Revues de presse

#9 Revue de presse (toujours plus d’indécence) – 7 février 2018

Podcast audio :

Ah, Volkswagen ! Y’a pas une semaine où ils ne font pas parler d’eux ! On apprend cette fois-ci que leur petite tendance naziforme a su survivre aux septante dernières années : ils ont fait respirer les émissions polluantes de leurs voitures à des singes (et des humains). Pour une marque enfantée par Hitler, y’a un effet de cohérence dont il faudrait se féliciter, non ?

vw

Le premier qui trouve le singe collé au pot d’échappement a gagné

Fusions, acquisitions, toujours plus et tout le tsoin tsoin

Le milieu de l’aviation tout en émois en Belgique lorsque les boss de Brussels Airlines ont reçu leur C4 et que tout le monde a eu l’air de découvrir que la fusion passée avec Lufthansa allait nécessairement avoir des conséquences désastreuses. S’ils avaient lu ma série d’articles sur les fusions d’entreprises, ils auraient su.

Ice-Watch vient de manquer l’occasion « de se faire » Rodania qui avait accepté d’être rachetée avant de se rétracter. Mais ne vous inquiétez pas, la saison de la chasse reste ouverte pour Lutgen l’horloger, il va vite trouver une autre proie.

Le projet de nouvelle sucrerie – là où y’en avait déjà plein – en Wallonie connaît « de nouveaux développements ». J’avais dit tout le mal que j’en pensais ici-même il y a quelques mois (un article qui circule bien grâce à vous !) La nouveauté, c’est que le projet se ferait à Feluy.

En Belgique toujours, Roularta a finalisé la vente de sa participation de 50% dans Medialaan. Elle va pouvoir procéder aux licenciements collectifs prévus, tranquille, les doigts de pieds en éventail.

Enfin, la multinationale française Sanofi va acquérir les Gantois Ablynx (biotechnologie) pour 3.9 milliards d’€. Comme ça, en passant.

Hors Europe, Apple cherche à acquérir l’app londonienne de reconnaissance musicale Shazam pour environ 400 millions de $. En tout cas, moi je la reconnais bien cette petite musique-là : c’est celle de la con-cen-tra-tion, si si ! Ce qui est amusant, c’est que l’UE est pas trop chaude à cette idée. Forcément, Apple est made in US, et ça fait désordre pour la compétitivité européenne. D’ailleurs la même UE vient d’infliger une amende d’1 milliard d’€ au fabricant US de puces Qualcomm. Si ça c’est pas une forme de protectionnisme masqué…

Je vous disais aussi récemment que Embraer, l’avionneur brésilien, n’était pas motivé-motivé à l’idée de se faire engloutir par Boeing (obligé de retourner à table après les manœuvres récentes hyper-gloutonnes de son concurrent européen Airbus). Eh bien, c’est en train de changer ! Un accord est en vue et, hop !, Pac-Man, heu, pardon, Boeing sera bientôt encore plus gros.

Licenciements collectifs

I-movix, la « success story » wallonne, comme titrait La Libre, est en faillite. You lose. L’entreprise spécialisée dans la vidéo d’extrême ralenti ne l’a pourtant pas vu venir (ok, celle-ci est de mauvais goût, surtout pour les 19 personnes qui vont perdre leur emploi).

Ça sent le sapin pour la gobeleterie Durobor à Soignies et ses 140 employés. Bientôt la fin, comme peut-être, je m’avance un peu, des licenciements chez KBC. On espère tous que je me trompe… Entre-temps, 761 personnes ont quitté ING l’an passé, dans le cadre de la « restructuration » (comprenez : plan de licenciements).

À propos de Carrefour, le patron de Comeos (fédération du commerce et des services), a trouvé à qui c’était la faute : figurez-vous que selon lui 16000 emplois ont été perdus en Belgique parce que les belges font leurs courses à l’étranger. Avec ce genre de ********, il pique le boulot des pamphlétaires…comment tu veux, après ça, exagérer des propos ? On dirait du Nadine Morano. Sinon, pour une réponse plus sensée à la même question, y’a ceci.

Nestlé France va supprimer 400 postes dans les trois ans à venir. Pas de licenciements secs a priori, mais donc surtout beaucoup de burnouts en perspective puisqu’il n’y aura pas réembauches. C’est comme les effectifs sur le rail belge qui ont « fondu » de 500 postes en 2017. Comment, dans ces conditions, s’étonner de la qualité médiocre du service et des retards incessants ? On attend quoi ? Le prochain accident grave ?

En bref

Ingvar Kamprad, fondateur d’Ikéa, est mort. Un vieux Nazi en moins sur cette bonne vieille terre, ça la rend pas plus propre mais peut-être un tout petit peu moins sale.

Bon, sinon, je viens de passer dix jours scotché à l’appli (version BETA) de mon frangin pour surveiller le cours du Bitcoin, en espérant secrètement qu’il se casse la gueule (le Bitcoin, pas mon frangin) comme j’ai essayé de l’expliquer dans cet article.

En 2035, 30% des emplois pourraient être affectés par l’automatisation. C’est ce que nous dit le méga cabinet de conseil PwC. Well, well. Zavez tous bien peur, là ? Alors, moi ce que j’en dis, c’est que, non, les (plus grosses) entreprises ont déjà compris que ce ne serait pas une bonne idée. Une opinion avec laquelle des collègues « de gauche » ne sont pas d’accord, mais je persiste et signe dans cet article. Juste un truc : si y’a plus de boulot pour le simple péon comme vous et moi, kissèkiva acheter tous ces produits inutiles, hein ?

Après avoir envoyé paître les syndicats (sauf en UK), Ryanair intègre les minima du droit social belge dans ses contrats. Allez donc, y’a que la lutte qui paie les p’tits gars, c’est une certitude historique. De là à dire que c’est une anticipation de la décision prochaine du tribunal de Mons… Entre-temps, le bénéfice net de Ryanair ne cesse de grimper car, comme je l’ai rappelé récemment, la santé économique d’une entreprise dépend rarement (jamais ?) des bad buzz auxquels elle a été confrontée.

Amazon a développé un bracelet électronique capable de surveiller ses prisonniers employés. Voilà, voilà. Je ne pense pas qu’il faille commenter.

Google investit 250 millions d’€ ici en Belgique. Sachant que notre pays est un paradis fiscal pour ce genre d’entreprises, condition sine qua non à leur présence, et que proportionnellement leur taux d’emplois est très faible, vous comprendrez que j’éprouve quelque difficulté à partager l’enthousiasme ambiant.

C’en est tout pour aujourd’hui. Je fais ces revues de presse comme je passe l’aspirateur : en espérant secrètement que la merde cesse de s’amonceler tout en sachant que c’est peine perdue.

***

Merci au tipeur grunge_puppet_fatal86 !
Pour vous aussi soutenir le blog du radis : c’est ici 

Par défaut
Analyses

Comprendre les fusions d’entreprises (partie 4)

Pour la partie 1, voir ici
Pour la partie 2, voir ici
Pour la partie 3, voir ici

  • Et en attendant, on nous suggère des tas de « pseudo-solutions » qui donnent l’impression que ça ira quand même…
  • Encore une chose dont on parlera plus tard, les solutions ?
  • Oui ! Mais tu remarqueras qu’il y a deux sujets que j’avais reportés et qu’on a déjà abordés : le fait que les fusions d’entreprises créent de la misère – or on a notamment parlé des licenciements collectifs – et le fait que les fusions d’entreprises, et donc la tendance « monopoliste » du capitalisme, ne représentent qu’une étape parmi d’autres – or on a maintenant parlé des délocalisations, du bon usage de l’immigration, de la flexibilité au travail, etc.
  • Je le reconnais bien volontiers. Mais il y a une chose dont on n’avait pas parlé et qui me semble super importante, c’est la question de la concurrence. Dans mon esprit, des entreprises qui se font concurrence, c’est positif pour tout le monde.
ping_pong

Ping-Pong, qui va gagner la compétition?

  • Pour moi, c’est un « faux choix ». On aurait tendance à croire que la concurrence est bonne, puisque je critique ici la tendance au monopole depuis le début de notre conversation…
  • En effet.
  • Mais ce serait mal me comprendre.
  • Comment ça ?
  • Ce que je critique, fondamentalement, c’est le caractère libre du marché, et la propriété privée.
  • Tu me fais peur là. Tu voudrais que le marché ne soit pas libre ? Tu es contre la liberté ?
  • Je ne suis pas contre le principe de liberté, j’y suis même très attaché. Mais comme j’ai pu le montrer, la liberté appliquée aux choix économiques crée la misère dont on parle depuis le début. Je t’ai montré aussi qu’avec une propriété qui ne soit pas privée, mais publique, on n’aurait pas la nécessité de faire des profits qui est la mère de tous les problèmes.
  • Donc une propriété de l’État ?
  • Appelle-le « État » si tu veux, après tout c’est le seul mot « adapté » pour l’instant. Pour tout ce qui concerne les besoins fondamentaux des gens : l’énergie, les transports, l’agriculture, les télécommunications, l’eau, la sécurité, etc.
  • Mais ne pourrait-on pas arriver au même genre de résultats avec une « vraie » concurrence ? Je veux dire que si les entreprises se battent « loyalement », elles devront nécessairement faire de mieux en mieux et de moins en moins cher, tout bénéfice pour tout le monde, non ?
  • Pour tout le monde ? Comment fait-on de moins en moins cher à part en licenciant, en réduisant les salaires, etc. ? Quant au « de mieux en mieux », ce n’est simplement pas vrai.
  • Quoi ? L’obsolescence programmée ?
  • Par exemple, oui. Apple vient de se faire prendre la main dans le sac à réduire intentionnellement la vitesse de ses anciens Iphone. Et les imprimantes Epson sont sous le coup d’une enquête judiciaire pour des raisons similaires. Puis on a pas suffisamment parlé des scandales de falsification de données techniques par Toray, Kobe Steel ou encore Mitsubishi (excuse du peu !) sur leurs matériaux. Du coup, on va prendre l’avion, rouler dans des voitures, etc. dont la fiabilité des matériaux ne correspond pas à ce qu’elle devrait être sur papier. Rassurant, non ?
  • Oui, bon, tu as raison. Et ils font ça pourquoi ? Pour obliger les gens à acheter à chaque fois de nouveaux produits ? Ou pour en vendre plus et moins cher en diminuant les coûts ?
  • T’as tout compris. Pour garantir leurs futurs profits. C’est toujours le même principe. Et, à nouveau, ce n’est pas par méchanceté. C’est pour survivre.
  • Donc une « vraie concurrence » est inutile ?
  • Qu’appelles-tu « vraie concurrence » ?
  • Bah une concurrence qui ne se traduit pas en tendance monopolistique… Et qui soit « libre » et « non faussée » !
  • Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que cette concurrence-là n’existe qu’en théorie. En pratique, non. Et on ne peut évacuer le processus économique sous-jacent qui va vers une concentration, vers des fusions.
  • C’est obscur.
  • Imagine qu’un nouveau marché s’ouvre. Comme le marché d’Internet il y a quelques années. En une fois, beaucoup d’acteurs économiques se précipitent sur ce marché pour faire du business. Un regard extérieur pourrait se dire : « Voilà une véritable illustration d’un marché où la concurrence est libre et non faussée ».
  • Et ce ne serait pas le cas?
  • Libre, sans aucun doute. Non faussée, j’en doute. Chaque acteur vient avec ses capitaux qu’il a acquis par ailleurs, son expérience, ses talents, ses avantages fiscaux selon l’endroit où il est et où il va, etc. Bref, très rapidement, le marché va se concentrer et, 30 ans plus tard, pour faire simple, il ne restera que les GAFAM : Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft.
  • D’accord, ça c’est le mécanisme qu’on a vu et revu.
  • Et ce n’est pas tout !
  • Il y a pire encore ?
  • Une fois que les marchés sont concentrés, non seulement la concurrence est objectivement réduite à néant mais elle est en plus jetée à la poubelle par ce qu’on appelle des cartels, c’est-à-dire des accords sur les prix, par exemple.
  • Ah, ça c’est un sujet que tu m’avais dit qu’on aborderait !
  • Et les accords entre grosses entreprises ne s’arrêtent pas aux prix – même si on en sait quelque chose en Belgique, rien que pour les opérateurs téléphoniques ! Les constructeurs automobiles allemands ont aussi vraisemblablement collaboré sur les logiciels permettant de truquer les tests pollution de leurs voitures.
  • Ce qui est fou, c’est que ces accords n’annulent pas pour autant des stratégies véritablement concurrentielles. Tout est valable, en même temps !
  • C’est très juste. Non seulement ils veulent profiter de se mettre d’accord entre eux, mais en plus par ailleurs ils usent de tous les moyens pour gagner sur les autres.
  • Comme par exemple ?
  • Eh bien, on le sait, les entreprises les plus grosses n’hésiteront pas à profiter des lois sociales très laxistes dans certains autres pays. Ce qui mène à un véritable esclavage moderne. Il y a eu ce building abritant des ateliers de production pour Benetton et d’autres marques, au Bangladesh, qui s’était écroulé. On peut dire que la famille de Bernard-Henri Lévy, pour le commerce du bois, est une famille d’esclavagistes. Pareil pour Bolloré. Pareil pour les entreprises d’extraction de minerais au Congo. Si les gens avaient conscience de ce qui passait là-bas… Mais on préfère ne pas savoir.
  • Dans ce que tu dis, il y a deux choses : l’exploitation des gens et l’exploitation des matières premières.
  • En effet. Esclavagisme, colonialisme, néo-esclavagisme, néo-colonialisme : tout ça ressort des mêmes principes fondateurs, l’obligation de faire des profits.
  • Sans compter qu’on n’exploite pas que les gens et les sols, mais aussi tout l’environnement et même les animaux !
  • Bien entendu, pas besoin de rappeler le changement climatique, le cheptel de poissons qui diminue, les tortues qui disparaissent prises dans les filets de la pêche en eaux profondes, l’élevage industriel. Je dis ça je dis rien mais le génome du cochon est particulièrement proche de celui de l’Homme. Dès qu’on a essayé de distinguer complètement l’Homme de l’animal, on s’est retrouvé dans l’embarras. Il y a des animaux qui n’ont pas de cordes vocales adaptées mais qui sont capables de rudiments de langage et de grammaire – comme certains grands singes, une catégorie dont nous faisons partie ! Des animaux rient, aiment, etc.
  • Tu vas te la jouer Vegan ?!
  • Chacun « joue » la partition qu’il veut sur ce point. Je pense juste – point Godwin ! – que si on ne peut accepter des camps d’extermination pour des êtres vivants comme les humains, il n’y a pas de raison objective de l’accepter pour d’autres espèces. Je ne suis pas opposé au fait de manger de l’animal, après tout on est loin d’être la seule espèce à le faire, mais le processus de mise à mort industriel, avec son cortège de souffrance, me paraît indigne de ceux qui ont fait du substantif « homme », le substantif « humanité ».
  • Par rapport à l’environnement, tu ne crois pas que l’innovation technologique va permettre de s’en sortir ?
  • Je veux bien y croire, mais pour l’instant c’est un vœu pieux. Regarde par exemple l’informatique : son coût environnemental est tout simplement prodigieux. On parle de « clouds » comme si les données flottaient dans les airs ! C’est complètement stupide. Des fermes de serveurs immenses consomment une énergie gigantesque pour stocker des vidéos de chatons sur Youtube.
  • Tu deviens réac, là !
  • Non, je fais un peu de provoc. Elle devient longue cette discussion ! Je dis une chose : puisqu’on nous promet que les nouvelles technologies pourront amener de la croissance et des profits « propres », faisons un moratoire de l’industrie polluante jusqu’à ce qu’on y arrive. On arrête les frais, basta !
  • Ça n’est pas possible et tu le sais…
  • Et pourquoi donc ?
  • Parce que toute l’économie s’écroulerait.
  • Et pourquoi s’écroulerait-elle ?
  • C’est toi qui me l’as expliqué, parce qu’elle est obligé de faire du profit.
  • Voilà, tu fais les inférences tout seul maintenant !

Suite dans la partie 5.

***

Merci au tipeur grunge_puppet_fatal86 !
Pour vous aussi soutenir le blog du radis : c’est ici 

Par défaut
Analyses

Comprendre les fusions d’entreprises (partie 2)

Le début du dialogue est disponible ici.

  • …ce sont toujours les mêmes acteurs économiques au final qui prennent du poids au détriment des autres en rachetant, en fusionnant, en grossissant.
  • Au détriment des autres ?
  • Et ils sont nombreux !
  • C’est ce qui m’intéresse justement. Les conséquences sociales, les conséquences concrètes des fusions. Mais avant de les aborder, je voudrais encore comprendre quelque chose. S’il y a un telle « tendance monopolistique » depuis si longtemps, comment se fait-il qu’il n’y ait pas que des monopoles aujourd’hui ?
monopole

Le linge Monopole supprime le blanchissage, pas le blanchiment, nuance!

  • Très bonne question. Je vois deux raisons essentielles : d’abord parce que comme le marché est libre, de nouvelles entreprises continuent d’être créées tout le temps – quitte à être « avalées » plus tard. D’autre part, il existe des « autorités de la concurrence », censées empêcher les monopoles.
  • Ah, c’est bien ce que je pensais ! On peut donc réguler la « tendance monopolistique ». Et faire en sorte que ce ne soit pas un problème.
  • Ce serait magnifique mais, non, ce n’est pas comme ça que ça se passe. Si on régulait vraiment, le marché ne serait plus libre, comme je l’expliquais plus haut.
  • Heu… Je suis perdu. À quoi sert-elle cette régulation alors ?
  • À empêcher que le système se casse la figure. Imagine un secteur de l’économie dirigé par un monopole, que se passerait-il ?
  • Il aurait tout pouvoir d’augmenter les prix, d’exploiter les travailleurs, de fournir des objets de mauvaise qualité, etc. En somme, c’est ce qu’ils font déjà !
  • J’apprécie le sarcasme mais, non, ce n’est pas tout à fait ce qu’ils font. Le laptop sur lequel travaille le schizophrène qui rédige ces lignes fonctionne plutôt bien jusqu’ici…
  • D’accord, bon, j’exagère un peu. Dans un système de monopole complet détenu par le privé, ce serait encore pire, c’est ça ?
  • Et ce n’est pas tout. Il faudrait imaginer ce scénario étendu à tous les marchés. Pas seulement les chaussures dont on parlait tout à l’heure, mais l’énergie, les transports, l’agriculture, les télécommunications, etc.
  • Et ça change quelque chose que ce soient des monopoles privés ou publics ? Ou c’est juste de la vraie concurrence qu’il faut ?
  • Très bonne question. On peut préciser : tant qu’il n’y a pas un seul monopole privé qui maîtrise tous les marchés, un peu comme dans un scénario de science-fiction, chaque monopole lié à un marché doit continuer à faire des profits et essayer de se diversifier pour entrer sur un nouveau marché. On laisse pour l’instant la question de la « vraie concurrence », mais j’y reviendrai, promis.
  • Donc pour éviter que ce soit un autre monopole d’un autre marché qui fasse pareil avec lui ?
  • On est dans le même principe que tout à l’heure, mais à l’échelle de tous les marchés. D’ailleurs, cette diversification existe déjà. Tu te souviens de l’importateur de voitures d’Ieteren qui a racheté les cahiers Moleskine ! La papeterie et les voitures, ça n’a aucun rapport ! C’est juste pour grossir.
  • D’accord. Et c’est différent pour les monopoles publics ?
  • Ah, sensiblement. Un monopole public n’est pas un monopole né du marché libre, au contraire. C’est un monopole qui naît de la loi, parce que le marché n’est justement pas libre. Autrement dit, il ne doit pas batailler pour conserver sa position et, par conséquent, il ne doit pas faire de profits. En plus, le monopole public est censé, comme son nom l’indique, appartenir au public, donc représenter les intérêts de tous et pas les intérêts de quelques actionnaires.
  • Je pense que je comprends. Du coup, toutes les conséquences négatives dont tu allais me parler ne s’appliquent pas aux monopoles publics ?
  • Non, en effet. Ce qui ne veut pas dire qu’un monde fait exclusivement de monopoles publics serait un monde parfait. Il y a d’autres obstacles mais ce n’est pas le sujet, ici.
  • Tu as raison, je risquerais de te parler des expériences communistes passées et tu n’aimerais pas ça !
  • Là encore, j’apprécie le sarcasme ! Ça ne me dérange pas d’en parler, en fait. Mais on va faire une chose à la fois si tu veux bien.
  • On en était où ? Au fait que si un monopole s’étend à tous les marchés… Que se passe-t-il ?
  • Réfléchis…
  • Eh bien, là, il n’a plus aucune obligation de qualité, ni même d’encore grandir en fait. Le monde serait géré par un seul individu et selon son seul bon vouloir. Ce serait un monde totalitaire géré par le privé. Heureusement, on n’en est pas là.
  • Et on n’en sera jamais là. Parce qu’on aurait alors changé de modèle économique. C’est pour ne pas arriver à ça que la régulation existe. Autrement dit, la régulation n’a pas comme objectif de « limiter » le système, de le rendre « décent », mais plutôt d’assurer sa longévité !
  • J’avais jamais pensé voir les choses comme ça… Bon, c’est peut-être le moment de parler de tous les problèmes que ces pseudo-monopoles créent, tu ne crois pas ? En plus, il y a plein de sujets sur lesquels tu m’as dit qu’on reviendrait plus tard.
  • Oui, je n’ai pas oublié. On va essayer d’en énumérer quelques-uns en illustrant avec des événements de l’actualité très récente. Donc, résumons. Les grosses entreprises, pour survivre, doivent croître. Pour ça, elles rachètent, fusionnent, prennent des participations financières, etc.
  • Jusqu’ici, je te suis.
  • Une fois qu’elles ont fusionné, que se passe-t-il ?
  • Eh bien, il y a moins d’acteurs économiques sur le marché de la chaussure !
  • Très bien, on peut rester sur le marché de la chaussure pour bien comprendre. Moins d’acteurs économiques ? Pas forcément. Entre-temps, plusieurs petites entreprises innovantes de chaussures peuvent avoir vu le jour.
  • Il y a moins de « gros » acteurs économiques sur le marché de la chaussure alors !
  • Oui, voilà. Et en interne de ces entreprises ? Il se passe quoi si deux entreprises fusionnent ?
  • Eh bien, je suppose qu’il y a des doublons dans le personnel. Donc des licenciements ?
  • Souvent, les licenciements collectifs font même partie des pré-accords de fusion : on négocie le nombre de personnes à licencier avant de fusionner.
  • Ça arrive à chaque fois ? Je veux dire : est-ce que c’est aussi inéluctable que le processus de fusion dont tu me parlais ?
  • Disons que je vois peu de contre-exemples. Les licenciements peuvent arriver plus tard ou plus tôt, mais ils arrivent. Regarde Siemens. J’expliquais fin novembre que le groupe allait se séparer de plusieurs milliers de personnes. Et la fusion entre Alstom et Siemens date de fin octobre.
  • Oui, et parfois l’entreprise qui rachète ne reprend pas le personnel de l’entreprise rachetée. Je suppose que tout cela dépend du type de rachat ou de fusion.
  • Un rachat n’est d’ailleurs pas une fusion…ni une prise de capital ! Mais on n’a même pas besoin de tous ces détails, tant qu’on garde en tête qu’il n’y a pas que les licenciements « secs » qui comptent.
  • C’est-à-dire ?
  • Eh bien, les départs à la retraite anticipés sont aussi des formes de licenciements. Et même les départs « naturels » à la retraite, si les postes quittés ne sont pas remplacés, ont le même effet sur les travailleurs restants et sur le marché du travail en général.
  • Sur les travailleurs restants, ça veut dire encore plus de pression puisqu’ils vont devoir faire le même travail, mais avec moins de personnel ?
  • Et sur le marché du travail…
  • …parce que le chômage ira en augmentant !
  • Tout juste.
  • À propos du chômage, j’ai parfois l’impression que selon la personne qui parle, on a des discours complètement opposés. Classiquement, on dit qu’on « fait dire » ce qu’on veut aux chiffres.
  • Ce qui est vrai. Par exemple, de façon générale, on peut dire que les chiffres du chômage évoluent peu depuis 10 ans en Wallonie.
  • À part pour les plus âgés pour qui la tendance est sans cesse croissante.
  • Oui, ce qui peut être un effet des grandes vagues de licenciements d’ailleurs. Mais ce n’est pas seulement ce que je voulais dire. Ce que je veux dire, c’est que cette statistique ne dit pas grand-chose si on ne la met pas en liens avec la politique de ces dernières années sur le chômage.
  • Tu dois être plus précis.
  • Eh bien, en Wallonie, les politiques ont mis en place la dégressivité du chômage.
  • Ça ne change rien aux chiffres, ça !
  • Mais ils ont aussi mis en place l’exclusion du chômage.
  • Bah du coup, le chômage devrait diminuer alors ?
  • Si tu regardes le tableau dont je te parlais, on dirait bien que c’est le cas pour la dernière année. Et ce serait le résultat artificiel d’une politique antisociale. Pas la conséquence positive d’une reprise économique.
  • Et il y a un moyen de vérifier si le chômage diminue artificiellement ou réellement ?
  • En regardant par exemple les chiffres de fréquentation des CPAS. Et ceux-là sont sans ambiguïté: +10% en 8 mois pour 2016 !
  • C’est énorme ! Il n’y aurait pas d’autres explications en plus ? Comme les migrants qui ont droit au CPAS.
  • Si, je suppose que ça peut avoir un effet aussi, mais ça ne peut expliquer une telle différence. Tu vois, c’est très compliqué et c’est la raison pour laquelle on « fait dire » ce qu’on veut aux chiffres, selon ce qu’on veut montrer. Il n’y a pas d’outil qui dirait la Vérité avec un grand « V » – juste des façons de voir le monde en fonction des valeurs qu’on défend.
  • On en revient aux questions de morale de tout à l’heure.
  • Oui, en effet.
  • Mais pourquoi le plein emploi ne serait-il pas possible ?
  • Bonne question. Parce que le chômage est en fait très utile au capitalisme.
  • Pardon ? Mais il me semble avoir entendu des patrons disant qu’il fallait lutter contre le chômage !
  • Peut-être mais c’est de l’hypocrisie.
  • Je ne comprends pas.
  • Pourtant c’est simple. Comment s’assurer, comme patron, que tu auras toujours une « manne disponible » dans laquelle puiser de nouveaux travailleurs dès que tu en as besoin ? Avec du chômage ! Comment s’assurer que tu pourras mettre la pression sur tes travailleurs ? En leur disant qu’il y en a plein qui n’attendent qu’une seule chose : leur place. Donc, grâce au chômage ! Comment s’assurer que tu pourras les sous-payer ? En leur disant que c’est déjà mieux que le chômage – surtout s’il est dégressif !
  • Du coup, d’après toi, le travail se raréfie d’un côté et ça continue de servir les intérêts des patrons de l’autre, non seulement parce que ça diminue leurs coûts salariaux mais en plus parce que ça leur permet de faire du chantage auprès de leurs travailleurs, c’est ça ?
  • C’est ça.
  • Pas très réjouissant.
  • En effet. Et les conséquences sont très concrètes : on exige des travailleurs de plus en plus de « flexibilité », un joli mot derrière lequel on trouve du travail de nuit, du travail les jours fériés, l’exigence d’être appelé à n’importe quel moment même si on est en congé, des périodes très denses suivies de périodes de chômage technique, etc.
  • Avec des burnout pour conséquence.
  • Imagine qu’en 7 ans à peine, de 2007 à 2014, les cas de dépressions et burnout ont quasi triplé ! Et c’est pendant ce même laps de temps que le gouvernement soi-disant socialiste de Di Rupo en Belgique a mis en place la dégressivité du chômage et l’exclusion du chômage.
  • Et l’augmentation des cadences produit des accidents aussi. Il n’y a pas si longtemps, il y a eu des morts chez Arcelor Mittal suite à une explosion, à la SNCB aussi…
  • Ce n’est pas tout. Jeudi passé, un chauffeur poids lourd néerlandais est mort sous les roues de son camion, encore une fois chez Arcelor Mittal à Gand, au même endroit.
  • Franchement, c’est déprimant. Cela dit, la tendance générale depuis 100 ans reste quand même la diminution progressive du temps de travail…
  • Ce n’est pas aussi clair. Cette tendance était évidente, tu as raison, jusque récemment. Mais, en observant convenablement les statistiques disponibles, on constate un resserrement, en tout cas depuis 1999. Cela fait presque 20 ans que le temps de travail ne s’est pas réduit, ça commence à compter. D’autant que, comme tu le sais, l’âge de la retraite a été repoussé. Je pense qu’on va vers une réaugmentation du temps de travail tout au long de la vie.
  • Malgré la robotisation !
  • Celle-ci ne se traduit pas, ou pas encore, en termes de productivité. C’est un phénomène pour lequel il n’existe pas d’explication qui fait consensus, mais j’en ai donné mon interprétation récemment.
  • Pourtant la réduction du temps de travail revient souvent sur le tapis, comme la semaine de quatre jours.
  • Dans les propositions de loi actuelles, celle-ci n’est proposée que dans le but d’augmenter encore la flexibilité des travailleurs, comme on le voit chez Auto 5. Il faut voir aussi si ça se traduit effectivement en nouvelles embauches. Pour l’instant, je reste sceptique.

Suite dans la partie 3.

***

Merci au tipeur grunge_puppet_fatal86 !
Pour vous aussi soutenir le blog du radis : c’est ici 

Par défaut
Analyses, Réactions

Les robots ne prendront (malheureusement) pas notre travail

Dans un article récent paru dans La Libre, l’auteur s’étonne de ce que les robots et l’intelligence artificielle n’apparaissent pas dans les statistiques sur la productivité du travail. En effet, si les robots sont « partout » et le seront de plus en plus, il est logique de penser qu’ils remplaceront le travail humain. Or, si les robots remplacent le travail humain, ils devraient démultiplier la capacité de produire. Problème : la croissance de la productivité n’a jamais été aussi faible ! Paradoxe…

machine

Moulding machine in a marble yard in Long Island City

Deux interprétations « conventionnelles » sont possibles et développées dans l’article auquel je me réfère : soit les révolutions technologiques sont, en fait, « moins révolutionnaires que prévu » et que « les précédentes », soit elles « mettraient du temps à se traduire en gain de productivité ». Pas très convaincant tant les progrès de l’intelligence artificielle et de la robotique semblent énormes tout en se démocratisant.

Je vous propose une troisième lecture, qui ne contredit pas, par nature, ces deux premières explications mais, d’une certaine façon, les rend inopérantes.

Et si c’était tout autre chose ?

Tout d’abord faut-il se mettre d’accord sur ce qu’on entend par « productivité ». La productivité répond à la question : à quel point un facteur de production doit-il contribuer au résultat final ? Par exemple, combien de voitures un ouvrier à temps plein est-il capable d’assembler en une journée ? On parle de gain de productivité quand la contribution diminue pour une production stable ou quand la production augmente pour une contribution stable. En clair : un gain de productivité, c’est arriver à faire plus avec moins.

Évidemment, elle se calcule par rapport à une date antérieure. Et, autre point important, la productivité est en lien avec la compétitivité, c’est-à-dire la capacité à être plus productif que son voisin… C’est là que se pose une question absolument essentielle, même si elle est contre-intuitive : les acteurs économiques ont-ils intérêt à augmenter la productivité ? Ma réponse qui, je le concède, est iconoclaste, est de dire : « non, ils n’ont pas intérêt ! »

Alors quoi ?

En fait, les acteurs économiques ont intérêt à augmenter la compétitivité. C’est-à-dire à être plus productif que leur voisin. La nuance est subtile, mais elle est importante. Il s’agit moins d’être productif dans l’absolu que d’être productif si le concurrent l’est moins que nous.

Le problème, c’est que sur l’ensemble des marchés, les acteurs économiques n’ont pas intérêt à être plus productifs : car un gain de productivité grâce aux robots mène à des licenciements. (Je parle donc bien de l’ensemble des marchés : sur un marché en particulier, on assiste régulièrement à des licenciements qui sont toujours reçus comme d’excellentes nouvelles par les actionnaires parce que les licenciements supposent plus de profits.) L’ensemble des licenciements mènent à une perte généralisée du pouvoir d’achat de consommateurs qui n’ont plus les moyens d’acheter ce que les robots ont produit. Arrive un moment où même la pub, les Black Friday, les crédits à la consommation et j’en passe n’arrivent plus à faire acheter des gens qui n’en ont plus les moyens. Il en résulte des crises de surproduction : il y a beaucoup trop de produits par rapport à la demande.

Soyons clairs : énormément de jobs aujourd’hui pourraient déjà être remplacés par des robots, avec une explosion de la fameuse « productivité ». S’ils ne le sont pas, c’est parce que personne n’y gagnerait. En fait, on remplace les humains par des robots qu’à des « moments précis » où, précisément, la surproduction ne guette pas, comme on le voit dans cet article à propos d’Amazon.

D’accord, mais comment être plus compétitif ?

Dans un système capitaliste, ce qui permet d’être à la fois productif, à la fois compétitif (donc faire plus de profit que l’autre)…c’est le travail humain, pas les robots ! Et voilà pourquoi les robots ne remplaceront jamais les humains. Ou, si cela arrive, c’est qu’on ne sera plus dans un système capitaliste. Je m’explique.

Le travail humain est le seul travail que l’on peut « exploiter », le seul travail dont on puisse tirer une « plus-value ». En effet, on ne peut « exploiter » une machine : la machine ne fera jamais que ce qu’on lui demande. Si deux entreprises utilisent les mêmes machines, toutes autres variables étant égales par ailleurs (taille de l’entreprise, stratégies marketing, compétences des dirigeants, etc.), elles produiront rigoureusement la même chose. C’est très différent pour le travail humain. D’abord, en une journée de travail, un ouvrier produit plus que ce qui est nécessaire à la reproduction de sa force de travail. Autrement dit, il produit plus que son salaire qui doit lui permettre de se loger, se nourrir, se soigner, etc. Cet excédent, c’est la plus-value. Le profit du patron se trouve là. Ensuite, on peut toujours « mieux exploiter » que son voisin : moins de « charges » sociales, augmentation des cadences, de la durée de travail, baisses de salaires, délocalisation, droit du travail rogné, etc.

Vous aurez d’ailleurs remarqué que si la présence des robots ne se généralise pas, l’exploitation des travailleurs, elle, se généralise bien. Depuis la fin des trente glorieuses, dont les raisons sont à trouver dans la reconstruction après la deuxième guerre mondiale et dans la crainte occidentale du communisme, ce n’est qu’une longue liste de droits sociaux qui vont en s’amenuisant. Le dernier acquis social ? Les 35 heures en France en…1998 ! Soit il y a 20 ans !

Conclusions

Chaque acteur économique, dans son coin, est tenté par l’usage de robots. En effet, l’avantage concurrentiel à très court terme est évident : je produis plus et moins cher, donc je peux vendre plus, je fais plus de profits et je gagne la guerre économique. Sauf qu’un acteur économique n’est jamais dans son coin : tous font pareil, plus ou moins en même temps, et se tirent collectivement une balle dans le pied. Collectivement, les (gros) acteurs économiques savent qu’il leur faut garder du travail humain pour continuer à faire du profit.

Ajoutons que seuls les très gros acteurs économiques ont les moyens de remplacer la main d’œuvre par des robots. La tendance aux monopoles fait que ces acteurs sont déjà très peu nombreux sur chaque marché. Chaque mois, de nouvelles affaires concernant des « ententes » entre les grandes entreprises sortent dans les médias. On peut imaginer aisément que les ententes ne concernent pas seulement les prix mais aussi des stratégies comme celle-ci. Il vaut mieux collectivement faire un peu moins de profit à court terme, que foncer tête baissée tout seul dans une course qui mène tout le monde à sa fin ! Même le pire capitaliste sait se montrer solidaire (avec les autres capitalistes) quand il le faut !

La notion de profit est essentielle car sans nécessité de profits, nécessité de plus-values, nous pourrions déléguer aux machines beaucoup de ces tâches et travailler moins pour…vivre un peu plus.

 

 

Par défaut