Réactions

Il te prend l’envie de « complimenter » les femmes…

Ce post, c’est pour mes potes mecs, mes proches mecs, les mecs qui me suivent. Et…je l’adresse à moi-même avant tout.

Il semblerait qu’on ait bien besoin d’un « reminder » pour savoir comment se comporter en rue. Ouais, c’est désolant…mais apparemment nécessaire. Je nous fais un récap’ de lieux communs, mais aussi d’une ou deux petites choses pas si évidentes et qui concernent notre rapport aux femmes dans l’espace public.

Je ne sors pas toutes ces infos de nulle part. Y’a des sources plus bas, ça vaut vraiment le coup d’aller les lire. Merci donc, avant tout, à celles qui ont témoigné, expliqué, illustré…mais c’est le moment de faire le taf nous-mêmes comme des grands.

Extrait des entretiens de Jean-Paul Sartre avec John Gerassi (pagination inconnue – Google books

Je ne dévisage PAS une femme, peu importe comment elle est habillée
Je ne l’interpelle pas sans raison (la trouver « charmante » n’est PAS une raison) et, a fortiori, je ne l’insulte pas, je ne commente pas ses vêtements, ses yeux, sa silhouette ou ce que j’imagine être sa vie sexuelle
Je ne siffle pas, je ne grogne pas, je ne m’exhibe pas (ouais, y’en a qui font tout ça)
Je ne touche pas une femme qui ne m’a pas donné son consentement
Je n’évalue pas le physique d’une femme dans l’espace public – même si je m’adresse à mes potes
•Je suis conscient que ces comportements SONT graves (et leurs conséquences aussi, voir les dossiers en sources) et s’inscrivent dans un ensemble de violences faites aux femmes

Ça va jusqu’ici? On est OK avec tout ça? Alors on continue, ça va se corser un peu.

Je dis clairement à mes potes relous qu’ils sont relous et les effets que leur lourdeur a sur les femmes ; a fortiori je ne les encourage pas, je ne ris pas des comportements de merde, je ne les passe pas sous silence
On a tous merdé un moment ou un autre ; c’est pas « trop tard » pour autant. Aujourd’hui est un bon moment pour commencer à faire gaffe !
•Je ne suis pas, en tant que mec, biologiquement programmé pour être relou. Être un mec n’est donc pas une excuse
•Le fait que je me trouve sexy, puissant, riche ou que sais-je ne change rien (!) : mes comportements merdiques restent merdiques
•Le fait d’être blanc/éduqué ne me rend pas « automatiquement » respectueux (les comportements de merde ne s’arrêtent ni à une classe sociale, ni à une culture)
Le sentiment d’être « toujours rejeté » (#INCEL) ne rend pas, non plus, mes comportements merdiques moins merdiques
•De façon générale, si je ne souhaite pas qu’on agisse envers une femme que j’aime (ma compagne, ma sœur, ma mère, une amie, etc.) comme je suis en train de le faire, c’est que mon comportement EST merdique
•Si j’assiste à une situation de harcèlement, j’agis! C’est tricky, mais il y a plusieurs possibilités selon les cas (voir en sources)
•Je suis conscient que ces comportements ne sont en plus qu’une part infime du système sexiste (l’effet d’accumulation est énorme)
•Je suis conscient que je SUIS UN MEC et, qu’à ce titre, je suis DÉJÀ suspect d’être un emmerdeur (grâce à tous NOS comportements de merde depuis beaucoup trop longtemps) – autrement dit, je fais ce que je peux pour rester discret.

Des infos sur ce projet ici

Vous êtes toujours là? Excellente nouvelle. Maintenant, on va se demander que faire ou que dire quand une proche nous raconte ce qu’elle a vécu.

Écouter n’implique pas que je doive donner mon avis (si elle ne me le demande pas, c’est qu’elle s’en fiche probablement)
Non, elle ne l’a pas « cherché ».
Je la crois (par définition, comme je ne suis pas une femme, je ne peux pas savoir ce qu’elle vit mais j’ai le devoir d’essayer de comprendre) ; je fais preuve d’humilité
•De mon côté (pas besoin de lui imposer mes états d’âme), je fais le taf de me demander VRAIMENT si je n’ai pas moi aussi des comportements merdiques (et j’en ai très probablement)
Je ne juge pas la réaction qu’elle aura eue suite à l’événement qu’elle me raconte (qu’elle ait dit ou fait quelque chose…ou pas)
Je n’ironise pas et je ne minimise pas (si elle m’en parle, c’est qu’elle est touchée et ça devrait suffire)
Je ne fais pas « l’avocat du diable », ce serait lui imposer une double peine (et puis ça sert à quoi, sérieusement ?)
•Je me souviens qu’une femme vit ça TOUT LE TEMPS (donc le comportement sexiste vient s’ajouter à la longue liste des précédents et/ou de tous ceux qui suivront, y’a des stats dans les sources)
Je ne la ramène pas à moi (on s’en fout que « moi je ne fais pas ça », y’a rien d’honorable, c’est juste normal), ni ne m’intéresse subitement aux oppressions que subissent les hommes à ce moment-là (c’est hors-sujet en fait)
•Si, en tant que mec, je serais « flatté » de recevoir de tels « compliments », c’est précisément parce que j’occupe, comme mec, la place du pouvoir (puis c’est tellement rare qu’il n’y a de toute façon pas d’effet d’accumulation)
Je ne lui demande pas de me rassurer (elle a autre chose à faire)
•Je n’attends pas d’être remercié ou félicité (elle a autre chose à faire bis)
•Je n’attends pas « d’être instruit » (en particulier par mes potes femmes, elles ont autre chose à faire, encore) ; mais au contraire je lis activement sur le sujet, j’écoute des podcasts, je regarde des docus. Ce ne sont pas les ressources qui manquent. Je n’hésite pas à partager mes ressources avec mes potes mecs, à débattre, à argumenter, etc.
•J’accueille sa colère, sa peur, sa tristesse, etc. sans me sentir personnellement attaqué
•…mais je me remets en question si je SUIS personnellement mis en cause.

Bon, si vous êtes encore ici, à ce moment de ce looooong post, c’est qu’il y a encore de l’espoir.

Mais vous risquez de vous exclamer : alors quoi? Je ne peux plus rien dire? On ne peut plus draguer?

•Si j’ai une vraie raison d’adresser la parole à une femme dans l’espace public (je suis perdu, j’ai un souci de santé, mon téléphone portable est mort, etc.), je m’adresse à elle comme si je m’adressais poliment à un mec. Easy, non ?
•Je respecte une distance physique (ça fait moins flipper et, btw, c’est un des gestes-barrière, hop combo)
•Dans une interaction, on est au moins deux à participer. Je ne m’inquiète pas quant au fait que si séduction mutuelle il devait y avoir, je serais au courant sans avoir à dévisager/interpeller/toucher, etc.
Non, bah c’est non. C’est pas un oui déguisé, c’est pas un peut-être oui plus tard ou si j’insiste. Une absence de réponse, c’est non aussi. C’est juste…non.

Il est probable que j’aie oublié plein de choses et/ou que j’aie été maladroit ou inadéquat dans certaines formulations. L’espace commentaires ci-dessous est là pour en parler et je modifierai ce qui devra l’être.

Quelques sources pour aller plus loin

•Un dossier super riche de Garance ASBL, avec les concepts de harcèlement, l’histoire, des stats, etc. : http://www.garance.be/docs/16HSEPrevuelitterature.pdf

•Le blog « D’où » qui montre que la colère est une forme de résistance : c’est ciselé, c’est juste, c’est percutant :https://doulapage.com/…/dou-tu-suis-pas-bien-les-regles-po…/

•Un guide illustré du respect dans la rue, notamment de comment on peut agir en tant que témoin : https://www.planningsfps.be/…/petit-guide-illustre-du-resp…/

•Le projet crocodiles : des témoignages de harcèlement mis en images par les auteurs du guide précédent https://projetcrocodiles.tumblr.com/

•Un dossier qui me semble assez complet sur le sexisme : https://igvm-iefh.belgium.be/fr

•Un article (à partir de la page 79) fondamental sur le processus d’allié quand on est un mec : http://redtac.org/…/PDF-F%C3%A9minismes-%C3%A0-t%C3%A9l%C3%…

Par défaut
Réactions

Quand Amnesty assume ne « jamais » être critique de « la qualité du travail de ses chercheur.es »

Suite à la publication de mes articles sur la Chine, on m’a plusieurs fois demandé : « Et Amnesty, ils ne répondent pas ? ».

Effectivement, si ce que je dis est faux, Amnesty a tout intérêt à en apporter la preuve – et ce pour que ne se propagent pas des « fake news ». Si je ce que je dis est vrai, Amnesty aurait tout intérêt à se taire – pour éviter un « effet Streisand » et pour éviter de devoir se corriger. La meilleure censure, plus efficace que la répression, est celle consistant à s’assurer que les voix hétérodoxes demeurent marginalisées. Vous pouvez crier tant que vous voulez, si y’a personne pour écouter, vos cris resteront parfaitement inutiles.  

La pensée dominante se caractérise ainsi par sa…domination ! Elle prend de la place seulement parce qu’elle s’assure que d’autres en prennent moins. C’est le socle de tout système. Si y’a des riches, c’est parce qu’il y a des pauvres à qui les riches volent le surtravail. Si les femmes demeurent opprimées, c’est parce que les hommes, en tant que classe, les oppriment. Même principe pour les personnes racisées et, en fait, pour toutes les structures de domination.

Ainsi, un.e intellectuel.le défendant une position marginale sera peu ou pas invité.e dans les médias mainstream, sera peu ou pas relayé.e, sera moins bien référencé.e par les moteurs de recherche, sera pointé.e comme « non fiable » par des prescripteurs comme le Décodex, sera peu ou pas invité.e à donner des conférences, des interviews, etc. Et lorsqu’iels le sont, le temps qui leur est accordé ne suffit pas à élaborer leur pensée car déconstruire nécessite du temps (comme le rappelaient Bourdieu et Chomsky) – là où la pensée dominante s’exprime sans difficultés, s’appuyant sur les prérequis, les clichés, les habitudes.

Est-ce à dire que l’absence de réponse d’Amnesty sur mes articles est une « preuve par défaut » que je dis la vérité ?

Pas si vite.  

Il y a quelques jours, on m’a contacté pour me partager des captures d’écran d’échanges avec Amnesty à propos de ma série sur la Chine. Analysons-les ensemble et voyons ce qu’on peut en retirer parce qu’il me semble que ces réponses sont caractéristiques de cette « censure par la marginalisation ». Quels sont les arguments déployés par Amnesty ?

  1. « Il s’agit d’un blog parmi tant d’autres » Comprenez : vous êtes marginal, donc vous n’êtes pas digne d’attention. Or, précisément, en vous confinant dans la marginalité, on s’assure que vous ne soyez jamais populaire et donc que l’on ne doive jamais dealer avec ce que vous dites. Dès la première phrase apparaît le principe de censure par la marginalisation. À noter qu’on pourrait très bien fonctionner autrement et décider que ce qui fait la valeur d’un blog n’est pas sa popularité mais la qualité de son argumentation. À ce compte-là, Amnesty accordera plus de légitimité à Cyril Hanouna qu’au blog du Radis.
  2. « […] qui accusent Amnesty, comme le font tous les États autoritaires, dictatures […] » Il s’agit ici d’un argument par association (au sens du passionnant Chaïm Perelman). Si vous « accusez » Amnesty, vous êtes nécessairement dans le camp des dictatures, voire vous êtes vous-même « une dictature » – la formulation entretenant ici cette ambiguïté. C’est sur cette base « d’association » que m’a été refusée, il y a quelques années, une place à l’assemblée générale d’une ONG « de gauche » parce que j’avais dénoncé les mensonges occidentaux sur la Syrie. Comprenez pourtant qu’il n’y a aucune forme de causalité : on peut très bien dénoncer les pratiques d’Amnesty (et ONG apparentées) ET être férocement opposé aux dictatures.
  3. « […] rouler pour les États-Unis (sic). » Ce qui est amusant, c’est que je n’ai JAMAIS utilisé cette expression « rouler pour les USA ». Le « (sic) » est donc totalement hors de propos. J’ai dans cet article apporté la PREUVE du financement d’Amnesty par les USA (j’y ai d’ailleurs nuancé sa vassalisation) et j’ai souligné dans cet article-ci la dimension géopolitique du séparatisme ouïghour soutenu, là encore, par les USA. Il est amusant de constater qu’Amnesty ne semble pas considérer que le nombre d’accusations allant dans le même sens est, au moins potentiellement, l’indice de ce qu’il y aurait quelque chose à remettre en question chez elle…
  4. « […] depuis longtemps décidé de perdre moins de temps à leur répondre […] » C’est très pratique et entretient, bien entendu, la marginalisation évoquée plus haut. Plus encore, cette phrase renvoie de façon sous-jacente à l’idée d’évidence que je traite dans le premier article de ma série sur la Chine. En effet, s’il est « évident » que ces blogs-dictatures accusent à tort Amnesty et qu’Amnesty défend « les victimes », pourquoi perdre son temps à leur répondre ? L’évidence a, comme je l’ai dit, le grand avantage de se soustraire à l’exigence de preuves ou, au moins, à certaine précaution épistémique.
  5. « […] défendre les victimes des violations des droits humains » Une nouvelle fois, Amnesty se positionne dans le camp du juste, là où je serais du côté des États autoritaires, des dictateurs. Être Amnesty « suffit » comme preuve de sa bonne foi – on frise l’argument d’autorité. Vous savez quoi ? Moi aussi je pense être « du côté des victimes » ! C’est fou, n’est-ce pas ? De toutes les victimes. Pas uniquement celles qui, pour l’une ou l’autre raison, plaisent à mon camp politique, ma culture, mon pays, mon système économique.
  6. « […] le problème avec la Chine, […] c’est que nous ne pouvons pas y entrer, faire des enquêtes sur le terrain […] : nous sommes interdits là-bas » Cet aveu est extraordinaire, et je l’avais déjà relevé dans cet article. Donc, Amnesty ne se prive pas pour AFFIRMER des tas de choses – sur les Ouïghours, sur le crédit social, sur les LGBTI et que sais-je encore – sans pouvoir aller sur le terrain, c’est-à-dire en étant complètement dépendante de tiers pouvant tranquillement l’instrumentaliser. Cette info ne mérite-t-elle pas d’apparaître EN PRIORITÉ sur la page « Chine » d’Amnesty ? N’implique-t-elle pas, pour Amnesty, de se demander pourquoi la Chine lui fait si peu confiance ? Par exemple l’impact que pourraient avoir les financements des USA, l’ennemi par essence de la Chine, sur le niveau de crédibilité qu’on peut lui accorder ? Ou le fait de constamment plébisciter les positions de séparatistes ? Etc.
  7. « […] comme en Arabie Saoudite […] » Nouvel argument par association : Chine et Arabie saoudite (le « s » ne prend pas de majuscule !) interdisent la présence d’Amnesty, donc ces deux pays sont comparables. Pratique, non ? Le fait que ces deux pays appartiennent, géopolitiquement, à des blocs opposés, qu’ils défendent des options économiques, culturelles, spirituelles parfaitement opposées importe peu, n’est-ce pas ? Le fait que l’Arabie saoudite soit l’alliée historique des USA, bailleur de fonds d’Amnesty, ne semble pas, non plus, être un problème moral insurmontable pour Amnesty. Des USA qui s’essuient largement sur les droits humains également : procès iniques, torture, inégalités abyssales, politiques criminellement guerrières, ingérences en tout genre, etc. Mais l’argent n’a pas d’odeur, hein. On croit rêver.
  8. « […] des défenseurs des droits humains, des membres d’ONG dont les témoignages sont recueillis » Hé oui, c’est bien ça le problème, cher Community Manager d’Amnesty : des témoignages. Ou, pour être plus précis, « huit » témoignages en ce qui concernent les Ouïghours. Tu vois le problème ? Tu vois le risque d’instrumentalisation, d’exagération voire de mensonges purs et simples pour ses propres intérêts religieux, séparatistes ou autres ? J’ai expliqué ici le problème des témoignages. Amnesty dit les recouper mais reconnaît que les Ouïghours sont « venus à elle » et que les « 100 Kazakhs » ont tous été amenés par les deux mêmes personnes.
  9. « Il est dès lors facile pour un « journaliste » qui tient son blog dans son coin […] » Je suis content d’apprendre que mon taf est facile et suffisamment peu crédible pour qu’Amnesty se permette de mettre des guillemets méprisants autour du mot « journaliste ». On ne tiendra pas compte des heures, des jours, des semaines, des mois entiers, la nuit, avec mes enfants jouant à mes côtés, en assumant mon travail rémunéré pendant le jour, à lire, à écrire, à traduire des documents, à fact-checker, à m’interroger sur mon positionnement, ma méthodologie, la solidité épistémologique de ce que je raconte, etc. J’ai cru, un instant, que ça avait un peu de valeur. Mais apparemment, tout ça est « facile ». Chouette, moi qui craignais être parfois trop peu accessible. Quelle arrogance ! Quel mépris ! Et quelle bêtise.
  10. « Si la Chine, comme la Corée du Nord, permettait à des ONG comme Amnesty de mener des enquêtes, il en serait autrement » Mais, avec tous les mensonges, les imprécisions, la partialité dont vous faites preuve, je serais Président de la Chine, JAMAIS je ne vous donnerais accès à mon territoire – indépendamment de ce qui s’y passe ! Est-ce si difficile à comprendre ? Commencez par faire preuve d’honnêteté, par exemple en disant : « Nous ne pouvons pas confirmer le chiffre d’un million de Ouïghours détenus » ou « les documents confidentiels de l’ICIJ infirment les témoignages que nous avons recueillis » ou « le World Uyghur Congress est une organisation séparatiste », etc. Il y a BEAUCOUP de vos affirmations qui auraient depuis longtemps dû rester des hypothèses ou sur lesquelles vous auriez dû revenir. Vous n’êtes pas crédible et il n’y aucune raison, sur cette base, qu’un pays comme la Chine ou la Corée du Nord vous ouvre ses portes.
  11. « Nous sommes, nous employé.es, membres, sympathisant.es, les plus sévères critiques avec notre mouvement […] Jamais de la qualité du travail de nos chercheur.es » Eh bien, voilà qui a le mérite d’être explicite. Si la seule critique que vous êtes capables d’entendre est celle émanant de l’interne et que, de surcroît, « jamais » vous ne remettez en question le travail de vos chercheur.es, il y a peu de chance, en effet, qu’un blog comme le mien égratigne vos certitudes. Gageons que ce ne soit en revanche pas le cas de mes lecteur.rices.

Il me semble que ces quelques verbatim illustrent à merveille le principe de marginalisation des voix hétérodoxes que j’ai évoqué en introduction.

Comment ?

Simple ! Ne pas me faire de publicité en me répondant, m’associer aux dictatures, sous-entendre que je défendrais une théorie du complot en évoquant le rôle des USA, mettre sur la Chine la responsabilité des mensonges (quelle que soit la nature de ces derniers) d’Amnesty, ne jamais mettre en question la valeur des témoignages, ridiculiser le travail des auteurs indépendants et, enfin, ne « jamais » être critiques envers le travail de ses chercheur.es.

La messe est dite.

Par défaut
Analyses, Réactions

BONUS Chine – Que penser du documentaire d’Arte « Tous surveillés ? 7 milliards de suspects »

Bon, clairement, si je décidais de débunker tout ce qui se dit sur la Chine en ce moment dans nos belles démocraties occidentales, je serais occupé à temps plein. Et comme apparemment je suis pas trop trop financé pour rédiger le « Radis », vous comprendrez que je mette mes priorités ailleurs.

Pourtant.

Pourtant, il semble que le documentaire d’ARTE « Tous surveillés – 7 milliards de suspects », que vous pouvez visionner ici, vous a suffisamment marqués pour que j’en fasse un commentaire. Je ne serai ni aussi précis ni aussi complet que dans la série « Il est évident que la Chine ». Il y a des questions auxquelles je ne pourrai pas répondre, mais d’autres auxquelles je peux.

Un commentaire général d’abord : après avoir exploré la question de la surveillance dans les pays capitalistes occidentaux (essentiellement USA, Israël et France), le documentaire aborde le cas chinois et y dédie plus de la moitié du temps final. Fort bien.

Le documentaire me semble particulièrement bien disposé à l’égard des USA. Par exemple, sur les 1h30 de film, PAS UN MOT n’est dit quant au gigantesque programme d’espionnage global de la NSA, le fameux PRISM, qui avait été dénoncé par Edward Snowden. Entre-temps, ce dernier a dû trouver refuge dans un autre pays. Pour un docu censé parler de la surveillance globale, comment dire, c’est…surprenant. On y évoque le Patriot Act sous Bush junior, et la volonté de Trump d’user de la reconnaissance faciale dont le docu dénonce les failles qui touchent avant tout les personnes racisées (que le film appelle « personnes de couleur »). Certes, on y évoque aussi le projet Maven, qui utilise(ra) la mal nommée « intelligence artificielle » à des fins militaires. Mais sur PRISM, qui concerne la surveillance du monde entier, rien. Nada. Pourquoi ?

Israël est également présenté sous un jour ultra favorable. Le pays y est décrit comme subissant les assauts du terrorisme depuis sa naissance…sans jamais envisager que, peut-être, c’est une nation dont le gouvernement est lui-même terroriste, raciste et s’est rendu coupable des pires crimes imaginables depuis son indépendance, le tout en s’essuyant allègrement sur pas moins de 34 résolutions de l’ONU (il y en a peut-être eu plus depuis cette source, btw).

En France, le documentaire évoque le cas de Nice qui, après les attentats, aurait décidé de miser elle aussi sur la reconnaissance faciale. Pour ce faire, elle adopte une technologie israélienne (pourquoi s’embarrasser de la morale de nos fournisseurs, n’est-ce pas ?) Il y est aussi fait référence à une base de données centrale, le fichier TES, qui regroupe l’ensemble des données d’identité et biométriques des Français. Un premier pas vers une surveillance tout à fait analogue à celle dénoncée dans la seconde partie du film.

Point commun entre les USA, Israël et la France ? Le business. Car c’est bien là l’intérêt des sociétés capitalistes : faire de l’argent. Et la peur y mène très efficacement. Ainsi, la multinationale française Thales, active dans tous les sales coups, est citée, tandis qu’à la tête de l’israélienne Anyvision on retrouve Tamir Pardo, chef du Mossad, les services de renseignements israéliens. De magnifiques partenariats publics-privés, sur fond d’agences d’espionnage. Joli programme. Des partenariats dont vous aurez sans doute remarqué qu’il s’agit toujours pour le public de financer le privé et jamais le contraire ! Sacrés « partenariats ».

Problème : la liberté économique, c’est-à-dire la capacité à entreprendre sur le marché de son choix – ici celui de la peur – pour faire du profit, entre directement en collision avec une valeur au fondement même de nos sociétés occidentales : la liberté individuelle. Liberté économique VS liberté individuelle. Au plus il y aura de la peur, au plus il y aura de chance que nous acceptions de rogner sur nos libertés.

Le cas chinois est fort différent. La valeur morale qui gouverne le pays est l’égalité, qui se traduit par la préséance du collectif sur l’individu. De plus, le système économique chinois, différent du capitalisme occidental, n’oblige pas à faire du profit. L’élaboration d’outils de surveillance massive trouve une origine tout à fait différente de celle du capitalisme occidental. Est-ce que ça le rend plus moral ? Aux yeux des Chinois, sans doute, puisque ça n’entre pas en collision avec les valeurs communément partagées.

Venons-en justement à la Chine.

Sur fond de musique inquiétante, le documentaire d’ARTE rabâche en fait les mêmes informations qui tournent en boucle depuis des mois dans les médias occidentaux, sans apporter de source supplémentaire. Dedans, il y a du vrai, du presque vrai, du complètement faux. Il y a de tout et je vais essayer de faire le tri pour vous. Comme on pouvait s’y attendre, ce sont principalement deux dossiers qui sont ouverts : le système de crédit social d’un côté, celui de la « répression » des Ouïghours de l’autre.

En introduction, ARTE explique qu’en matière de technologies, la Chine profite d’un marché fermé à la concurrence. Sauf que ce n’est pas du tout quelque chose de propre à la Chine, j’ai montré dans mes articles précédents combien les entrepreneurs de la Silicon Valley étaient à la solde du gouvernement US.

Il y est aussi dit qu’un secrétaire du parti devait être présent dans toute entreprise de plus de 50 personnes. Soit, c’est quelque chose que je ne prendrai pas le temps de vérifier, mais pourquoi pas. S’il s’agit, par exemple, de s’assurer que l’entreprise poursuit un objectif de bien commun, je ne vois pas le problème à une telle présence (cohérent du reste avec un système communiste).

Rappelons que le paradoxe fondamental du capitalisme est de courir deux lièvres à la fois qui souvent appellent des actions contradictoires : assurer un bien ou un service ET faire du profit. Le paradoxe est évident en ce qui concerne tous les besoins fondamentaux. Imaginez : si je veux que ma population ait un bon service de transports en commun, je dois augmenter la fréquence des trains, leur taille, leur confort, etc. Autant d’aspects qui s’opposent directement à ma capacité d’en tirer un profit financier. Imaginez : si je veux que ma population ait un accès large aux médicaments, je dois investir dans la recherche, diminuer les coûts des médicaments, etc. Autant d’aspects qui s’opposent directement à ma capacité d’en tirer profit. Vous avez compris le principe et vous pourrez maintenant l’adapter à l’agriculture, aux télécommnications, au besoin de se vêtir, etc.

Sur le crédit social, c’est essentiellement la ville de Rongcheng qui est prise en exemple. Le fait qu’un lieu en particulier soit donné en exemple ne m’étonne pas. J’ai eu l’occasion d’expliquer en commentaire de cet article qu’il me semblait en effet que le système de crédit social, en version d’essai, est implémenté différemment selon les districts, pour évaluation. Dans le documentaire, Lin Junyue, l’un de ses théoriciens d’après Wikipédia, nous expose sa façon d’envisager cette technologie. Par exemple, il explique que le contrôle de tous par tous est un bon moyen d’éviter par anticipation des comportements inciviques et, par conséquent, d’avoir à sanctionner – une alternative à l’emprisonnement en somme en prévenant les délits. Un principe qui me ramène à mes premières années de doctorat, quand je découvrais la surveillance généralisée entre les contributeurs de Wikipédia

Personnellement, cette argumentation ne me convainc pas. Attaché aux valeurs occidentales de vie privée et de liberté individuelle, la concession à faire au nom de la sécurité me paraît bien trop grande. Et c’est aussi ce que je dirais au maire de Nice ou à Donald Trump. Ainsi, les « performances » de l’artiste Ge Yulu, qui fixe « dans leurs yeux » les caméras de surveillance, m’ont plutôt intéressé et amusé. En revanche, je continue de penser qu’il faudrait que l’opposition à ce « traçage » soit majoritaire pour qu’il soit légitime d’en changer. Si les Chinois trouvent ça très bien, qui suis-je pour leur dire que penser ?

Vient ensuite le témoignage d’un réfugié ouïghour en France, Bextiyar Tursun. Ce qu’ARTE ne dit pas, c’est qu’il est réalisateur de films et se présente sur son CV, à la ligne « nationalité », comme « Ouïghour de Chine ». Imaginez que vous vous présentiez « Breton de France » ou, un peu d’humour connaissant bien le séparatisme flamand, « Flamand de Belgique » ?

Mm, quand on a vu dernièrement la géopolitique du séparatisme ouïghour, on comprend qu’on n’est pas face à n’importe qui, mais à un homme qui porte un projet politique. Pourquoi pas, d’ailleurs. Il fait ce qu’il veut, de mon point de vue. Mais si ce projet politique est celui du séparatisme, alors il se positionne très clairement contre l’intégrité du territoire chinois et il n’est pas étonnant que l’État chinois y voie, quant à lui, un problème

Bref, Bextiyar Tursun explique que non seulement les caméras de surveillance les poursuivaient partout mais que la police disposait, en plus, de capteurs sonores pouvant enregistrer à distance ses conversations. Lorsqu’il voulait parler politique (séparatisme ?) avec ses amis, il allait dans les montagnes. Et c’est là que moi, j’aurais voulu qu’on nous rappelle que Google et co ne se gênent pas pour nous mettre constamment sur écoute également (allez, un ptit lien vers Foxnews, ça n’a pas de prix et ça encouragera peut-être l’un ou l’autre d’entre vous à faire aussi un travail de debunk si nécessaire et à le poster en commentaire !). Avec d’autres objectifs sans doute, mais le résultat est similaire. Et si vous posez problème politiquement, on s’en servira contre vous également, toute démocratie que nous sommes #Assange. Pas sûr par contre que si Tursun avait son smartphone dans les montagnes, il aurait été si bien protégé.

Comme on pouvait s’y attendre, le terrorisme islamiste dans le Xinjiang est tourné en dérision, nié par ARTE qui relaie l’hypothèse de tensions inter-ethniques et de manifestations « durement réprimées par la police » mais pour lesquelles les images bizarrement manquent. Je vous encourage à regarder le documentaire de CGTN sur le même sujet et de comparer les deux versions. Les attentats ne seraient donc que des « prétextes » pour le gouvernement chinois. ARTE nous explique alors que Xi Jinping appelle à « lutter contre le terrorisme » en « usant des outils de la dictature ». ARTE est particulièrement malhonnête ici en taisant le fait qu’il faut comprendre le mot « dictature » au sens chinois du terme, tel qu’il est exprimé dès le préambule de sa constitution, et non dans le sens occidental du terme.

Qu’à cela ne tienne, la musique inquiétante continue et vient le clou du spectacle, le moment-frisson. Les journalistes arrivent à convaincre (Dieu sait comment) un chauffeur de taxi ouïghour de leur parler politique. Il a son smartphone en main et semble ne pas se préoccuper des risques qu’il prend. Les journalistes non plus, peu au fait de la protection des sources, au mépris total des bases les plus élémentaires de leur profession, ils l’interrogent…alors qu’ils ont précédemment essuyé nombre de refus plus tôt. Ce taximan leur promet de les conduire le lendemain devant le « camp de rééducation » dans lequel serait enfermé son père. Un scoop incroyable, n’est-ce pas ?

Sauf que, pas de chance, il était sur écoute ! Le lendemain, il a disparu et les journalistes reçoivent un message de quelqu’un qu’ils ne connaissent pas, qui leur dit que le chauffeur en question est interrogé par la police mais qu’on va quand même leur trouver quelqu’un pour les conduire devant le centre. Pas inquiets pour un sou, nos deux Tintins croient tout le monde sur parole, font confiance à la voix entendue au téléphone, se rendent compte qu’ils sont suivis mais montent quand même dans la voiture qui est là pour eux et s’en vont faire le tour dudit centre, OKLM.

C’est quoi cette blague ? Il y a tellement d’incohérences dans ces séquences que j’en suis tout déstabilisé. Comment ont-ils rencontré ce chauffeur ? Pourquoi ne pas avoir été inquiet pour lui plus tôt ? Comment ont-ils entamé la conversation avec lui ? Sur quelle base ont-ils fait confiance à la voix qui leur a parlé et qui ne pouvait être que de la police chinoise ? Pourquoi n’ont-ils pas été surpris que ce Ouïhour leur parle aussi librement ? Pourquoi ne nous donnent-ils pas des nouvelles du chauffeur ensuite? Qu’est-il devenu de lui? Etc. Il n’y a absolument rien qui va dans cette séquence à la OSS 117.

Ah, les camps de rééducation ! Les fameux ! Le doc d’ARTE à cet instant s’empresse de répéter le chiffre des « 1 million de personnes, 1/10 de la population ouïghoure » enfermées, chiffre dont on a suffisamment dit qu’il ne renvoyait à aucune source sérieuse. De ces camps, peu arrivent à s’enfuir…mais nos talentueux journalistes ont « réussi à en rencontrer l’une d’entre elles » (sic). Là, vous vous dites que ça a dû être difficile, le fruit d’une longue enquête, n’est-ce pas, pour avoir « réussi » à la rencontrer ? Ou alors c’est parce qu’elle est une star, qui a sa propre page Wikipédia, laquelle page à la rubrique « China’s reaction », donne une série d’informations contredisant frontalement ses affirmations et donnant, apparemment, les preuves de ses mensonges. Vous avez envie de, vous aussi, faire du fact-checking ? C’est le moment et l’instant !  

En tout cas, le témoignage de Mihrigul Tursun (oui, elle s’appelle aussi Tursun) contredit clairement les documents pourtant confidentiels qu’avait pu se procurer l’ICIJ et que j’ai analysés en détails dans cet article, notamment sur le traitement des détenus-étudiants, sur l’hygiène, la qualité des infrastructures, etc. Soit elle n’y est jamais allé (c’est ce qu’affirme la Chine), soit elle est très mal tombée. 

Le témoignage qui suit est celui de Sophie Richardson. Elle ne nous est pas inconnue puisqu’elle appartient, elle aussi, à la grande constellation des ONG dont j’ai eu l’occasion de déconstruire les pratiques dans l’épisode 4 sur la Chine. En effet, Richardson est la directrice « Chine » de Human Rights Watch, une ONG très largement financée par George Soros, de l’Open Society Foundation. Ce petit monde s’entend à merveille. Ce qu’elle dit dans le film entre en contradiction avec ce que dit la loi chinoise sur le respect des identités et que j’ai eu l’occasion, une fois encore, d’expliquer dans l’épisode de ma « série chinoise ».

C’est aussi HRW qui serait derrière la rétro-ingénierie de l’app de la police chinoise, centre névralgique de la « dictature numérique totalitaire », laquelle nous est donnée à voir grâce à Baptiste Robert, un hacker français qui aurait lui aussi réussi à se procurer l’app (mais on ne comprend pas pourquoi il a fait le taf une seconde fois). Ce qui est pratique quand il nous le montre, c’est qu’ils ont fait le choix de tout traduire en anglais (ou alors les policiers chinois l’utilisent en anglais aussi, mais ça ne serait pas très « raccord » avec leur obsession pour le putonghua). Apparemment, ce serait grâce à cette app « qu’on » décide qui sera enfermé dans les camps (un humain ou l’IA directement, nul ne sait). Si quelqu’un sur Twitter peut faire appel à Elliot Alderson (@fs0c131y), aka Baptiste Robert, pour nous éclairer, j’en serais ravi. Moi j’ai quitté Twitter il y a un moment déjà.

À 1h23, les journalistes affirment carrément « qu’une » vidéo « anonyme » sur Youtube « ne laisse pas de place au doute quant à l’ethnocide culturel ouïghour mené par le gouvernement chinois ». Une vidéo anonyme, qui n’est pas authentifiée, qui présente des images qui auraient pu être tournées partout, avec des personnes pouvant autant être ce qu’on dit qu’elles sont que des prisonniers de droit commun. Une vidéo qui n’expose rien d’autre que des hommes menottés et à genoux est supposée être une preuve irréfutable de « l’ethnocide culturel ouïghour » ? Ce n’est vraiment pas du travail journalistique sérieux.

Pourtant, ça n’empêchera pas le dernier témoin de ce documentaire-mascarade, Alain Wang, de comparer ces centres aux camps de concentration nazis. Il fallait bien que le point Godwin tombe à un moment. Et, au fait, qui est Wang ? Alain Wang est présenté par le documentaire comme un « sinologue », mais il est en fait un businessman, conférencier, passionné de tout ce qui concerne le « luxe » et la « richesse en Chine », coach en « autonomisation du potentiel humain » – quelqu’un qui vous aide à devenir riche, quoi (ça ne s’invente pas !) Effectivement, je conçois que son parcours soit peu en phase avec le concept de collectif.

Au terme de cette analyse, j’ai l’impression d’avoir perdu mon temps. Une journée supplémentaire, une de plus, à me confronter à la faiblesse de ce journalisme-là, un journalisme qui sait ce qu’il veut trouver avant même de commencer ses recherches, un journalisme qui occulte tout ce qui ne va pas dans son sens. C’est d’ailleurs le seul moment où il démontre sa capacité à un systématisme rigoureux.

Par défaut
Articles parus sur d'autres médias, Réactions

François Bégaudeau, punchliner marxiste (et sexiste)

[EDIT 21/05/2020] Parfois je me dis que je devrais checker le passif de chaque mec dont je parle avant de le relayer #Assange, tant la norme semble être le « sexisme jusqu’à preuve du contraire » Voici donc la petite saillie « c’est de l’humour, hein » de Bégaudeau :

On appréciera bien sûr l’homophobie de son comparse, tant qu’à faire. Suite à ce message, Ludivine Bantigny répondait sur Twitter :

Autant dire que je ne suis pas ravi-ravi d’avoir écrit ce qui suit ci-dessous sans m’être assuré que l’égalitarisme de Bégaudeau ne s’arrêtait pas à la frontière des privilèges qui le favoriseraient directement. Soyons clairs : fustiger le capitalisme et le cortège de souffrances qu’il implique en sachant très bien que ça ne nous atteindra pas est beaucoup moins risqué que fustiger la domination masculine quand on est soi-même dépositaire de tous les privilèges qu’elle t’octroie et que, par ailleurs, faire le taf d’allié (au sens de Dupuis-Déri) t’amputerait directement d’une bonne part de ceux-ci.

Je suggère donc de lire la suite en gardant ça en tête.[/EDIT]

Petite pause dans la rédaction d’un gros article sur la Chine pour vous partager ma sélection des meilleures punchlines de l’ami Bégaudeau (2020), toutes issues de son «Histoire de ta bêtise».

Bégaudeau, F. (2020). Histoire de ta bêtise (Pluriel). Paris: Fayard.

Il y a des lectures qui apportent parce qu’elles confrontent…et puis celles qui portent parce qu’elles confortent! Ce bouquin appartient à la seconde catégorie. Le pur et noble plaisir de voir ciselée avec virtuosité une offensive mordante contre ces fake progressistes, dont le centrisme est une droite complexée mais sûre de son fait.

En le lisant, la bêtise de Raphaël Enthoven m’est apparue tout du long. Mais soyons honnêtes, ça aurait très bien pu être n’importe lequel de ses proches. De mes proches.

#Domination_et_bourgeoisie

« Ta pensée n’est pas unique, elle est dominante. » (p.22)

« Bourgeois celui qui a les ressources de sa pérennité. Tu n’auras pas la chance de chuter. » (p.217)

« Ta pulsion conciliatrice a un soubassement autoritaire. » (p.82)

« L’illusion d’une chance égale achète le silence des perdants. Le pauvre ainsi soutenu ne peut plus se plaindre, il ne doit s’en prendre qu’à lui-même, il a eu sa chance. Tu appelles équité ce pastiche d’égalité. » (p.84)

« Croisant un Noir, tu es comme Louis CK te peint dans un sketch : génial ! t’emballes-tu. C’est génial que tu sois noir, et que moi blanc, je te parle comme si de rien n’était, à ceci près qu’on trouve exceptionnel de se parler comme si de rien n’était. » (p.80)

« On reparlerait d’abord de ton art de neutraliser un discours subversif en l’infantilisant. » (p.110)

« Un prolo débarquant en sous-pull jaune dans une soirée commet une faute de goût, un bourgeois pareillement attifé vient de redéfinir le code. » (p.124)

« Bourgeois en herbe, tu me disais : l’égalité, c’est impossible, c’est utopique. Et moi, gauchiste en herbe : admettons que c’est impossible, mais la souhaites-tu ? Et toi : c’est utopique. Et moi : mais la souhaites-tu ? Et toi : c’est utopique. On avait de bonnes discussions. » (p.183)

« Ton point de vue est celui du pouvoir et le pouvoir ne pense pas. Le bourgeois ne pense pas car il est l’autre nom du pouvoir. […] Penser, ce serait penser contre toi et rien ne t’y dispose. » (p.190-191)

« Significativement, ta langue managériale a remplacé problème par sujet. Dans les débats, tu abordes le sujet du chômage, le sujet des déchets nucléaires. Plus rien n’est un problème. » (p.204)

« Dans tes dîners me frappait qu’il n’y arrivait rien. Tout était fait pour qu’ils se passent bien, qu’il ne se passe rien. La conversation était toujours nourrie, les verres toujours pleins de bon vin, on ne manquait de rien, c’était très réussi, c’était toujours raté. C’était raté parce que la vie avait été laissée dans le vestibule, coincée entre deux parapluies. La vie c’est-à-dire le conflit. Le conflit c’est-à-dire ce truc simple qui acte, avec plus ou moins d’énergie, que je ne suis pas toi et que tu n’es pas moi. Le conflit n’était pas au programme, le programme était de coaguler je et tu dans un nous. Par ces soirées nous mettions dans un pot commun nos capitaux symboliques, escomptant qu’ils s’augmentent mutuellement. Nous étions là pour nous additionner, non pour nous diviser. Personne n’allait embêter personne. Si quelqu’un cherchait la merde, il ne la trouverait pas. Il n’y avait de merde nulle part. C’était tout propre. » (p.212)

« Tu prends pour des qualités objectives de la société les bénéfices qu’elle t’octroie. » (p.50)

« La sociologie t’irrite. Expliquer c’est excuser […]. Ses principes fondateurs contreviennent aux tiens, établissant le caractère construit, c’est-à-dire non nécessaire et donc réversible, de toute organisation sociale. » (p.51-52)

« Tu accueilles mes péroraisons avec une bonhomie condescendante. […] Tu [les] appelles provocation pour te dispenser d’y réfléchir. Je suis bien mignon mais tu as autre chose à penser. Tu as une baraque à tenir – une société. » (p.54)

#Classes_sociales

« Qui es-tu ? Qui est « tu » ? Tu es celui que tout ébranlement des classes populaires inquiète et crispe en tant qu’il menace ta place. […] Tu es un bourgeois. […] Un bourgeois de gauche si tu y tiens. Sous les espèces de la structure, la nuance est négligeable. Tu peux être conjoncturellement de gauche, tu demeures structurellement bourgeois. […] Tu es de gauche si le prolo sait se tenir. Alors tu loues sa faculté d’endurer le sort – sa passivité. Tu appelles dignité sa résignation. » (p.34-35)

« Tenir à la liberté est aussi l’apanage de ta classe. » (p.40)

« Il faut donc que tous réussissent mais pas tous. L’école te sert de trieuse. » (p.84)

« Il faut être un bourgeois pour s’astreindre, vis-à-vis des pauvres, à des marques de respect que deux égaux n’ont nul besoin de se témoigner. » (p.92)

« Les stars de la téléréalité te déplaisent, non parce qu’elles sont sans œuvres, mais parce qu’elles sont sans classe. » (p.140)

« [Q]ualifier de populiste un mouvement qui flatte les bas instincts xénophobes et racistes suppose que le peuple ait le monopole desdits instincts – ce qui, note Rancière, oblitère, outre le racisme d’État, le racisme dispensé par les classes supérieures dont passé et présent offrent maints exemples. » (p.31)

#Public_privé

« Tu en tires, cheminots à l’appui, que l’atavisme fonctionnaire consiste surtout dans la défense d’un statut que tu as l’obscénité coutumière, toi né riche, de qualifier de privilégié. Que les fonctionnaires sont de gauche par corporatisme, et par reconnaissance du ventre vis-à-vis de l’État. Courte vue. Qui rate la profondeur de la question. Qui rate la puissance du fonctionnaire. Celle qui fait écrire à Friot que ce statut est révolutionnaire. » (p.144)

« Le fonctionnaire n’étant pas à son compte, ses actes ne sont pas strictement comptables, en tout cas pas sous les espèces du chiffre d’affaires. » (p.145)

#Marx

« Ta transition écologique ne sortira pas du cadre de la croissance et de l’accumulation. […] Éventuellement avec ses excès, car oui tu le déplores il y a des excès. Un jour tu moraliseras le capitalisme, ce sera un lundi de Pâques. » (p.44)

« L’illusion que tout peut changer est nécessaire pour que rien ne change. » (p.47)

« La transformation de la matière par intervention de l’homme s’appelle le travail. Les hommes sur lesquels le détenteur du capital se décharge de cette tâche s’appelle les travailleurs. » (p.153)

« Tu dénonces sous le nom d’économisme le pli marxiste d’expliquer une société par l’économie. […] La pierre d’angle de l’édifice marxiste ce n’est pas l’économie en soi mais le rapport social, ordonné au rapport de production. » (p.165)

« Le moteur de la croissance est la confiance dans la capacité de croissance. […] La croissance tient de la prophétie auto-réalisatrice. D’où ta mauvaise humeur contre les prophètes de malheur, les rabatteurs d’enthousiasme. » (p.171)

« Confronté à la baisse tendancielle du taux de profit au sein d’un marché saturé, le capital doit créer de la demande. L’extension coloniale n’y suffisant pas, il stimule la demande intérieure des pauvres qui ont cette qualité lucrative d’être nombreux. » (p.172-173)

« Les morts passés et futurs du communisme n’invalident pas les livres qui dessinent l’hypothèse communiste, parce qu’un fait est un citron et une pensée est une orange. Un citron n’invalide pas une orange. » (p.185)

« Marx a persisté. Le texte marxiste, sa vertigineuse acuité, ses concepts féconds ont survécu à leur supposée application. » (p.187)

« La pensée marxiste est forte parce que son adversaire est hégémonique, parce qu’il englobe jusqu’à ses contradicteurs, et souvent se les aliène. » (p.200)

#Sens_de_la_mesure

« L’élection par quoi le citoyen délègue et donc abdique sa souveraineté est le pic de jouissance de ta libido citoyenne » (p.9)

« Tu ne fais pas de politique, tu fais au mieux. Tu es raisonnablement technique, tu es postpolitique. » (p.192)

« Complotisme est un autre de ces mots exsangues que tu as installés au coeur des débats, et il te sert de pesticide. Vaporisé sur une parole, il en dissout instantanément le contenu en le psychiatrisant. […] Le complotisme ne se définit pas, il se repère. […] Comme l’antisémite subodore le juif dans toute manœuvre bancaire, tu sens le complotiste dans une conférence sur le rôle des Américains (sic) dans la création de l’espace européen. » (p.28)

« Un commerçant ne se situe jamais politiquement, il risquerait d’y perdre un peu de clientèle. […] Tu ne dis pas que tu es centriste, mais que tu es modéré. Tu as le sens de la mesure. Les extrêmes sont inaptes à la mesure, CQFD. » (p.174)

« La nuance est l’apanage de qui n’a pas besoin que la pensée se convertisse en acte. […] Sur nombre de sujets, tu ne fais pas du tout dans la nuance. Par exemple ton refus dèzextrêmes (sic) est sans nuance. […] Mais ce sont là des évidences, diras-tu. Car pour toi il y a des évidences. Ton doute chevillé au corps n’exclut pas des convictions indubitables. Tu ne doutes pas qu’Obama soit plus fréquentable que Poutine. […] Discuter de tout mais pas de l’indiscutable. Il y a une ligne rouge, au-delà de laquelle c’est la main encore tremblante d’intempérante colère que tu me ressers du champagne. Ta retenue sort de ses gonds quand tu te sens en danger. […] Quand les excessifs ne sont plus totalement insignifiants, tu te braques, tu braques les baïonnettes sur la plèbe vociférante. […] À moi qui m’étonne d’un tel excès venant d’un modéré, tu concèdes que tu t’es emporté. Tu es un modéré option emportement. […] Voici que toi le pondéré tu insultes vertement le camp des excessifs. » (p.176-179)

#Radicalité

« Un type de la gauche radicale n’est pas plus excessif qu’un centriste. […] Le remède radical qu’il préconise est à proportion de la radicalité du problème qu’il pointe ou subit. […] La décision radicale d’une femme battue de quitter le foyer, tu ne la trouves pas excessive. […] En l’espèce, la raison est dans la radicalité, la déraison dans la modération. La pertinence de la radicalité ne s’évalue donc pas dans l’absolu de la psychologie abstraite, mais dans le concret d’une situation. » (p.180)

« Jobs peut se pointer en col roulé et me parler en ami : ayant délégué la guerre, il n’a pas à se battre, ni à élever la voix. Il a relégué dans le hors-champs de son espace lounge les usines où de petites mains maculées fabriquent ses marchandises designées, épurées, stérilisées. » (p.213)

« Tu n’aimes pas la guerre. Tu ne veux pas savoir sur quelle guerre repose ta paix. » (p.20)

« Parce que l’Europe ne s’est pacifiée qu’en déplaçant les fronts sur d’autres continents. » (p.195)

#Développement_personnel

« Toi aussi tu veux ta part de rébellion, mais elle tiendra du mal-être individuel – non de la colère ou de la subversion qui ne sont pas à ton programme. Tu ne fais pas de politique, tu fais de l’introspection. » (p.111)

« Un scrupule de dominant t’est venu qui te pousse à faire savoir que tu souffres. Tu n’es pas si privilégié puisque tu souffres. Toi aussi tu as eu ton lot. Chacun a son lot, et toi pas moins qu’un autre. Tu le dis et répètes et finis par y croire. » (p.112)

« Le réel tu ne veux pas qu’il te rentre dedans ; tu ne veux pas le penser, tu veux en guérir – le réparer. La réparation est une variante bienveillante de la dissimulation. […] Toujours sous la main, trois ostéos miracles et pourquoi pas un psy car je somatise, tu l’affirmes. J’en ai plein le dos. Au minimum un peu de méditation me ferait du bien. Souviens-toi, sans cesse tu m’invitais à m’y adonner, promettant qu’elle m’apaiserait. Il t’échappait juste que je ne veux pas la paix. Je ne veux pas me guérir du réel. Je ne veux pas de ce bien-être devenu ton idole. » (p.210)

#Héritage

« Je suis fier de mon père, m’avais-tu dit un jour, et l’oxymore de ton mérite hérité tenait tout entier dans cette formule à l’envers. » (p.49)

« Des cheveux de bourgeois jusque dans le soin que tu mets à les négliger. » (p.93)

« Seul le capitaliste impénitent hérite sans vergogne. Toi tu es un nanti contrarié ; tu es de cette droite si complexée qu’elle a pu parfois se croire de gauche. » (p.155)

« Tu escamotes les facilitations de classe comme un magicien tait son truc. […] Les facilitations de classe sont si inhérentes à ta condition qu’elles te semblent un donné, un donné social que tu en viens à appeler nature et qui, ainsi renommé, ainsi maquillé, échappe à ta vue. » (p.156-157)

« Bourgeois des Lumières, tu ne saurais envisager qu’il n’y a pas plus de mérite à être talentueux qu’à être héritier, que dans les deux cas l’individu n’y est pour rien et Dieu pour tout. » (p.221)

#Structures

« Une des modalités de ta bêtise est de bloquer la pensée à l’échelon moral, c’est-à-dire en deçà de la pensée. » (p.58)

« Intuitivement, tu évites ces analyses structurelles. […] Tu t’arrêtes au cran bête, au cran moral. Là où manque la pensée prospère la morale. » (p.96)

« Prends une exaction, extrais-la de la structure qui la génère, il reste quoi ? Il reste un fait stupide comme une moule sans rocher, un fait sui generis, justiciable non d’une analyse mais d’une condamnation. » (p.100)

« Aveugle aux structures, tu dis que le capitalisme ne doit pas être éradiqué mais amendé. » (p.160)

« Admettons qu’il me soit absurdement apparu possible que la classe dominante offre à la masse l’opportunité de la destituer. » (p.19)

« La pensée radicale prend le mal à la racine. Elle rapporte les faits sociaux à des faits de structure, […] certaine que les mêmes causes produiront les mêmes effets, elle préconise de changer la structure. » (p.180)

Et parce que les attaques en règle ne valent que si l’on est capable de retourner le projecteur sur soi-même…

#Et_moi_dans_tout_ça

« J’appartiens à une classe supérieure dont je persiste à envisager, sinon souhaiter, la destitution. » (p.57)

« Je suis bien inconstant : alternativement je déteste et adore vérifier que tu persistes dans ton être bourgeois. Je veux que tu disparaisses et que tu dures. […] Ma vitalité a besoin de toi, de ton adversité. » (p.218)

« Égal à toi-même, émettant les signes dont j’ai savamment établi qu’ils te caractérisent, tu m’offres la satisfaction narcissique d’avoir vu juste. » (p.219)

« C’est la perversité propre à la pensée structurelle, d’aimer voir opérer la structure qu’elle déconstruit. » (p.220)

« Hypothèse provisoire : mon habitus non-bourgeois prime sur ma condition bourgeoise dans la formation de mon système d’opinions. » (p.62) 

« Mais es-tu bien certain que ta semaine dans un ashram ou tes week-ends sans connexion ne procèdent pas aussi de l’optimisation de potentiel. […] Es-tu encore capable d’une vacance véritable ? » (p.161)

« Je lis beaucoup plus que je ne lutte. » (p.71)

« Ma vie textuelle fait de moi un déviant. Elle m’intègre à la tripotée de tordus pour lesquels la pensée – sa force, sa rigueur, sa justesse, sa beauté – est un enjeu en soi. » (p.72)

« Žižek analyse l’anomalie apparente du soutien de l’intellectuel de gauche radicale à des actions politiques propres à renverser un ordre qui assure son confort. Le fait-il par masochisme ? Trop facile – aussi facile que de corréler cette pulsion louche à la mauvaise conscience. En accompagnant ces luttes de la voix et parfois des pieds, l’intellectuel ne joue pas contre son confort mais le consolide, suggère Žižek. En radicalisant ces préconisations, il les rend irréalisables et ainsi travaille à la pérennité de l’existant – de son existence bourgeoise. » (p.73-74)

« Je suis moins exposé à tes actes qu’à tes paroles. N’étant pas hôtesse d’accueil ou livreur Deliveroo, je n’ai pas à subir tes forfaitures, tes arbitrages iniques, ta sauvagerie mouchetée. » (p.75)

« Mais un marxiste se dédirait en tenant pour possible qu’une pensée n’émane pas d’une position sociale. Moi-même ai-je une seule seconde ici pensé hors de mes clous ? Même pervers, même séparé, j’occupe une position, et je n’ai rien dit ici qui l’ébranle. À quelques nuances autocritiques près, j’ai loué la radicalité, ma radicalité, et célébré la pensée qui est mon gagne-pain. En la valorisant, j’en conforte la valeur sur le marché, j’en fais monter la cote, et du même coup j’assure mes positions – boursières. Je te demande un bond auquel je suis inapte. Penser contre soi est une gageure. » (p.215)

Par défaut
Analyses, Réactions

Julian Assange, oui mais non

Julian Assange comparaît à partir d’aujourd’hui devant la justice britannique qui doit se prononcer sur la demande d’extradition vers les USA. Plusieurs fois, dans mes posts Facebook, j’ai pris la défense de Julian Assange. Le combat qu’il a porté m’a toujours paru empiriquement efficace et philosophiquement crucial pour le droit à l’information.

Pas la liberté de la presse, non, le droit à l’information. Parce que « la presse », ça ne veut rien dire. Entre Pujadas et un journaliste freelance qui péniblement couvre les inondations sur une télé locale, y’a un gap aussi grand qu’entre des Gilets jaunes et feu Karl Lagerfeld. Sur un échantillon de journalistes au hasard, vous obtiendrez des classes sociales opposées…qui objectivement n’ont pas d’intérêts communs. Alors, le corporatisme, très peu pour moi.

Julian Assange

Par ailleurs, « la presse » a très peu soutenu Assange, même si elle se réveillera sans doute aujourd’hui, à la faveur de l’actualité. En dépit de l’acharnement dont il a été la victime, hors de tout cadre légal, un acharnement qui ne pouvait que me révolter.

Il fallait défendre Assange.

Et, depuis hier, je ne le défends plus.

Bien sûr, j’avais entendu – comme beaucoup – les accusations à son encontre. Outre la divulgation de crimes d’État qui ne pouvait que recevoir ma sympathie…il aurait violé. Deux femmes, Sofia Wilén et Anna Ardin. Je dis leur nom, parce que ça fait longtemps qu’elles ne sont plus anonymes et puis ça aide à s’identifier. Elle ne sont pas un concept. Ce sont deux femmes, avec chacune une vie, un taf, des amis, des gens qui les aiment. Les faits se sont déroulés, en Suède, en 2010. J’avais, à ce sujet, lu des articles qui démentaient les accusations de viol et rappelaient qu’elles n’avaient pas porté plainte. Articles convaincants de la part de médias alternatifs qui avaient toute ma confiance. D’autant plus que j’avais rencontré personnellement, il y a quelques années, le journaliste le plus impliqué dans la défense d’Assange en francophonie, Viktor Dedaj, et que je partageais ses combats politiques.

Un peu d’épistémo (rapidement)

Petit intermède à ce sujet. Faites ce que vous voulez, personne, absolument personne, ne peut s’extraire d’une forme de dépendance épistémique (comme le rappelait Hardwig en 1985). Tout n’est pas vérifiable. C’est désespérant mais c’est comme ça. Alors on s’appuie sur les textes et les auteurs en qui on a confiance, comme l’on ferait confiance au label « équitable » sur le sachet de chocolat. De ce point de vue, croire son voisin parce qu’on le trouve sympathique relève du même mouvement que croire une revue scientifique. Il s’agit de déléguer à l’autre, qu’on imagine plus compétent, l’accès la connaissance. Les différences résident dans la rigueur, la méthode, la révision par les pairs, la réfutabilité, etc. Ce n’est pas rien, évidemment, et je ne nie pas ces différences. Un article scientifique n’est PAS un propos de comptoir. Mais que vous soyez au bar ou en train de lire Nature, vous déléguez à un tiers l’accès à la connaissance. That’s all.  

Si vous souhaitiez faire vous-même la critique des sources, vous pourriez bien être vite bloqués. Il arrive que les sources ne soient pas disponibles, et parfois il nous manque les compétences (on ne s’appelle pas tous Odile Fillod…). Parfois c’est le temps qui manque. Parfois ce sont des accès payants à des articles. Ou la source est secrète et invérifiable. Ou, ou, oui. Alors, on délègue. Et il faut bien comprendre que cette délégation est rationnelle. Nous sommes programmés pour croire parce qu’il n’y a, a priori, pas de raison d’être suspicieux.

Ok.

Sauf que parfois, c’est notre propre perspective qui nous empêche d’aller voir plus loin. Parfois, on ne va pas plus loin parce que ce que l’on sait nous suffit et nous arrange. Parce que ça « colle » avec les valeurs qu’on défend et qu’il n’y a rien de pire, de plus difficile, qu’être remis en question dans ses croyances. Ça gratte. Ça fait mal. On est programmé pour croire, pas pour décroire.

Et Julian Assange dans tout ça?

Quand j’ai été contacté par le Comité Free Assange Belgium pour co-organiser une conférence de soutien, je n’ai pas hésité à apporter mon aide, malgré la charge de travail supplémentaire dans un agenda déjà chargé. J’ai réservé le local, j’en ai fait la promotion dans mes réseaux, j’ai accueilli l’orateur (le même Viktor Dedaj évoqué plus haut), je me suis occupé de la logistique pendant la soirée, etc. Le public est arrivé, un public déjà convaincu, un public qui aurait autant de difficulté que moi à décroire. Ce n’est pas une critique : toute personne défendant des positions hétérodoxes, radicales ou militantes sait combien l’entre soi est important pour retrouver des forces dans la lutte. Il n’y a là rien de surprenant.

Je n’ai pourtant pas modéré le débat et je n’y ai pas pris la parole. J’aurais pu, mais je ne l’ai pas fait. Comme si une intuition m’invitait à prendre du recul.

Après avoir subtilement retardé le moment de s’y référer, Dedaj a fini par évoquer « l’affaire suédoise » – autrement dit les agressions sexuelles de Sofia et d’Anna. Je ne vais pas entrer dans les détails juridiques (vous pourrez les trouver sur le site de Dedaj). Après tout, comme le rappelle l’excellente page « D’où » sur Facebook dans son dernier post, seul « un viol sur six » serait déclaré. Ce qui se passe au tribunal n’est pas représentatif de la réalité. Dedaj s’est toutefois appuyé sur le fait qu’aucune plainte pour viol n’avait été déposée et cela semblait lui suffire (comme cela suffit au World Socialist Web Site également). D’ailleurs, on ne reprochait à Assange que des rapports non protégés et, selon Dedaj, d’avoir « pénétré une des deux femmes pendant son sommeil, comme si c’était possible (sic) », clin d’œil, clin d’œil.

Pardon ?

« Comme si c’était possible » ? 

Cette phrase m’a glacé. J’ai compris, à cet instant précis, que je n’avais sans doute pas fait mon taf jusqu’au bout. Que la dépendance épistémique a bon dos. Que j’avais été aussi parmi ceux qui, refusant le risque de décroire, évitent de mettre le nez là où ça craint pour leurs certitudes. Dès la fin de la conférence, j’ai demandé à Dedaj si les dépositions des plaignantes étaient accessibles. La réponse était « oui ». Depuis plusieurs années, j’aurais pu les lire. Et je ne l’ai pas fait.

Aujourd’hui, je les ai lues. Et je vous engage à les lire vous aussi, là encore, sur le site de Viktor Dedaj (qui semble donc penser qu’elles constituent des arguments en faveur d’Assange). On y trouve l’extrême banalité de la violence des hommes envers les femmes. On y trouve l’abus de pouvoir justifié par l’admiration qu’une personne peut nourrir face à une personnalité connue. On y trouve l’égoïsme d’un homme qui place son plaisir avant tout le reste : avant le risque de maladies, avant le risque de grossesse dont il n’aura pas à s’occuper et, surtout, avant le consentement qui semble être une variable dont on peut largement se passer. Extrait de la déposition de Sofia :

« Ils se sont assoupis et elle s’est réveillée et l’a senti la pénétrer. Elle a aussitôt demandé : ’Portes-tu quelque chose ?’, et il a répondu : ’Toi’. Elle lui a dit : ’Tu as intérêt à ne pas avoir le SIDA’, et il a répondu, ’Bien sûr que non’. Elle sentait qu’il était trop tard. Il était déjà en elle et elle l’a laissé continuer. Elle n’a pas eu la force de lui dire une fois de plus. Elle avait parlé de préservatifs toute la nuit. Elle n’a jamais eu de rapports sexuels non protégés auparavant. Il a dit qu’il voulait éjaculer en elle ; il n’a pas dit quand il l’a fait, mais il l’a fait. Cela a beaucoup coulé par la suite. »

Témoignage d’Anna :

« Puis ils se sont allongés sur le lit, Anna sur le dos et Assange sur elle. Anna a senti qu’Assange voulait tout de suite insérer son pénis dans son vagin, ce qu’elle ne voulait pas parce qu’il ne portait pas de préservatif. Elle a donc essayé de tordre ses hanches sur le côté et de serrer ses jambes pour empêcher la pénétration. Anna a essayé à plusieurs reprises d’attraper un préservatif, mais Assange l’en a empêchée en lui tenant les bras et en lui écartant les jambes tout en essayant de la pénétrer avec son pénis sans préservatif. Anna dit qu’elle a fini par être au bord des larmes parce qu’elle était maintenue fermement et qu’elle n’a pas pu attraper un préservatif, et qu’elle a senti que ’ça pouvait mal finir’. »

« Anna et Assange ont recommencé à avoir des relations sexuelles et Anna dit qu’elle pensait qu’elle ’voulait juste en finir’. »

« Peu de temps après, Assange a éjaculé en elle et s’est retiré. Quand Assange a retiré le préservatif de son pénis, Anna a vu qu’il ne contenait pas de sperme. Quand Anna a commencé à bouger son corps, elle a remarqué que quelque chose ’coulait’ de son vagin. Anna comprit assez vite que ce devait être le sperme d’Assange. Elle l’a signalé à Assange, mais il l’a nié et lui a répondu que ce n’était que sa propre humidité (sic). Anna est convaincue que lorsqu’il s’est retiré d’elle la première fois, Assange a délibérément cassé le préservatif à son extrémité et a continué à copuler jusqu’à l’éjaculation. »

Un autre point est la tendance, pour les victimes, à reformuler les faits de telle sorte qu’ils justifient les actes de leur agresseur. Typiquement, ce réflexe très légitime d’autoprotection empêche de porter plainte. Double peine. Extrait du témoignage de Sofia :

« Elle lui a fait des commentaires sarcastiques d’un ton léger. Elle pense qu’elle essayait de minimiser, dans son propre esprit, l’importance de ce qui s’était passé. Lui, par contre, ne semblait pas s’en soucier. »

« Lorsqu’elle a parlé à ses amis par la suite, elle a compris qu’elle avait été victime d’un crime. Elle s’est rendue à l’hôpital Danderyd, puis à l’hôpital Söder où elle a été examinée et où des échantillons avec un kit de viol ont également été prélevés. »

On retrouve la violence et sa justification dans le témoignage d’Anna également :

« ’Tout est allé si vite’. Il lui a arraché ses vêtements et, ce faisant, a tiré sur son collier et l’a cassé. Anna a essayé de se rhabiller, parce que tout allait si vite et qu’elle se sentait mal à l’aise ; mais Assange les a immédiatement enlevés de nouveau. Anna affirme qu’en fait, elle sentait qu’elle ne voulait plus aller plus loin, mais qu’il était trop tard pour dire à Assange d’arrêter, car elle avait « laissé faire jusque-là  ». Elle pensait qu’elle ’n’avait qu’elle-même à blâmer’. Elle a donc permis à Assange d’enlever tous ses vêtements. »

Vous me direz : peut-être ces témoignages sont-ils des faux ? Et je répondrai comme j’ai toujours répondu quand cette même observation était faite à propos des documents publiés par Wikileaks : si personne n’en conteste l’authenticité (de l’accusation à la défense), il n’y a pas de raison d’y voir un faux.

Faut-il distinguer le journaliste du violeur ? Faut-il distinguer le chanteur du meurtrier ? Le violeur pédophile du cinéaste ? Le violeur pédophile de l’écrivain ? Le pédophile du politique ? Le producteur du violeur ? Le politique du violeur ? Les journalistes des harceleurs ? Le violeur du basketteur ? Etc. Ça commence à faire beaucoup de distinctions, non ? Que l’on soit clair : Wikileaks a, pour moi, une importance capitale, actuelle et historique, pour le droit à l’information. Wikileaks qui continue à fonctionner sans Assange, grâce à une communauté de hackers, grâce à la communauté du free software et de l’open source. Tous ces gens ont rendu possible un gigantesque pas dans l’accès à la connaissance par le public de graves crimes commis par les États. Wikileaks nourrit l’espoir. Ce droit à l’information est en danger. Je plaide avec ardeur pour conserver Wikileaks.

Mais Assange DOIT être jugé. Pas pour trahison envers les USA dont il n’est pas un ressortissant, sur une base absurde d’extraterritorialité, mais pour viol sur le sol suédois. Plus aucun homme ne devrait se sentir autorisé à passer outre le consentement d’une femme. C’est en honorant Polanski, en trouvant des circonstances atténuantes à Matzneff ou DSK que la société continue de faire perdurer un tel système d’oppression.

Par défaut