Analyses

Comprendre les fusions d’entreprises (partie 2)

Le début du dialogue est disponible ici.

  • …ce sont toujours les mêmes acteurs économiques au final qui prennent du poids au détriment des autres en rachetant, en fusionnant, en grossissant.
  • Au détriment des autres ?
  • Et ils sont nombreux !
  • C’est ce qui m’intéresse justement. Les conséquences sociales, les conséquences concrètes des fusions. Mais avant de les aborder, je voudrais encore comprendre quelque chose. S’il y a un telle « tendance monopolistique » depuis si longtemps, comment se fait-il qu’il n’y ait pas que des monopoles aujourd’hui ?
monopole

Le linge Monopole supprime le blanchissage, pas le blanchiment, nuance!

  • Très bonne question. Je vois deux raisons essentielles : d’abord parce que comme le marché est libre, de nouvelles entreprises continuent d’être créées tout le temps – quitte à être « avalées » plus tard. D’autre part, il existe des « autorités de la concurrence », censées empêcher les monopoles.
  • Ah, c’est bien ce que je pensais ! On peut donc réguler la « tendance monopolistique ». Et faire en sorte que ce ne soit pas un problème.
  • Ce serait magnifique mais, non, ce n’est pas comme ça que ça se passe. Si on régulait vraiment, le marché ne serait plus libre, comme je l’expliquais plus haut.
  • Heu… Je suis perdu. À quoi sert-elle cette régulation alors ?
  • À empêcher que le système se casse la figure. Imagine un secteur de l’économie dirigé par un monopole, que se passerait-il ?
  • Il aurait tout pouvoir d’augmenter les prix, d’exploiter les travailleurs, de fournir des objets de mauvaise qualité, etc. En somme, c’est ce qu’ils font déjà !
  • J’apprécie le sarcasme mais, non, ce n’est pas tout à fait ce qu’ils font. Le laptop sur lequel travaille le schizophrène qui rédige ces lignes fonctionne plutôt bien jusqu’ici…
  • D’accord, bon, j’exagère un peu. Dans un système de monopole complet détenu par le privé, ce serait encore pire, c’est ça ?
  • Et ce n’est pas tout. Il faudrait imaginer ce scénario étendu à tous les marchés. Pas seulement les chaussures dont on parlait tout à l’heure, mais l’énergie, les transports, l’agriculture, les télécommunications, etc.
  • Et ça change quelque chose que ce soient des monopoles privés ou publics ? Ou c’est juste de la vraie concurrence qu’il faut ?
  • Très bonne question. On peut préciser : tant qu’il n’y a pas un seul monopole privé qui maîtrise tous les marchés, un peu comme dans un scénario de science-fiction, chaque monopole lié à un marché doit continuer à faire des profits et essayer de se diversifier pour entrer sur un nouveau marché. On laisse pour l’instant la question de la « vraie concurrence », mais j’y reviendrai, promis.
  • Donc pour éviter que ce soit un autre monopole d’un autre marché qui fasse pareil avec lui ?
  • On est dans le même principe que tout à l’heure, mais à l’échelle de tous les marchés. D’ailleurs, cette diversification existe déjà. Tu te souviens de l’importateur de voitures d’Ieteren qui a racheté les cahiers Moleskine ! La papeterie et les voitures, ça n’a aucun rapport ! C’est juste pour grossir.
  • D’accord. Et c’est différent pour les monopoles publics ?
  • Ah, sensiblement. Un monopole public n’est pas un monopole né du marché libre, au contraire. C’est un monopole qui naît de la loi, parce que le marché n’est justement pas libre. Autrement dit, il ne doit pas batailler pour conserver sa position et, par conséquent, il ne doit pas faire de profits. En plus, le monopole public est censé, comme son nom l’indique, appartenir au public, donc représenter les intérêts de tous et pas les intérêts de quelques actionnaires.
  • Je pense que je comprends. Du coup, toutes les conséquences négatives dont tu allais me parler ne s’appliquent pas aux monopoles publics ?
  • Non, en effet. Ce qui ne veut pas dire qu’un monde fait exclusivement de monopoles publics serait un monde parfait. Il y a d’autres obstacles mais ce n’est pas le sujet, ici.
  • Tu as raison, je risquerais de te parler des expériences communistes passées et tu n’aimerais pas ça !
  • Là encore, j’apprécie le sarcasme ! Ça ne me dérange pas d’en parler, en fait. Mais on va faire une chose à la fois si tu veux bien.
  • On en était où ? Au fait que si un monopole s’étend à tous les marchés… Que se passe-t-il ?
  • Réfléchis…
  • Eh bien, là, il n’a plus aucune obligation de qualité, ni même d’encore grandir en fait. Le monde serait géré par un seul individu et selon son seul bon vouloir. Ce serait un monde totalitaire géré par le privé. Heureusement, on n’en est pas là.
  • Et on n’en sera jamais là. Parce qu’on aurait alors changé de modèle économique. C’est pour ne pas arriver à ça que la régulation existe. Autrement dit, la régulation n’a pas comme objectif de « limiter » le système, de le rendre « décent », mais plutôt d’assurer sa longévité !
  • J’avais jamais pensé voir les choses comme ça… Bon, c’est peut-être le moment de parler de tous les problèmes que ces pseudo-monopoles créent, tu ne crois pas ? En plus, il y a plein de sujets sur lesquels tu m’as dit qu’on reviendrait plus tard.
  • Oui, je n’ai pas oublié. On va essayer d’en énumérer quelques-uns en illustrant avec des événements de l’actualité très récente. Donc, résumons. Les grosses entreprises, pour survivre, doivent croître. Pour ça, elles rachètent, fusionnent, prennent des participations financières, etc.
  • Jusqu’ici, je te suis.
  • Une fois qu’elles ont fusionné, que se passe-t-il ?
  • Eh bien, il y a moins d’acteurs économiques sur le marché de la chaussure !
  • Très bien, on peut rester sur le marché de la chaussure pour bien comprendre. Moins d’acteurs économiques ? Pas forcément. Entre-temps, plusieurs petites entreprises innovantes de chaussures peuvent avoir vu le jour.
  • Il y a moins de « gros » acteurs économiques sur le marché de la chaussure alors !
  • Oui, voilà. Et en interne de ces entreprises ? Il se passe quoi si deux entreprises fusionnent ?
  • Eh bien, je suppose qu’il y a des doublons dans le personnel. Donc des licenciements ?
  • Souvent, les licenciements collectifs font même partie des pré-accords de fusion : on négocie le nombre de personnes à licencier avant de fusionner.
  • Ça arrive à chaque fois ? Je veux dire : est-ce que c’est aussi inéluctable que le processus de fusion dont tu me parlais ?
  • Disons que je vois peu de contre-exemples. Les licenciements peuvent arriver plus tard ou plus tôt, mais ils arrivent. Regarde Siemens. J’expliquais fin novembre que le groupe allait se séparer de plusieurs milliers de personnes. Et la fusion entre Alstom et Siemens date de fin octobre.
  • Oui, et parfois l’entreprise qui rachète ne reprend pas le personnel de l’entreprise rachetée. Je suppose que tout cela dépend du type de rachat ou de fusion.
  • Un rachat n’est d’ailleurs pas une fusion…ni une prise de capital ! Mais on n’a même pas besoin de tous ces détails, tant qu’on garde en tête qu’il n’y a pas que les licenciements « secs » qui comptent.
  • C’est-à-dire ?
  • Eh bien, les départs à la retraite anticipés sont aussi des formes de licenciements. Et même les départs « naturels » à la retraite, si les postes quittés ne sont pas remplacés, ont le même effet sur les travailleurs restants et sur le marché du travail en général.
  • Sur les travailleurs restants, ça veut dire encore plus de pression puisqu’ils vont devoir faire le même travail, mais avec moins de personnel ?
  • Et sur le marché du travail…
  • …parce que le chômage ira en augmentant !
  • Tout juste.
  • À propos du chômage, j’ai parfois l’impression que selon la personne qui parle, on a des discours complètement opposés. Classiquement, on dit qu’on « fait dire » ce qu’on veut aux chiffres.
  • Ce qui est vrai. Par exemple, de façon générale, on peut dire que les chiffres du chômage évoluent peu depuis 10 ans en Wallonie.
  • À part pour les plus âgés pour qui la tendance est sans cesse croissante.
  • Oui, ce qui peut être un effet des grandes vagues de licenciements d’ailleurs. Mais ce n’est pas seulement ce que je voulais dire. Ce que je veux dire, c’est que cette statistique ne dit pas grand-chose si on ne la met pas en liens avec la politique de ces dernières années sur le chômage.
  • Tu dois être plus précis.
  • Eh bien, en Wallonie, les politiques ont mis en place la dégressivité du chômage.
  • Ça ne change rien aux chiffres, ça !
  • Mais ils ont aussi mis en place l’exclusion du chômage.
  • Bah du coup, le chômage devrait diminuer alors ?
  • Si tu regardes le tableau dont je te parlais, on dirait bien que c’est le cas pour la dernière année. Et ce serait le résultat artificiel d’une politique antisociale. Pas la conséquence positive d’une reprise économique.
  • Et il y a un moyen de vérifier si le chômage diminue artificiellement ou réellement ?
  • En regardant par exemple les chiffres de fréquentation des CPAS. Et ceux-là sont sans ambiguïté: +10% en 8 mois pour 2016 !
  • C’est énorme ! Il n’y aurait pas d’autres explications en plus ? Comme les migrants qui ont droit au CPAS.
  • Si, je suppose que ça peut avoir un effet aussi, mais ça ne peut expliquer une telle différence. Tu vois, c’est très compliqué et c’est la raison pour laquelle on « fait dire » ce qu’on veut aux chiffres, selon ce qu’on veut montrer. Il n’y a pas d’outil qui dirait la Vérité avec un grand « V » – juste des façons de voir le monde en fonction des valeurs qu’on défend.
  • On en revient aux questions de morale de tout à l’heure.
  • Oui, en effet.
  • Mais pourquoi le plein emploi ne serait-il pas possible ?
  • Bonne question. Parce que le chômage est en fait très utile au capitalisme.
  • Pardon ? Mais il me semble avoir entendu des patrons disant qu’il fallait lutter contre le chômage !
  • Peut-être mais c’est de l’hypocrisie.
  • Je ne comprends pas.
  • Pourtant c’est simple. Comment s’assurer, comme patron, que tu auras toujours une « manne disponible » dans laquelle puiser de nouveaux travailleurs dès que tu en as besoin ? Avec du chômage ! Comment s’assurer que tu pourras mettre la pression sur tes travailleurs ? En leur disant qu’il y en a plein qui n’attendent qu’une seule chose : leur place. Donc, grâce au chômage ! Comment s’assurer que tu pourras les sous-payer ? En leur disant que c’est déjà mieux que le chômage – surtout s’il est dégressif !
  • Du coup, d’après toi, le travail se raréfie d’un côté et ça continue de servir les intérêts des patrons de l’autre, non seulement parce que ça diminue leurs coûts salariaux mais en plus parce que ça leur permet de faire du chantage auprès de leurs travailleurs, c’est ça ?
  • C’est ça.
  • Pas très réjouissant.
  • En effet. Et les conséquences sont très concrètes : on exige des travailleurs de plus en plus de « flexibilité », un joli mot derrière lequel on trouve du travail de nuit, du travail les jours fériés, l’exigence d’être appelé à n’importe quel moment même si on est en congé, des périodes très denses suivies de périodes de chômage technique, etc.
  • Avec des burnout pour conséquence.
  • Imagine qu’en 7 ans à peine, de 2007 à 2014, les cas de dépressions et burnout ont quasi triplé ! Et c’est pendant ce même laps de temps que le gouvernement soi-disant socialiste de Di Rupo en Belgique a mis en place la dégressivité du chômage et l’exclusion du chômage.
  • Et l’augmentation des cadences produit des accidents aussi. Il n’y a pas si longtemps, il y a eu des morts chez Arcelor Mittal suite à une explosion, à la SNCB aussi…
  • Ce n’est pas tout. Jeudi passé, un chauffeur poids lourd néerlandais est mort sous les roues de son camion, encore une fois chez Arcelor Mittal à Gand, au même endroit.
  • Franchement, c’est déprimant. Cela dit, la tendance générale depuis 100 ans reste quand même la diminution progressive du temps de travail…
  • Ce n’est pas aussi clair. Cette tendance était évidente, tu as raison, jusque récemment. Mais, en observant convenablement les statistiques disponibles, on constate un resserrement, en tout cas depuis 1999. Cela fait presque 20 ans que le temps de travail ne s’est pas réduit, ça commence à compter. D’autant que, comme tu le sais, l’âge de la retraite a été repoussé. Je pense qu’on va vers une réaugmentation du temps de travail tout au long de la vie.
  • Malgré la robotisation !
  • Celle-ci ne se traduit pas, ou pas encore, en termes de productivité. C’est un phénomène pour lequel il n’existe pas d’explication qui fait consensus, mais j’en ai donné mon interprétation récemment.
  • Pourtant la réduction du temps de travail revient souvent sur le tapis, comme la semaine de quatre jours.
  • Dans les propositions de loi actuelles, celle-ci n’est proposée que dans le but d’augmenter encore la flexibilité des travailleurs, comme on le voit chez Auto 5. Il faut voir aussi si ça se traduit effectivement en nouvelles embauches. Pour l’instant, je reste sceptique.

Suite dans la partie 3.

***

Merci au tipeur grunge_puppet_fatal86 !
Pour vous aussi soutenir le blog du radis : c’est ici 

Par défaut

3 réflexions sur “Comprendre les fusions d’entreprises (partie 2)

  1. Pingback: Comprendre les fusions d’entreprises (partie 1) | Le blog du radis

  2. Pingback: Comprendre les fusions d’entreprises (partie 3) | Le blog du radis

  3. Pingback: Comprendre les fusions d’entreprises (partie 4) | Le blog du radis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s