moins cher à part en licenciant, en réduisant les salaires, etc. ? Quant au « de mieux en mieux », ce n’est simplement pas vrai.
  • Quoi ? L’obsolescence programmée ?
  • Par exemple, oui. Apple vient de se faire prendre la main dans le sac à réduire intentionnellement la vitesse de ses anciens Iphone. Et les imprimantes Epson sont sous le coup d’une enquête judiciaire pour des raisons similaires. Puis on a pas suffisamment parlé des scandales de falsification de données techniques par Toray, Kobe Steel ou encore Mitsubishi (excuse du peu !) sur leurs matériaux. Du coup, on va prendre l’avion, rouler dans des voitures, etc. dont la fiabilité des matériaux ne correspond pas à ce qu’elle devrait être sur papier. Rassurant, non ?
  • Oui, bon, tu as raison. Et ils font ça pourquoi ? Pour obliger les gens à acheter à chaque fois de nouveaux produits ? Ou pour en vendre plus et moins cher en diminuant les coûts ?
  • T’as tout compris. Pour garantir leurs futurs profits. C’est toujours le même principe. Et, à nouveau, ce n’est pas par méchanceté. C’est pour survivre.
  • Donc une « vraie concurrence » est inutile ?
  • Qu’appelles-tu « vraie concurrence » ?
  • Bah une concurrence qui ne se traduit pas en tendance monopolistique… Et qui soit « libre » et « non faussée » !
  • Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que cette concurrence-là n’existe qu’en théorie. En pratique, non. Et on ne peut évacuer le processus économique sous-jacent qui va vers une concentration, vers des fusions.
  • C’est obscur.
  • Imagine qu’un nouveau marché s’ouvre. Comme le marché d’Internet il y a quelques années. En une fois, beaucoup d’acteurs économiques se précipitent sur ce marché pour faire du business. Un regard extérieur pourrait se dire : « Voilà une véritable illustration d’un marché où la concurrence est libre et non faussée ».
  • Et ce ne serait pas le cas?
  • Libre, sans aucun doute. Non faussée, j’en doute. Chaque acteur vient avec ses capitaux qu’il a acquis par ailleurs, son expérience, ses talents, ses avantages fiscaux selon l’endroit où il est et où il va, etc. Bref, très rapidement, le marché va se concentrer et, 30 ans plus tard, pour faire simple, il ne restera que les GAFAM : Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft.
  • D’accord, ça c’est le mécanisme qu’on a vu et revu.
  • Et ce n’est pas tout !
  • Il y a pire encore ?
  • Une fois que les marchés sont concentrés, non seulement la concurrence est objectivement réduite à néant mais elle est en plus jetée à la poubelle par ce qu’on appelle des cartels, c’est-à-dire des accords sur les prix, par exemple.
  • Ah, ça c’est un sujet que tu m’avais dit qu’on aborderait !
  • Et les accords entre grosses entreprises ne s’arrêtent pas aux prix – même si on en sait quelque chose en Belgique, rien que pour les opérateurs téléphoniques ! Les constructeurs automobiles allemands ont aussi vraisemblablement collaboré sur les logiciels permettant de truquer les tests pollution de leurs voitures.
  • Ce qui est fou, c’est que ces accords n’annulent pas pour autant des stratégies véritablement concurrentielles. Tout est valable, en même temps !
  • C’est très juste. Non seulement ils veulent profiter de se mettre d’accord entre eux, mais en plus par ailleurs ils usent de tous les moyens pour gagner sur les autres.
  • Comme par exemple ?
  • Eh bien, on le sait, les entreprises les plus grosses n’hésiteront pas à profiter des lois sociales très laxistes dans certains autres pays. Ce qui mène à un véritable esclavage moderne. Il y a eu ce building abritant des ateliers de production pour Benetton et d’autres marques, au Bangladesh, qui s’était écroulé. On peut dire que la famille de Bernard-Henri Lévy, pour le commerce du bois, est une famille d’esclavagistes. Pareil pour Bolloré. Pareil pour les entreprises d’extraction de minerais au Congo. Si les gens avaient conscience de ce qui passait là-bas… Mais on préfère ne pas savoir.
  • Dans ce que tu dis, il y a deux choses : l’exploitation des gens et l’exploitation des matières premières.
  • En effet. Esclavagisme, colonialisme, néo-esclavagisme, néo-colonialisme : tout ça ressort des mêmes principes fondateurs, l’obligation de faire des profits.
  • Sans compter qu’on n’exploite pas que les gens et les sols, mais aussi tout l’environnement et même les animaux !
  • Bien entendu, pas besoin de rappeler le changement climatique, le cheptel de poissons qui diminue, les tortues qui disparaissent prises dans les filets de la pêche en eaux profondes, l’élevage industriel. Je dis ça je dis rien mais le génome du cochon est particulièrement proche de celui de l’Homme. Dès qu’on a essayé de distinguer complètement l’Homme de l’animal, on s’est retrouvé dans l’embarras. Il y a des animaux qui n’ont pas de cordes vocales adaptées mais qui sont capables de rudiments de langage et de grammaire – comme certains grands singes, une catégorie dont nous faisons partie ! Des animaux rient, aiment, etc.
  • Tu vas te la jouer Vegan ?!
  • Chacun « joue » la partition qu’il veut sur ce point. Je pense juste – point Godwin ! – que si on ne peut accepter des camps d’extermination pour des êtres vivants comme les humains, il n’y a pas de raison objective de l’accepter pour d’autres espèces. Je ne suis pas opposé au fait de manger de l’animal, après tout on est loin d’être la seule espèce à le faire, mais le processus de mise à mort industriel, avec son cortège de souffrance, me paraît indigne de ceux qui ont fait du substantif « homme », le substantif « humanité ».
  • Par rapport à l’environnement, tu ne crois pas que l’innovation technologique va permettre de s’en sortir ?
  • Je veux bien y croire, mais pour l’instant c’est un vœu pieux. Regarde par exemple l’informatique : son coût environnemental est tout simplement prodigieux. On parle de « clouds » comme si les données flottaient dans les airs ! C’est complètement stupide. Des fermes de serveurs immenses consomment une énergie gigantesque pour stocker des vidéos de chatons sur Youtube.
  • Tu deviens réac, là !
  • Non, je fais un peu de provoc. Elle devient longue cette discussion ! Je dis une chose : puisqu’on nous promet que les nouvelles technologies pourront amener de la croissance et des profits « propres », faisons un moratoire de l’industrie polluante jusqu’à ce qu’on y arrive. On arrête les frais, basta !
  • Ça n’est pas possible et tu le sais…
  • Et pourquoi donc ?
  • Parce que toute l’économie s’écroulerait.
  • Et pourquoi s’écroulerait-elle ?
  • C’est toi qui me l’as expliqué, parce qu’elle est obligé de faire du profit.
  • Voilà, tu fais les inférences tout seul maintenant !

Suite dans la partie 5.

***

Merci au tipeur grunge_puppet_fatal86 !
Pour vous aussi soutenir le blog du radis : c’est ici 

Par défaut
Analyses

Comprendre les fusions d’entreprises (partie 3)

Pour la partie 1, voir ici.
Pour la partie 2, voir ici.

  • Dans les propositions de loi actuelles, la réduction du temps de travail n’est proposée que dans le but d’augmenter encore la flexibilité des travailleurs, comme on le voit chez Auto 5. Il faut voir aussi si ça se traduit effectivement en nouvelles embauches. Pour l’instant, je reste sceptique.
  • Et pourquoi pas ?
  • Parce qu’on se rend compte que, jusqu’ici, même les « cadeaux » aux entreprises ne se traduisent pas en nouvelles embauches.
  • Quels cadeaux ?
  • Par exemple la baisse de ce qu’ils appellent les « charges sociales ».
unemployed

Huttes de fortune pour chômeurs à la rue

  • Il y a beaucoup d’infos en une fois. D’abord, pourquoi tu mets des guillemets autour de « charges sociales » ? Ensuite, tu ne vas quand même pas me dire que les entreprises ne paient pas trop de charges et trop d’impôts ? Mon frère est indépendant, il est saigné à blanc par l’État. Je te suis jusqu’ici, mais là, ça me gonfle. À vous entendre, à gauche, vous défendez toujours les employés, les ouvriers et jamais ceux qui prennent des risques.
  • Ok, ok. Une chose à la fois. Je réponds à ta première question : je mets « charges sociales » entre guillemets parce que ce ne sont en fait pas des « charges », c’est un salaire indirect.
  • Pardon ?
  • Ces cotisations te permettent, si tu as un souci un jour, d’être assuré. Et comme tout le monde n’a pas les mêmes soucis, ni en même temps, ni de façon absolue, eh bien ce salaire « solidaire » permet à chacun d’être protégé de la même façon, indépendamment de son cas particulier. D’ailleurs, ces patrons râlent moins quand c’est eux qui sont en burnout et qu’ils jouissent de la sécurité sociale.
  • D’accord, je comprends l’argument. Mais tu vas pas me dire que toutes ces charges ne sont pas exagérées quand même…
  • Ça dépend pour qui !
  • Comment ça ?
  • Eh bien, la Belgique par exemple est un des pays les plus taxés…pour les petits ! Les petits comme les ouvriers, les employés, mais aussi les petits indépendants, les petits patrons.
  • …mais pas pour les multinationales ou les très riches, c’est ça ?
  • Dans ce cas, la Belgique est plutôt un paradis fiscal.
  • Si je comprends bien, ça veut dire qu’en réalité, les patrons de PME ou de TPE partagent plus d’intérêt avec leurs employés et ouvriers qu’avec les gros patrons ?
  • C’est tout à fait ça. Les partis de droite s’efforcent bien de cacher cette collusion d’intérêts et de présenter toujours un programme dans lequel on pourrait croire que les « charges » vont diminuer pour tout le monde. Si les petits patrons se mettaient « avec » les ouvriers, employés, chômeurs, etc., ils constitueraient une force sociale énorme !
  • Puis, quand j’y pense, un indépendant qui bosse tout seul comme un dingue, peut-être que ça le rassure de savoir qu’il est « patron », mais il est en même temps son propre employé…et son ouvrier ! Bon, en même temps, le chantage aux délocalisations par les grosses boîtes qui ne veulent pas payer ces « charges sociales », il est en revanche bien réel, lui !
  • Ça, c’est sûr. Une des raisons pour lesquelles le rapport de forces entre les syndicats et le patronat est tellement en défaveur des « petits ». Cela dit, il n’y a pas que la délocalisation qui est possible, on peut aussi faire venir une main d’œuvre bon marché !
  • Comme la nouvelle directive sur le travail détaché ?
  • Par exemple, oui. L’immigration, aussi. On fait venir des gens quand on a besoin de main d’œuvre, comme dans les années ‘60, ou on profite des migrants qui sont là et qu’on sous-paie parce que, de toute façon, ils n’iront pas se plaindre. Je me souviens que le syndicat des patrons flamand, le Voka, s’était prononcé en faveur de l’immigration, précisément pour cette raison.
  • Donc, quand les patrons et autres politiques se prononcent contre l’immigration, c’est comme pour le chômage, de l’hypocrisie ?
  • Dans les deux cas, ils en profitent. Mais, attention, ils ne sont en faveur de cette immigration que dans la mesure où ils peuvent encore plus compresser les salaires.
  • C’est-à-dire ?
  • Eh bien, si ces immigrés ont un statut semblable aux Belges, ils devront être payés pareil. Et là, ça n’intéresse plus les patrons ! Il faut que ce soit une main d’œuvre illégale, corvéable à merci.
  • Je comprends bien tout ça, mais alors pourquoi Théo Francken renvoie les immigrés dans leur pays avec autant de violence si son intérêt est plutôt de les garder ?
  • Excellente question. Bon, avec toutes les guerres et les désastres environnementaux, on a un vrai « roulement » de l’immigration. Du coup, on en profite tandis qu’ils sont en situation d’illégalité, et on les remballe quand il faut se prononcer et éventuellement leur donner les mêmes droits qu’aux autres citoyens.
  • Je vois. C’est absolument horrible. Ça répond aussi à d’autres objectifs de les remballer ?
  • Ça donne l’impression aux citoyens qu’on les écoute, parce qu’on ne peut pas « accueillir toute la misère du monde ». Ça répond aussi aux préjugés racistes. Et, finalement, ça évite de se demander pourquoi tous ces gens se retrouvent chez nous…
  • Ok, ça fait beaucoup. La question des causes des migrations, je propose qu’on laisse ça pour plus tard.
  • C’est toi qui le dis !
  • Par contre, le coup de toute la misère du monde, il y a une part de vrai là-dedans, non ?
  • De toute façon, il faut vraiment relativiser « toute la misère du monde ». La misère du monde, elle se contente à 90% des cas de rester bien sagement chez elle. L’immigration est avant tout régionale, entre pays limitrophes. Pour le reste, difficile à dire. Je suppose que ça dépend des « marchés ». L’idée selon laquelle les étrangers prendraient notre boulot me fait rire…jaune, quand on voit la discrimination à tous les étages. Si ce sont des jobs dont les Belges ne veulent pas, l’argument tient-il toujours ? Si on sait qu’on aura du mal à payer les pensions plus tard et donc qu’on a besoin de plus de travailleurs, l’argument tient-il toujours ?
  • Et ça, c’est seulement si cette main d’œuvre devient légale…
  • Tout à fait. Ce qui est sûr, c’est que monter les « petites gens » les uns contre les autres, à coup d’instrumentalisation raciste, ça permet d’éviter que ces gens justement se mettent ensemble pour avoir des revendications.
  • Comme pour la collusion d’intérêts entre petits patrons, employés et ouvriers ?
  • Voilà. Marx et Engels avaient remarqué que le racisme anti-Irlandais par les Anglais était très pratique. Diviser pour régner. Tant qu’ils se battaient les uns contre les autres, les gros patrons, eux, étaient tranquilles.
  • Dis, à ce stade, il y a une chose dont je ne suis plus très sûr. Tu m’as dit au tout début de cette conversation que les entreprises fusionnaient pour « survivre ». Si elles ne grossissent pas, d’autres qui se trouvent sur le même marché qu’elles, par exemple le marché des magasins de chaussures, grossiraient à leur place et les avaleraient.
  • Oui.
  • C’est ce même mécanisme qui est à l’œuvre quand on parle immigration, charges sociales, flexibilité, etc. ?
  • Oui, exactement le même. En fait, quand on dit qu’une entreprise doit « grossir » pour survivre, ce n’est pas simplement grossir en taille. Ça veut juste dire qu’elle doit constamment augmenter ses profits, gagner de plus en plus. Racheter une autre entreprise est un des moyens, la porte d’entrée de notre discussion. Mais il faut bien comprendre que ce n’est qu’un moyen parmi d’autres. Chercher à diminuer les charges sociales en est un aussi, baisser les salaires idem, augmenter la flexibilité itou !
  • Sauf que toutes les entreprises font pareil, donc l’avantage concurrentiel gagné ne l’est que pour un court moment, et l’ensemble des conditions de tous se dégrade !
  • Tout à fait, c’est une sorte de fuite en avant qui ne peut mener qu’au désastre. Mais attention, ce désastre, c’est déjà maintenant. Pas besoin de penser que ce sera pour plus tard. Tout ça se fait progressivement, suffisamment progressivement pour qu’on râle un peu à chaque coup porté à nos conditions de vie, à notre éthique sans pour autant déclencher une révolution.
  • C’est l’histoire de la grenouille qui se laisse ébouillanter si on la plonge d’abord dans de l’eau froide qu’on réchauffe petit à petit…
  • Oui, j’utilise souvent cette image. J’avais même rédigé une des premières versions de l’article Wikipédia qui raconte cette anecdote ! Et en attendant, on nous suggère des tas de « pseudo-solutions » qui donnent l’impression que ça ira quand même…

Suite dans la partie 4.

***

Merci au tipeur grunge_puppet_fatal86 !
Pour vous aussi soutenir le blog du radis : c’est ici 

Par défaut
Analyses

Comprendre les fusions d’entreprises (partie 2)

Le début du dialogue est disponible ici.

  • …ce sont toujours les mêmes acteurs économiques au final qui prennent du poids au détriment des autres en rachetant, en fusionnant, en grossissant.
  • Au détriment des autres ?
  • Et ils sont nombreux !
  • C’est ce qui m’intéresse justement. Les conséquences sociales, les conséquences concrètes des fusions. Mais avant de les aborder, je voudrais encore comprendre quelque chose. S’il y a un telle « tendance monopolistique » depuis si longtemps, comment se fait-il qu’il n’y ait pas que des monopoles aujourd’hui ?
monopole

Le linge Monopole supprime le blanchissage, pas le blanchiment, nuance!

  • Très bonne question. Je vois deux raisons essentielles : d’abord parce que comme le marché est libre, de nouvelles entreprises continuent d’être créées tout le temps – quitte à être « avalées » plus tard. D’autre part, il existe des « autorités de la concurrence », censées empêcher les monopoles.
  • Ah, c’est bien ce que je pensais ! On peut donc réguler la « tendance monopolistique ». Et faire en sorte que ce ne soit pas un problème.
  • Ce serait magnifique mais, non, ce n’est pas comme ça que ça se passe. Si on régulait vraiment, le marché ne serait plus libre, comme je l’expliquais plus haut.
  • Heu… Je suis perdu. À quoi sert-elle cette régulation alors ?
  • À empêcher que le système se casse la figure. Imagine un secteur de l’économie dirigé par un monopole, que se passerait-il ?
  • Il aurait tout pouvoir d’augmenter les prix, d’exploiter les travailleurs, de fournir des objets de mauvaise qualité, etc. En somme, c’est ce qu’ils font déjà !
  • J’apprécie le sarcasme mais, non, ce n’est pas tout à fait ce qu’ils font. Le laptop sur lequel travaille le schizophrène qui rédige ces lignes fonctionne plutôt bien jusqu’ici…
  • D’accord, bon, j’exagère un peu. Dans un système de monopole complet détenu par le privé, ce serait encore pire, c’est ça ?
  • Et ce n’est pas tout. Il faudrait imaginer ce scénario étendu à tous les marchés. Pas seulement les chaussures dont on parlait tout à l’heure, mais l’énergie, les transports, l’agriculture, les télécommunications, etc.
  • Et ça change quelque chose que ce soient des monopoles privés ou publics ? Ou c’est juste de la vraie concurrence qu’il faut ?
  • Très bonne question. On peut préciser : tant qu’il n’y a pas un seul monopole privé qui maîtrise tous les marchés, un peu comme dans un scénario de science-fiction, chaque monopole lié à un marché doit continuer à faire des profits et essayer de se diversifier pour entrer sur un nouveau marché. On laisse pour l’instant la question de la « vraie concurrence », mais j’y reviendrai, promis.
  • Donc pour éviter que ce soit un autre monopole d’un autre marché qui fasse pareil avec lui ?
  • On est dans le même principe que tout à l’heure, mais à l’échelle de tous les marchés. D’ailleurs, cette diversification existe déjà. Tu te souviens de l’importateur de voitures d’Ieteren qui a racheté les cahiers Moleskine ! La papeterie et les voitures, ça n’a aucun rapport ! C’est juste pour grossir.
  • D’accord. Et c’est différent pour les monopoles publics ?
  • Ah, sensiblement. Un monopole public n’est pas un monopole né du marché libre, au contraire. C’est un monopole qui naît de la loi, parce que le marché n’est justement pas libre. Autrement dit, il ne doit pas batailler pour conserver sa position et, par conséquent, il ne doit pas faire de profits. En plus, le monopole public est censé, comme son nom l’indique, appartenir au public, donc représenter les intérêts de tous et pas les intérêts de quelques actionnaires.
  • Je pense que je comprends. Du coup, toutes les conséquences négatives dont tu allais me parler ne s’appliquent pas aux monopoles publics ?
  • Non, en effet. Ce qui ne veut pas dire qu’un monde fait exclusivement de monopoles publics serait un monde parfait. Il y a d’autres obstacles mais ce n’est pas le sujet, ici.
  • Tu as raison, je risquerais de te parler des expériences communistes passées et tu n’aimerais pas ça !
  • Là encore, j’apprécie le sarcasme ! Ça ne me dérange pas d’en parler, en fait. Mais on va faire une chose à la fois si tu veux bien.
  • On en était où ? Au fait que si un monopole s’étend à tous les marchés… Que se passe-t-il ?
  • Réfléchis…
  • Eh bien, là, il n’a plus aucune obligation de qualité, ni même d’encore grandir en fait. Le monde serait géré par un seul individu et selon son seul bon vouloir. Ce serait un monde totalitaire géré par le privé. Heureusement, on n’en est pas là.
  • Et on n’en sera jamais là. Parce qu’on aurait alors changé de modèle économique. C’est pour ne pas arriver à ça que la régulation existe. Autrement dit, la régulation n’a pas comme objectif de « limiter » le système, de le rendre « décent », mais plutôt d’assurer sa longévité !
  • J’avais jamais pensé voir les choses comme ça… Bon, c’est peut-être le moment de parler de tous les problèmes que ces pseudo-monopoles créent, tu ne crois pas ? En plus, il y a plein de sujets sur lesquels tu m’as dit qu’on reviendrait plus tard.
  • Oui, je n’ai pas oublié. On va essayer d’en énumérer quelques-uns en illustrant avec des événements de l’actualité très récente. Donc, résumons. Les grosses entreprises, pour survivre, doivent croître. Pour ça, elles rachètent, fusionnent, prennent des participations financières, etc.
  • Jusqu’ici, je te suis.
  • Une fois qu’elles ont fusionné, que se passe-t-il ?
  • Eh bien, il y a moins d’acteurs économiques sur le marché de la chaussure !
  • Très bien, on peut rester sur le marché de la chaussure pour bien comprendre. Moins d’acteurs économiques ? Pas forcément. Entre-temps, plusieurs petites entreprises innovantes de chaussures peuvent avoir vu le jour.
  • Il y a moins de « gros » acteurs économiques sur le marché de la chaussure alors !
  • Oui, voilà. Et en interne de ces entreprises ? Il se passe quoi si deux entreprises fusionnent ?
  • Eh bien, je suppose qu’il y a des doublons dans le personnel. Donc des licenciements ?
  • Souvent, les licenciements collectifs font même partie des pré-accords de fusion : on négocie le nombre de personnes à licencier avant de fusionner.
  • Ça arrive à chaque fois ? Je veux dire : est-ce que c’est aussi inéluctable que le processus de fusion dont tu me parlais ?
  • Disons que je vois peu de contre-exemples. Les licenciements peuvent arriver plus tard ou plus tôt, mais ils arrivent. Regarde Siemens. J’expliquais fin novembre que le groupe allait se séparer de plusieurs milliers de personnes. Et la fusion entre Alstom et Siemens date de fin octobre.
  • Oui, et parfois l’entreprise qui rachète ne reprend pas le personnel de l’entreprise rachetée. Je suppose que tout cela dépend du type de rachat ou de fusion.
  • Un rachat n’est d’ailleurs pas une fusion…ni une prise de capital ! Mais on n’a même pas besoin de tous ces détails, tant qu’on garde en tête qu’il n’y a pas que les licenciements « secs » qui comptent.
  • C’est-à-dire ?
  • Eh bien, les départs à la retraite anticipés sont aussi des formes de licenciements. Et même les départs « naturels » à la retraite, si les postes quittés ne sont pas remplacés, ont le même effet sur les travailleurs restants et sur le marché du travail en général.
  • Sur les travailleurs restants, ça veut dire encore plus de pression puisqu’ils vont devoir faire le même travail, mais avec moins de personnel ?
  • Et sur le marché du travail…
  • …parce que le chômage ira en augmentant !
  • Tout juste.
  • À propos du chômage, j’ai parfois l’impression que selon la personne qui parle, on a des discours complètement opposés. Classiquement, on dit qu’on « fait dire » ce qu’on veut aux chiffres.
  • Ce qui est vrai. Par exemple, de façon générale, on peut dire que les chiffres du chômage évoluent peu depuis 10 ans en Wallonie.
  • À part pour les plus âgés pour qui la tendance est sans cesse croissante.
  • Oui, ce qui peut être un effet des grandes vagues de licenciements d’ailleurs. Mais ce n’est pas seulement ce que je voulais dire. Ce que je veux dire, c’est que cette statistique ne dit pas grand-chose si on ne la met pas en liens avec la politique de ces dernières années sur le chômage.
  • Tu dois être plus précis.
  • Eh bien, en Wallonie, les politiques ont mis en place la dégressivité du chômage.
  • Ça ne change rien aux chiffres, ça !
  • Mais ils ont aussi mis en place l’exclusion du chômage.
  • Bah du coup, le chômage devrait diminuer alors ?
  • Si tu regardes le tableau dont je te parlais, on dirait bien que c’est le cas pour la dernière année. Et ce serait le résultat artificiel d’une politique antisociale. Pas la conséquence positive d’une reprise économique.
  • Et il y a un moyen de vérifier si le chômage diminue artificiellement ou réellement ?
  • En regardant par exemple les chiffres de fréquentation des CPAS. Et ceux-là sont sans ambiguïté: +10% en 8 mois pour 2016 !
  • C’est énorme ! Il n’y aurait pas d’autres explications en plus ? Comme les migrants qui ont droit au CPAS.
  • Si, je suppose que ça peut avoir un effet aussi, mais ça ne peut expliquer une telle différence. Tu vois, c’est très compliqué et c’est la raison pour laquelle on « fait dire » ce qu’on veut aux chiffres, selon ce qu’on veut montrer. Il n’y a pas d’outil qui dirait la Vérité avec un grand « V » – juste des façons de voir le monde en fonction des valeurs qu’on défend.
  • On en revient aux questions de morale de tout à l’heure.
  • Oui, en effet.
  • Mais pourquoi le plein emploi ne serait-il pas possible ?
  • Bonne question. Parce que le chômage est en fait très utile au capitalisme.
  • Pardon ? Mais il me semble avoir entendu des patrons disant qu’il fallait lutter contre le chômage !
  • Peut-être mais c’est de l’hypocrisie.
  • Je ne comprends pas.
  • Pourtant c’est simple. Comment s’assurer, comme patron, que tu auras toujours une « manne disponible » dans laquelle puiser de nouveaux travailleurs dès que tu en as besoin ? Avec du chômage ! Comment s’assurer que tu pourras mettre la pression sur tes travailleurs ? En leur disant qu’il y en a plein qui n’attendent qu’une seule chose : leur place. Donc, grâce au chômage ! Comment s’assurer que tu pourras les sous-payer ? En leur disant que c’est déjà mieux que le chômage – surtout s’il est dégressif !
  • Du coup, d’après toi, le travail se raréfie d’un côté et ça continue de servir les intérêts des patrons de l’autre, non seulement parce que ça diminue leurs coûts salariaux mais en plus parce que ça leur permet de faire du chantage auprès de leurs travailleurs, c’est ça ?
  • C’est ça.
  • Pas très réjouissant.
  • En effet. Et les conséquences sont très concrètes : on exige des travailleurs de plus en plus de « flexibilité », un joli mot derrière lequel on trouve du travail de nuit, du travail les jours fériés, l’exigence d’être appelé à n’importe quel moment même si on est en congé, des périodes très denses suivies de périodes de chômage technique, etc.
  • Avec des burnout pour conséquence.
  • Imagine qu’en 7 ans à peine, de 2007 à 2014, les cas de dépressions et burnout ont quasi triplé ! Et c’est pendant ce même laps de temps que le gouvernement soi-disant socialiste de Di Rupo en Belgique a mis en place la dégressivité du chômage et l’exclusion du chômage.
  • Et l’augmentation des cadences produit des accidents aussi. Il n’y a pas si longtemps, il y a eu des morts chez Arcelor Mittal suite à une explosion, à la SNCB aussi…
  • Ce n’est pas tout. Jeudi passé, un chauffeur poids lourd néerlandais est mort sous les roues de son camion, encore une fois chez Arcelor Mittal à Gand, au même endroit.
  • Franchement, c’est déprimant. Cela dit, la tendance générale depuis 100 ans reste quand même la diminution progressive du temps de travail…
  • Ce n’est pas aussi clair. Cette tendance était évidente, tu as raison, jusque récemment. Mais, en observant convenablement les statistiques disponibles, on constate un resserrement, en tout cas depuis 1999. Cela fait presque 20 ans que le temps de travail ne s’est pas réduit, ça commence à compter. D’autant que, comme tu le sais, l’âge de la retraite a été repoussé. Je pense qu’on va vers une réaugmentation du temps de travail tout au long de la vie.
  • Malgré la robotisation !
  • Celle-ci ne se traduit pas, ou pas encore, en termes de productivité. C’est un phénomène pour lequel il n’existe pas d’explication qui fait consensus, mais j’en ai donné mon interprétation récemment.
  • Pourtant la réduction du temps de travail revient souvent sur le tapis, comme la semaine de quatre jours.
  • Dans les propositions de loi actuelles, celle-ci n’est proposée que dans le but d’augmenter encore la flexibilité des travailleurs, comme on le voit chez Auto 5. Il faut voir aussi si ça se traduit effectivement en nouvelles embauches. Pour l’instant, je reste sceptique.

Suite dans la partie 3.

***

Merci au tipeur grunge_puppet_fatal86 !
Pour vous aussi soutenir le blog du radis : c’est ici 

Par défaut
Analyses

Comprendre les fusions d’entreprises (partie 1)

  • Dis, j’ai lu que pour 2018, on allait de nouveau avoir plein de fusions d’entreprises. Je sais que tu parles souvent de ça, que tu as l’air de trouver ça important.
  • Oui, en effet.
  • Mais en fait, moi, je ne crois pas avoir bien compris pourquoi.
  • D’accord. Disons que les fusions d’entreprises peuvent être une bonne porte d’entrée pour comprendre les contradictions de notre système économique.
  • Et les impacts concrets de celui-ci sur les gens ?
  • Oui, aussi. Mais si tu veux comprendre tout ça, il faut y aller pas à pas. L’économique influence le social, mais pas toujours directement.
walt-disney

Walt Disney – bien avant que la société ne rachète la 21st Century Fox!

  • Alors, commençons par le début. Pourquoi une entreprise devrait-elle en racheter d’autres ? J’imagine un magasin de chaussures dans un village. Il fonctionne bien, les gens viennent depuis des années, je ne vois pas pourquoi ça devrait changer !
  • Et pourtant. Tu en connais encore beaucoup des magasins de chaussures indépendants, qui ne font pas partie de grandes chaînes ?
  • Non, c’est vrai. Quand j’y pense. Mais pourquoi ?
  • Parce que les marchés sont libres. Le marché de la chaussure par exemple est libre. Ça veut dire que n’importe qui peut ouvrir un nouveau magasin de chaussures s’il le souhaite.
  • Donc, dans mon village, même s’il y avait déjà un magasin de chaussures, n’importe qui peut en ouvrir un autre ?
  • Voilà. Par exemple parce qu’il pense qu’il peut vendre d’autres chaussures, moins cher, plus belles, avec des marques plus attractives, etc.
  • C’est peut-être pas super cool pour le magasin qui était déjà là mais au moins ça fait de la concurrence, c’est bon pour les consommateurs, non ?
  • D’une certaine façon, oui. Mais garde bien cette réflexion en tête, on y reviendra un peu plus tard. Je voudrais d’abord te poser une question : est-ce qu’il y a assez d’acheteurs de chaussures pour que les deux magasins coexistent ?
  • Ça dépend de la taille du village, non ?
  • Tout juste. Et qu’est-ce qui se passe tant qu’il y a plus d’acheteurs potentiels que de magasins ? Autrement dit, plus de demande que d’offre ?
  • Bah je suppose que les magasins présents vont essayer de grandir et que de nouveaux magasins vont ouvrir…
  • Jusqu’à ce que ce marché soit saturé, qu’il y ait trop de magasins par rapport à la demande. Mais ça, on ne le sait jamais à l’avance en fait.
  • Donc ?
  • Donc plusieurs magasins vont ouvrir, trop en fait, et à un moment donné, pour différentes raisons qui peuvent aller du prix des marchandises à leur qualité, de leur marketing à la sympathie du personnel, du fait qu’il y ait des places de stationnement ou pas…bref, pour une raison ou pour une autre, les magasins les « moins concurrentiels » vont disparaître.
  • Je vois. C’est pas génial pour eux mais en même temps le marché était sursaturé, il fallait revenir à une situation d’équilibre : juste assez de magasins par rapport au village. Au moins la situation est stable maintenant. Je ne vois toujours pas pourquoi, parmi ceux qui restent, certains devraient en racheter d’autres !
  • D’accord. Imagine que dans ce village il y a trois magasins de taille équivalente et dont les collections se complètent assez bien. Qu’est-ce qui se passerait ?
  • Eh bien, comme je le disais, elles pourraient toutes les trois coexister. Sur des générations !
  • Tu crois ? D’abord, je pense que tu fais preuve d’un peu d’angélisme. Et, ensuite, je pense que tu oublies que le marché est libre.
  • Je ne comprends pas.
  • Tu fais preuve d’angélisme parce que tu crois que comme les trois magasins se complètent bien, ils ne se battent pas entre eux, ils ne sont pas en concurrence. Si tu es le directeur d’un de ces magasins, tu veux assurer sa survie…et gagner de l’argent.
  • Oui, forcément. Et alors ?
  • Alors tu vas chercher à vendre plus de chaussures que l’année d’avant, c’est logique. Si tu ne le fais pas, ton concurrent, lui, le fera. Et toi, non seulement tu n’en vendras pas plus, mais tu risques d’en vendre moins. Et si ça continue comme ça, ton concurrent te prendra toute ta clientèle et tu devras mettre la clé sous la porte.
  • Mais on pourrait tous les trois se mettre d’accord ! Je veux dire : si on sait qu’à trois tout va bien, pas besoin de grandir, ça suffit comme ça !
  • Ça c’est la preuve d’angélisme ! Plus sérieusement, d’accord, imaginons – mais c’est quand même une situation très exceptionnelle – que ces trois directeurs se mettent d’accord entre eux. Que se passerait-il ? C’est là qu’intervient mon deuxième argument.
  • Le marché libre ?
  • Le marché libre. En fait, l’accord entre tes trois magasins ne vaut évidemment qu’entre eux. Or, rien n’interdit à un quatrième magasin de venir s’implanter en proposant tous les prix et toutes les qualités.
  • Pourquoi ferait-il ça ? On a dit que le marché de la chaussure était à l’équilibre comme ça, qu’un magasin de plus, ce serait trop !
  • Bien sûr, mais tout ça n’est pas figé dans le temps et dans l’espace. Si tu arrives à une table à manger et que toutes les places sont prises, tu as encore le choix de pousser quelqu’un et de t’asseoir à sa place…si tu sais que tu es plus fort.
  • Je ne sais pas. Quelque part, je me dis que ce n’est pas bien de faire ça, pas moral. D’autre part, je me dis que l’accord qu’il y a entre les trois magasins de chaussures pourrait exister entre tous les magasins de chaussures.
  • Ok, c’est très intéressant ce que tu dis. La question de la moralité n’est, à mon avis, pas vraiment pertinente. Si le quatrième magasin veut venir s’implanter, même en poussant les autres, ce n’est pas parce qu’il est « méchant », mais parce que s’il ne le fait pas, ses concurrents à lui le feront. Et c’est lui qui vendra moins de chaussures. Donc qui risque finalement de disparaître.
  • Sauf si tous les magasins sur le marché de la chaussure se mettaient d’accord pour ne produire que le nombre de chaussures nécessaires !
  • Mais alors il faudrait interdire la production de chaussures et la création de nouveaux magasins quand ce marché est saturé. Et vois bien ce que ça veut dire : s’il faut interdire de nouveaux magasins, le marché n’est plus libre.
  • Je vois. Donc tant que le marché est libre, les acteurs économiques, quel que soit le marché, sont obligés d’être en concurrence et ne peuvent se mettre d’accord entre eux.
  • Là, tu vas un peu vite. Il peut y avoir des formes d’accords, mais on verra ça plus tard. Disons que pour l’instant, tu dois d’abord bien comprendre la concurrence entre ces acteurs.
  • J’ai compris ça. Mais je ne comprends toujours pas pourquoi ce quatrième magasin de chaussures devrait fusionner avec d’autres. Il peut se contenter, même si je continue à trouver ça immoral, d’arriver dans ce village et de prendre la place du plus faible !
  • Sauf que, comme le marché est libre, il prend toujours le risque d’être à la merci d’un cinquième magasin qui prendrait sa place à lui. Parce que lui serait devenu…le maillon faible.
  • Tu es en train de me dire que pour éviter d’être « mangé », il est obligé de grossir et de « manger les autres » ?
  • Même les entreprises les plus puissantes, pour garder un avantage sur leurs concurrentes, sont obligées de continuer à faire des super-profits, plus gros que les super-profits des autres. Et pour ça, il n’y a pas dix mille solutions : elles doivent croître.
  • Parce que comme on l’a vu plus haut, si elles se contentent de « rester aussi grosses qu’avant », les concurrentes grandiront et pas elles, ce qui causera finalement leur perte.
  • Tout juste. Et il ne faut pas croire que c’est quelque chose de « rare ». Ce qui est « rare », ce n’est pas la disparition d’une petite enseigne, c’est sa longévité. Et même de très très grosses enseignes disparaissent tout le temps. Ce qui est la preuve que même les géants ont des pieds d’argile et doivent continuer dans cette fuite en avant du « toujours plus gros ».
  • Tu as des exemples ?
  • Bien sûr, tout plein. On a vu l’année passée, en 2017, les difficultés de Toshiba qui n’a pas aussi bien réussi que les autres dans ce domaine. Et tu te souviens certainement des géants Virgin, Monoprix, Nokia, Kodak, Moulinex, GB, Lehman Brothers, Enron, Compaq, Rover, Saab…
  • Oui, c’est dingue. Ils ont tous disparu.
  • …ou ont été rachetés. On le voit : la guerre économique est une vraie guerre et même les géants, s’ils ne sont pas assez prudents, ne grandissent pas assez ou pas stratégiquement, peuvent disparaître au profit d’autres géants plus compétents en matière d’exploitation, plus cyniques, plus agressifs.
  • Ces géants, pour continuer de grandir, vont donc chercher à racheter d’autres géants. Je comprends maintenant.
  • Oui, voilà. C’est pour cette raison qu’apparaissent les fusions. Rien que cette année, on a vu des fusions complètement incroyables : Bayer/Monsanto, Alstom/Siemens, Fnac/Darty, Opel/Peugeot, Disney/21st Century Fox, etc. En France, la seule banque d’affaires Rothschild, une des institutions compétentes pour ce genre d’opérations financières complexes, a géré cette année des opérations à hauteur de 122 milliards d’€ uniquement pour la République française !
  • 122 milliards d’€ ! Je me trompe ou c’est plus que le PIB de certains pays ?
  • Tu ne te trompes pas. C’est plus que le PIB du Maroc par exemple.
  • Bon, d’accord. Mais quand je lis la presse économique, on me dit que les fusions-acquisitions sont le résultat d’un contexte économique particulier, celui d’une reprise économique. En plus, ils voient ces fusions comme très positives pour, je cite, « créer des champions européens capables d’affronter les grands groupes asiatiques et nord-américains ».
  • Je ne suis pas d’accord pour la première remarque. Mais, si on accepte le jeu du marché libre, il n’y a pas de doute sur le fait que, d’un point de vue économique, ces fusions soient positives.
  • Là, il va falloir que tu m’expliques. Je pensais que tu critiquais ces fusions !
  • Il ne faut pas aller trop vite. Et surtout ne pas mélanger un point de vue moral avec une logique économique. D’un point de vue moral, je suis opposé à ces fusions parce qu’elles créent beaucoup de misère. On y viendra plus tard.
  • Ça fait déjà beaucoup de choses sur lesquelles on doit revenir plus tard.
  • Oui, je sais. Mais on ne peut pas tout expliquer en même temps. Je disais donc que je suis critique d’un point de vue moral, mais que ces fusions sont logiques et même nécessaires dans ce système économique.
  • Oui, ça je l’ai maintenant bien compris. Et je suppose que c’est pour ça que tu es en désaccord avec la première remarque qui dit que ces fusions sont le résultat du contexte actuel.
  • Depuis que le système capitaliste existe, il y a des fusions. Je te cite une phrase en passant : « Ce qui caractérise notamment le capitalisme actuel, c’est la domination des groupements monopolistes constitués par les plus gros entrepreneurs. »
  • Monopolistes ?
  • Oui, à force de se racheter entre eux, il ne subsiste plus que quelques rares très très gros acteurs sur un marché. C’est une « tendance au monopole ».
  • D’accord, je comprends. Par contre, ta citation dit le contraire de ce que tu disais : je ne connais pas l’auteur mais il précise bien qu’il parle du « capitalisme actuel ».
  • Oui, tout à fait. Et tu crois qu’elle date de quand cette phrase ?
  • Je ne sais pas.
  • L’auteur de cette phrase est Lénine, et il l’a écrite…il y a 100 ans, en la documentant avec des fusions-acquisitions de l’époque ! Autrement dit, les fusions-acquisitions ne sont pas du tout liées à « un » contexte particulier, mais elles sont structurelles. Elles naissent du capitalisme lui-même et elles ont toujours existé depuis que le capitalisme existe. Le contexte peut faire augmenter ou diminuer la tendance, mais pas agir sur son caractère inéluctable.
  • Je vois. Mais s’il pensait que le capitalisme, plus tard, ne serait plus monopoliste, il se trompait, n’est-ce pas ?
  • Il ne le pensait pas. Simplement, il précisait que cette tendance monopoliste n’est qu’une étape parmi d’autres dans le grand mécanisme du capitalisme.
  • Parmi d’autres étapes qu’on verra plus tard ?!
  • Tu te moques, je sais. Mais avant de venir sur ce terrain-là, je voudrais que tu comprennes bien pourquoi ces fusions sont positives pour les acteurs économiques dont il est question.
  • Enfin, seulement pour ceux qui gagnent…
  • Oui, effectivement. Ce sont les « gagnants » de ces fusions qui en profitent : le « nouveau » Bayer, le « nouveau » Peugeot, etc. Devenus plus gros, ils éliminent la concurrence sur leur marché, peuvent produire plus pour moins cher, font des économies d’échelle et, surtout, empêchent quiconque de devenir aussi gros qu’eux dans le futur. D’ailleurs, on a pu voir ces derniers mois combien les jeunes « startups » se faisaient racheter par des acteurs économiques plus gros. À tel point que se faire racheter est paradoxalement synonyme de « succès ». Sauf que dans ce mécanisme-là, en haut de la pyramide, ce sont toujours les mêmes au final qui prennent du poids au détriment des autres…
  • Au détriment des autres ?

Suite dans la partie 2.

***

Merci au tipeur grunge_puppet_fatal86 !
Pour vous aussi soutenir le blog du radis : c’est ici 

Par défaut
Analyses, Articles parus sur d'autres médias

« Real news », « fake news », à vous de juger!

Récemment, j’ai commenté sur Facebook une très courte émission parue sur le profil de Donald Trump[1]. Il s’agissait d’un « teaser » ressemblant à s’y méprendre à un véritable journal télévisé d’information et animé par une ex-journaliste de CNN…sauf que chaque phrase était à la gloire du Président. Alors que les autres commentaires s’offusquaient de la manœuvre, l’apparentant à de la propagande (ce qui est clairement le cas), j’expliquais qu’il n’y avait là, pour moi, pas grand-chose de nouveau. Le Président français, Emmanuel Macron, ne venait-il pas de « choisir » ses journalistes[2] ? Nicolas Sarkozy n’avait-il pas fêté sa victoire sur le yacht de son ami Bolloré qui est à la tête de Vivendi et de Canal+ ? N’avions-nous pas l’habitude de regarder, lire et écouter des journalistes payés par des subsides d’État ? Qui plus est, l’émission de Trump étant diffusée sur sa page Facebook, pas sur une chaîne d’information, il était selon moi clair qu’il s’agissait de communication politique et pas de travail journalistique[3]. Je terminais en rappelant que l’essentiel était en réalité d’effectuer une rigoureuse critique des sources quoique l’on ait comme document devant ses yeux. À ceci, « l’ami d’un ami » a répondu qu’il voulait comprendre comment « évaluer » un média. Cet article se propose de donner quelques clefs en partant d’un article du Soir, en Belgique.

hearst

Banquet en l’honneur de William Randolph Hearst

Depuis l’élection de Donald Trump, on n’a jamais entendu autant parler de « fake news » en lui opposant l’idée de « vérité ». Rappelons en préambule qu’il n’a pas fallu attendre 2017 pour que des médias transmettent des mensonges éhontés : le charnier de Timisoara ou les armes de destruction massive en sont deux exemples connus. La singularité, ici, c’est que les « fake news » sont exclusivement attribuées aux médias « non-traditionnels ». Cet aspect pose question car il accable certains acteurs (les médias indépendants) en en disculpant d’autres a priori (la presse mainstream[4]). On est en droit de penser qu’il y a là un positionnement politique partial plus qu’une volonté de « dire la vérité ». Par exemple, on a pu montrer combien le Décodex du journal Le Monde peinait à argumenter les raisons de son lynchage de sites comme Le Grand Soir[5].

 

 

D’autre part, beaucoup de sites « de gauche » ont vu leur fréquentation décroître subitement suite à la mise en place par Google d’un nouvel algorithme censé lutter contre ces « fake news »[6]. Le World Socialist Web Site en est peut-être la victime la plus marquante.

Face aux « fake news » se pose la question du statut à donner à la « vérité ». C’est une question qui obsède les journalistes et les observateurs de la presse depuis que cette dernière existe. Certains pensent que les faits peuvent être dissociés des commentaires sur les faits. D’autres pensent que les faits « n’existent pas » indépendamment d’un contexte, selon la perspective, les valeurs ou la sensibilité de celui qui les raconte. Imaginons par exemple un vol à l’arraché. Un article qui titre : « Un immigré agresse une vieille femme et lui vole son sac » …relate le même événement qu’un article titrant : « Un réfugié SDF vole une riche rentière ». Pourtant, ces deux articles disent des choses différentes parce que les valeurs qui sous-tendent l’écriture sont elles-mêmes sensiblement différentes. Il faut alors éviter de tomber dans le piège du relativisme complet voulant qu’il n’y a « pas de vérité » mais, de toute évidence, il faut aussi éviter le piège d’une Vérité avec majuscule qui, officielle, suffirait à discréditer toute façon alternative[7] de voir le monde.

Pour arriver à cette juste distance, il faut comprendre qu’aucun acteur n’est désintéressé. Ni le magnat de la presse qui cherche, par le truchement de celle-ci, à gagner beaucoup d’argent ou à faire du lobbying ; ni le militant de gauche dont l’agenda est le renversement d’un système qu’il juge oppresseur. Ce sont précisément ces intérêts qu’une véritable critique des sources doit pouvoir faire émerger. Libre ensuite au « consommateur » d’information de se faire sa propre opinion, selon ses propres valeurs.

La critique des sources permet d’aborder une production journalistique comme un historien aborde un document : c’est-à-dire en effectuant une critique externe et une critique interne. Lors de la critique externe, on se pose une série de questions sur le contexte de production du message, son authenticité, son auteur, etc. Lors de la critique interne, on s’intéresse au contenu du message. Comme me l’a proposé cet « ami d’ami » sur Facebook, je vais m’intéresser au journal belge Le Soir en prenant un article[8] disponible au moment d’écrire ces lignes et intitulé : « Venezuela: Nicolas Maduro embarrassé face caméra par le rejet de sa carte d’électeur ». Le choix du journal Le Soir me paraît pertinent parce qu’il n’est a priori pas du tout polémique. Considéré comme un journal « de qualité », Le Soir propose une couverture généraliste de l’actualité. Pour commencer, il faut d’abord lire l’article ! Cela peut prêter à sourire mais nombreux sont ceux pensant qu’il est possible de juger un contenu sans même en avoir pris connaissance. On y apprend que M. Maduro a vu sa carte d’électeur rejetée lorsque, en direct à la télévision, il a tenté de la valider pour déposer son vote à la consultation proposant de choisir les candidats à l’Assemblée Nationale Constituante.

La critique externe

La critique externe peut être excessivement détaillée, mais je propose de ne procéder qu’à trois étapes : 1) Que sait-on du média qui publie l’info ? 2) Que sait-on de l’auteur de l’article ? 3) Que nous apprend le contexte d’énonciation de l’article ?

  1. Sur le média, il est important de poser la question du financement car aucun média ne publie d’informations allant contre les intérêts de celui qui le finance. Les informations concernant le financement du Soir ne sont pas accessibles facilement, il n’existe par exemple pas de rubrique dédiée sur le site. On perçoit toutefois au moins trois sources de revenus : les subsides publics (le journal percevait en 2015 la somme d’1.2millions d’€[9]), le financement par la publicité et, on peut le supposer, un financement via les abonnements et l’achat du journal payant par les lecteurs. La répartition de ces ressources dans le budget global nous est inconnue, en dépit de l’intérêt évident de cette donnée. En effet, si la plus grande partie du budget est couverte par les abonnements et les achats, le degré d’indépendance est lui aussi beaucoup plus grand… Le Soir est édité par la société anonyme Rossel & Cie, elle-même appartenant au Groupe Rossel dont il n’est pas anodin de remarquer qu’il est non seulement actif dans la presse mais aussi dans le marketing et la communication financière (via Mediafin). Par ailleurs, il est aussi lié à la presse audiovisuelle privée (RTL) avec des participations dans différentes holdings[10].

 

Ici déjà se tisse un réseau de dépendances qui n’est pas innocent : comment avoir une parole libre par rapport aux politiques quand la viabilité de son média en dépend ? Comment avoir une parole critique sur la finance quand le groupe auquel vous appartenez a une part de son business lié à celle-ci ? Comment dénoncer les intérêts des grands groupes de presse privés quand vous faites partie de la même holding ? Comment enquêter sérieusement sur des multinationales ou de gros industriels quand ce sont eux précisément qui peuvent acheter vos encarts publicitaires ? Ainsi, les valeurs qui sous-tendent n’importe quel discours publié par Le Soir doivent être compatibles avec ces éléments. Un discours explicitement anticapitaliste, par exemple, n’y aurait pas droit de cité (à part, peut-être, sous la forme d’une « carte blanche » qui n’engage pas la Rédaction).

  1. Intéressons-nous maintenant à l’auteur. Un lecteur non avisé pourrait être étonné car, en dépit de la réputation de « sérieux » dudit journal, l’article n’a pas d’auteur. Il s’agit en fait d’un copié-collé d’une dépêche de l’AFP (Agence France Presse) à laquelle aucune modification n’a été apportée. Retour donc en partie à la case départ et le travail effectué sur le financement du Soir devrait être complété par un travail similaire sur l’AFP. Vous avez compris le principe, je ne vais pas le refaire ici[11]! Toutefois, outre le fait qu’une information soit répétée par plusieurs médias sans commentaires ni précisions, ces dépêches posent plusieurs problèmes. On ne sait pas, par exemple, si le journaliste de l’AFP était présent sur place lors des événements relatés (on est même fortement en droit d’en douter dans la mesure où rien n’indique que ce fut le cas). Le journaliste de l’AFP, s’il n’a pas été présent, place donc sa confiance dans un autre document : une vidéo de M. Maduro. L’AFP a-t-elle correctement authentifié cette vidéo ? Rien ne l’indique. La critique externe invite également à questionner l’indépendance du témoignage. Or, présente dans le corps de l’article, cette vidéo est estampillée « El estimulo », un média vénézuélien privé. Ce n’est pas innocent tant on sait que les médias privés sont pleinement partie prenante dans les conflits au Venezuela[12]. Ainsi, en diffusant cette vidéo sans expliciter le parti-pris pro-opposition de la vidéo, l’AFP et, à sa suite, le Soir sont partiaux dans leur couverture informationnelle. C’est d’autant plus dommageable que ce positionnement est subtil, invisible au premier coup d’œil, surtout pour un lectorat qui ne connaît pas bien le contexte historique et politique de ce pays.

 

Enfin, si on ne connaît pas exactement l’auteur de l’article, on peut cependant rappeler quelques réalités du métier actuel de journaliste. D’abord, les conditions économiques des journalistes se sont largement dégradées en quelques décennies. Souvent à la pige, ils sont moins bien payés et n’ont pas la même protection sociale que sous un contrat d’employé. Pire : comme ils doivent « se » vendre à chaque fois qu’ils vendent un article, ils ne peuvent surtout pas déplaire, au risque de ne plus gagner leur croûte la fois suivante. Cette précarité mène à une soumission idéologique évidente. Et comme ils sont payés à la pige, ils doivent produire beaucoup pour gagner juste assez. Fort logiquement, l’obligation de privilégier le volume a des conséquences sur la qualité du traitement des sujets et sur le choix de ceux-ci (sujets légers qui demandent peu de travail d’enquête). Dans notre exemple, l’article ne fait que relater ce qui se passe sur une courte vidéo. Sans contextualisation, la valeur informative est presque nulle. Les articles produits ont alors tendance à être courts (cet article-ci serait impubliable !) et à présenter les faits comme si l’on pouvait se départir de toute analyse. Du reste, ces contraintes correspondent à des médias qui attendent justement des articles courts, plus rentables parce qu’ils amènent le lecteur à surfer plus vite et donc à consommer plus de publicité. Le travail à la pige oblige enfin le journaliste à écrire sur différents sujets. Il n’est plus lespécialiste d’une rubrique mais peut parler de la politique du Venezuela un jour et des inondations dans un petit bourg le lendemain. Dans ces conditions, l’expertise vient nécessairement à manquer, surtout lorsque les formations en journalisme sont de moins en moins construites sur un socle de culture générale fort mais plutôt autour de savoir-faire médiatiques. À titre de comparaison, j’écris cet article sur mon temps de vacances puisque j’ai la chance de travailler dans l’enseignement. Mon salaire ne dépend pas de sa publication, mon degré d’indépendance est donc plus assuré.

  1. La critique externe se clôt sur une analyse du contexte d’énonciation. Une véritable analyse sémiotique pourrait ici être pertinente[13] mais cela demanderait trop de temps et d’espace. Notons simplement l’omniprésence de la publicité entourant l’article. Lors de ma visite sur le site du Soir, c’est une publicité pour la chaîne de restauration Starbucks qui prend le plus de place. De haut en bas, une grande capture de vidéo succède directement au titre et est suivie par un court chapeau (cinq lignes) puis une nouvelle publicité (cette fois pour une marque de voiture). Un lien vers un autre article au titre accrocheur est placé juste en-dessous de la vidéo (il s’agit que l’internaute ne reste pas trop longtemps sur une page, comme je le disais plus haut) puis, enfin, sept lignes de « contenu » interrompu par la vidéo de M. Maduro (empruntée au média El estimulo et laquelle ne démarre qu’après 15 secondes d’une nouvelle publicité pour une voiture). Quatre lignes de texte puis une nouvelle capture d’écran sur « l’info » (on voit que le lecteur de carte ne reconnaît pas celle de M. Maduro). À nouveau quatre lignes de texte interrompues par un énième lien accrocheur vers un autre article et, enfin, les deux dernières lignes de l’article. Si on fait le compte, on remarque que l’article est composé de 21 lignes d’une police très grande et composées d’à peine une douzaine de mots par ligne. Cette « économie » corrobore les éléments précités sur la nécessité de textes courts. Toutefois, l’œil du lecteur, même pour un article aussi court, aura été interrompu pas moins de huit fois, ce qui complique terriblement la lecture.

La critique interne

La critique interne consiste à juger le contenu du document, c’est-à-dire le « sens » de celui-ci. C’est évidemment très compliqué car, par définition, si l’on s’informe, c’est qu’on ignore ! Un premier point est le degré de sensibilité du propos. Par exemple, un article sur les résultats d’une compétition sportive n’est pas aussi sensible que celui sur les enjeux du transfert de Neymar au PSG, lequel a, peut-être déjà, des implications (géo)politiques. De façon générale, on peut considérer que des informations touchant à la politique, à l’économie et aux relations internationales sont les plus sensibles. Dans notre cas, l’article sur le Venezuela est donc potentiellement très sensible et notre œil de lecteur devrait être aiguisé.

La critique interne s’intéresse également à une série d’aspects qu’on a déjà évoqués plus haut : la question des intermédiaires (ici Le soir/AFP/El estimulo), les capacités physiques et intellectuelles du journaliste, les intérêts défendus par chacun de ces acteurs. Sur ce dernier point pourtant, nous devrions comme lecteurs nous interroger sur les propres valeurs qui nous animent. Deux questions très pratiques à se poser : qu’est-ce que j’ai envie de voir de l’événement ? Qu’est-ce que je m’attends à voir de l’événement ? Par exemple, si j’ai envie de voir M. Maduro humilié, ce peut être un indice de mon aversion pour son projet politique et, éventuellement, pour une gestion socialiste de la société. Et vice versa… Ce qu’on « s’attend à voir » donne une indication sur nos a priori. Par exemple, je m’attendais personnellement à voir un extrait de propagande anti-chaviste à travers cette vidéo et mes recherches sur le média privé El estimulo tendent à me conforter dans cet a priori. Quelqu’un qui s’attend à voir un « dictateur risible » risquera fort probablement d’être, lui aussi, conforté dans son opinion et ce à partir de la même vidéo. Autrement dit, on a tous tendance à faire correspondre une nouvelle information à ce qu’on sait/pense déjà. C’est un biais cognitif bien connu mais qu’il est bon de se rappeler au moment de la lecture d’un article.

Sur le contenu en lui-même, quelques remarques. Le titre promet d’assister à « l’embarras » de M. Maduro. Or la vidéo d’El estimulo coupe directement, sans qu’on puisse voir la réaction du Président. Ici, deux options : soit la vidéo est coupée par le média d’État qui retransmettait l’événement en direct, soit la vidéo est coupée par El estimulo. Cela fait une différence fondamentale puisque, dans le premier cas, il y aurait une forme de « censure d’État » mais dans le second cas il s’agirait au contraire d’une forme de mensonge médiatique (le fameux « embarras » constitue l’accroche de cet article). En réalité, la télévision vénézuélienne a continué sa retransmission[14], il s’agit donc bien d’une manipulation d’El estimulo relayée sans état d’âme par l’AFP puis par le journal Le Soir. Comment peut-on le savoir ? Hé bien parce que l’AFPes (c’est-à-dire l’AFP en espagnol) a diffusé sur YouTube une autre vidéo dans laquelle on peut voir le fameux « embarras » de M. Maduro ! Pourquoi El estimulo n’a-t-il pas montré la séquence en entier ? Tout simplement parce que ce problème technique est tout au plus une anecdote. Extraire la vidéo de son contexte permettait de monter en épingle une situation qui vraisemblablement n’en valait pas la peine. La vidéo d’El estimulo s’inscrit dans un contexte de propagande évident. Ce média est un acteur du conflit, pas un observateur.

La partie écrite de l’article mérite, enfin, un peu d’attention. Au titre directement succède une information qui n’a pourtant rien à voir avec ce dernier : on y parle d’une « douzaine de personnes décédées » lors du scrutin qui serait « décrié ».

 

 

La façon de présenter les choses suggère un rapport de cause à effet entre ces deux informations, impliquant de facto une responsabilité du pouvoir. Ainsi, le lecteur de l’article, avant même le chapeau (c’est-à-dire le paragraphe d’introduction), adopte inconsciemment une position défavorable à M. Maduro. Le chapeau en lui-même est factuel et ne prête à aucun commentaire spécifique. Les deux paragraphes suivants ne font que répéter ce que disait déjà l’introduction, en ajoutant seulement un ou deux éléments. Cependant, l’auteur de l’article qualifie la situation non plus « d’embarrassante » mais de « particulièrement embarrassante » pour le Président vénézuélien. La nuance est subtile mais vient s’ajouter à tous les autres éléments qui construisent une image négative de M. Maduro. Le troisième paragraphe est quant à lui beaucoup plus grave puisqu’il est tout simplement mensonger : « Les caméras ont rapidement cessé de filmer cet instant d’embarras pour Maduro ».

 

 

On a vu plus haut que c’était faux, que les caméras avaient bien continué de filmer et, qui plus est, il existe même une vidéo de l’AFP pour le prouver ! Impossible en revanche de savoir si l’auteur de l’article a été abusé par la coupure intentionnelle d’El estimulo ou si le mensonge est volontaire… La phrase mensongère se conclut sur le rappel de la contestation contre Maduro et sur une allégation de « guerre civile » qui serait décidément très proche.

À ce moment, inutile de dire que le lecteur lambda voit Maduro comme un affreux dictateur et ce uniquement par la présentation qui lui est faite de l’information (mais aussi sur base de fausses informations, des « fake news » pourtant relayées par une presse qui peut difficilement être plus « traditionnelle »).

L’article se conclut : (1) sur le partage sur les réseaux sociaux de ladite vidéo en ne relayant que les commentaires anti-Maduro. C’est ici un nouveau mensonge, mais cette fois par omission : en ne signalant pas le soutien populaire dont jouit encore Maduro, le journaliste renforce encore le sentiment que ce pays est une dictature ; (2) sur le fait que ni l’UE, ni les USA, ni plusieurs autres pays d’Amérique latine (non cités, et pour cause, ils sont tous à droite de l’échiquier politique) ne reconnaissent le scrutin. Le sarcasme me pousserait à souligner que l’UE n’est en effet pas très encline à reconnaître les consultations populaires, il n’y a qu’à voir le sort qui avait été réservé au « non » français au projet de constitution européenne… Pour bien faire son travail, l’auteur de l’article aurait aussi pu expliquer pourquoi ces pays ne soutiennent pas Maduro, les intérêts qui sont en jeu, les valeurs qui soutiennent les politiques, etc. (3) Enfin, l’article se conclut sur la même phrase (mot pour mot) que celle qui l’a amorcé : un rappel des personnes décédées et le caractère « décrié » du scrutin.

Qu’en conclure ?

L’analyse que je viens de produire me pousse à conclure que j’ai eu ici affaire à un article correspondant, au même titre que la ridicule émission de Trump, à de la propagande – c’est-à-dire un document construit dans l’objectif de provoquer l’adhésion à une façon particulière de voir le monde, en omettant les éléments qui auraient pu nuancer le propos voire le retourner. Comme le notait Morelli[15], le chef du camp adverse « a le visage du diable », l’ennemi provoque des atrocités, la cause défendue par l’opposition est noble, etc. Je voudrais insister sur le fait que je n’ai passélectionné cet article parce qu’il pouvait servir mon propos. J’ai pris le premier article en libre accès traitant du Venezuela sur le site du Soir et j’aurais pu faire le même travail avec n’importe quel autre article.

Je vais conclure en proposant une courte synthèse des questions nécessaires à une critique des sources. Bien sûr, on n’a pas le temps de faire ce travail ardu pour chaque article ou émission, mais le simple fait d’avoir les questions à se poser bien en tête aide déjà à aiguiser son esprit critique : quel est le média, qui le finance et, par conséquent, quels sont ses intérêts ? Qui est l’auteur, quel est son contexte, notamment économique (est-il par exemple employé ? est-il responsable d’une rubrique ?) Comment l’article est-il construit, est-il long, détaillé, y a-t-il des sources pour me permettre de valider ce qui est dit ? Le sujet de l’article est-il sensible ? Quelles sont mes valeurs, qu’ai-je envie de voir/lire et à quoi est-ce que je m’attends ? Est-ce que tout est dit, est-ce que tout est vérifiable ? La parole est-elle donnée à toutes les parties ? L’article cherche-t-il à expliquer ou seulement à décrire des faits ? Dans le second cas, la description est-elle exempte de connotations ?

J’ai tendance à croire que ce travail est encore plus important pour les médias qu’on a l’habitude de visiter et auxquels on fait habituellement confiance. Parce que c’est précisément lorsqu’on a confiance que notre conscience s’endort. Une véritable critique des sources commence par une critique et une connaissance de soi-même, ses préjugés et ses valeurs.

 

Source: Investig’Acion

 

Notes:

[1] Accessible sans intermédiaire ici : https://www.facebook.com/DonaldTrump/videos/10159619784950725/

[2] Voir ici : http://www.liberation.fr/france/2017/05/18/monsieur-le-president-il-n-appartient-pas-a-l-elysee-de-choisir-les-journalistes_1570485

[3] Je reconnais là un peu de naïveté tant il apparaît que ce seul recul critique n’est pas intégré, non par manque d’intelligence mais par manque de formation.

[4] En dépit du bon sens : le charnier de Timisoara et les armes de destruction massive ont justement été relayés par la presse mainstream.

[5] En fait, il n’y a juste aucun argument. Notez le terme « apparaît » comme si l’apparence était suffisante pour discréditer un média ! Sur le Décodex, lire par exemple cet article : http://www.investigaction.net/fr/decodex-le-vieux-monde-se-meurt/

[6] Voir ici : https://www.wsws.org/fr/articles/2017/jul2017/goog-j28.shtml

[7] Alternative par rapport à la norme du milieu. Aucune information n’est « alternative » en soi.

[8] http://www.lesoir.be/107096/article/2017-07-31/venezuela-nicolas-maduro-embarrasse-face-camera-par-le-rejet-de-sa-carte Je découvre en même qu’il n’y a plus de rubrique « international » sur la page d’accueil du Soir en ligne !

[9] Fédération Wallonie-Bruxelles, voir : http://www.lesoir.be/archive/recup%3A%252F972707%252Farticle%252Factualite%252Ffil-info%252Ffil-info-economie%252F2015-08-26%252Fl-aide-presse-francophone-approuvee-mercredi-en-gouvernement

[10] http://www.rossel.be/societes/audiopresse

[11] Pourtant, il aurait été intéressant d’en dire un mot. Par exemple, si les statuts de l’AFP lui interdisent d’être subventionnée par l’État, on apprend que 40% de ses revenus sont des abonnements par…les services publics !

[12] J’invite à relire, à ce propos, les excellents articles d’Henri Maler qui datent pourtant de 2009 : http://www.acrimed.org/Conflits-sur-les-medias-au-Venezuela-1-L-attaque-de-Globovision

[13] Voir par exemple la grille proposée par Meunier et Peraya dans leur livre « Introduction aux théories de la communication ».

[14] https://www.youtube.com/watch?v=GtamrI588Bo

[15] Morelli, A. (2010). Principes élémentaires de propagande de guerre: utilisables en cas de guerre froide, chaude ou tiède... Aden.

Par défaut