Analyses

Comprendre les fusions d’entreprises (partie 4)

Pour la partie 1, voir ici
Pour la partie 2, voir ici
Pour la partie 3, voir ici

  • Et en attendant, on nous suggère des tas de « pseudo-solutions » qui donnent l’impression que ça ira quand même…
  • Encore une chose dont on parlera plus tard, les solutions ?
  • Oui ! Mais tu remarqueras qu’il y a deux sujets que j’avais reportés et qu’on a déjà abordés : le fait que les fusions d’entreprises créent de la misère – or on a notamment parlé des licenciements collectifs – et le fait que les fusions d’entreprises, et donc la tendance « monopoliste » du capitalisme, ne représentent qu’une étape parmi d’autres – or on a maintenant parlé des délocalisations, du bon usage de l’immigration, de la flexibilité au travail, etc.
  • Je le reconnais bien volontiers. Mais il y a une chose dont on n’avait pas parlé et qui me semble super importante, c’est la question de la concurrence. Dans mon esprit, des entreprises qui se font concurrence, c’est positif pour tout le monde.
ping_pong

Ping-Pong, qui va gagner la compétition?

  • Pour moi, c’est un « faux choix ». On aurait tendance à croire que la concurrence est bonne, puisque je critique ici la tendance au monopole depuis le début de notre conversation…
  • En effet.
  • Mais ce serait mal me comprendre.
  • Comment ça ?
  • Ce que je critique, fondamentalement, c’est le caractère libre du marché, et la propriété privée.
  • Tu me fais peur là. Tu voudrais que le marché ne soit pas libre ? Tu es contre la liberté ?
  • Je ne suis pas contre le principe de liberté, j’y suis même très attaché. Mais comme j’ai pu le montrer, la liberté appliquée aux choix économiques crée la misère dont on parle depuis le début. Je t’ai montré aussi qu’avec une propriété qui ne soit pas privée, mais publique, on n’aurait pas la nécessité de faire des profits qui est la mère de tous les problèmes.
  • Donc une propriété de l’État ?
  • Appelle-le « État » si tu veux, après tout c’est le seul mot « adapté » pour l’instant. Pour tout ce qui concerne les besoins fondamentaux des gens : l’énergie, les transports, l’agriculture, les télécommunications, l’eau, la sécurité, etc.
  • Mais ne pourrait-on pas arriver au même genre de résultats avec une « vraie » concurrence ? Je veux dire que si les entreprises se battent « loyalement », elles devront nécessairement faire de mieux en mieux et de moins en moins cher, tout bénéfice pour tout le monde, non ?
  • Pour tout le monde ? Comment fait-on de moins en moins cher à part en licenciant, en réduisant les salaires, etc. ? Quant au « de mieux en mieux », ce n’est simplement pas vrai.
  • Quoi ? L’obsolescence programmée ?
  • Par exemple, oui. Apple vient de se faire prendre la main dans le sac à réduire intentionnellement la vitesse de ses anciens Iphone. Et les imprimantes Epson sont sous le coup d’une enquête judiciaire pour des raisons similaires. Puis on a pas suffisamment parlé des scandales de falsification de données techniques par Toray, Kobe Steel ou encore Mitsubishi (excuse du peu !) sur leurs matériaux. Du coup, on va prendre l’avion, rouler dans des voitures, etc. dont la fiabilité des matériaux ne correspond pas à ce qu’elle devrait être sur papier. Rassurant, non ?
  • Oui, bon, tu as raison. Et ils font ça pourquoi ? Pour obliger les gens à acheter à chaque fois de nouveaux produits ? Ou pour en vendre plus et moins cher en diminuant les coûts ?
  • T’as tout compris. Pour garantir leurs futurs profits. C’est toujours le même principe. Et, à nouveau, ce n’est pas par méchanceté. C’est pour survivre.
  • Donc une « vraie concurrence » est inutile ?
  • Qu’appelles-tu « vraie concurrence » ?
  • Bah une concurrence qui ne se traduit pas en tendance monopolistique… Et qui soit « libre » et « non faussée » !
  • Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que cette concurrence-là n’existe qu’en théorie. En pratique, non. Et on ne peut évacuer le processus économique sous-jacent qui va vers une concentration, vers des fusions.
  • C’est obscur.
  • Imagine qu’un nouveau marché s’ouvre. Comme le marché d’Internet il y a quelques années. En une fois, beaucoup d’acteurs économiques se précipitent sur ce marché pour faire du business. Un regard extérieur pourrait se dire : « Voilà une véritable illustration d’un marché où la concurrence est libre et non faussée ».
  • Et ce ne serait pas le cas?
  • Libre, sans aucun doute. Non faussée, j’en doute. Chaque acteur vient avec ses capitaux qu’il a acquis par ailleurs, son expérience, ses talents, ses avantages fiscaux selon l’endroit où il est et où il va, etc. Bref, très rapidement, le marché va se concentrer et, 30 ans plus tard, pour faire simple, il ne restera que les GAFAM : Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft.
  • D’accord, ça c’est le mécanisme qu’on a vu et revu.
  • Et ce n’est pas tout !
  • Il y a pire encore ?
  • Une fois que les marchés sont concentrés, non seulement la concurrence est objectivement réduite à néant mais elle est en plus jetée à la poubelle par ce qu’on appelle des cartels, c’est-à-dire des accords sur les prix, par exemple.
  • Ah, ça c’est un sujet que tu m’avais dit qu’on aborderait !
  • Et les accords entre grosses entreprises ne s’arrêtent pas aux prix – même si on en sait quelque chose en Belgique, rien que pour les opérateurs téléphoniques ! Les constructeurs automobiles allemands ont aussi vraisemblablement collaboré sur les logiciels permettant de truquer les tests pollution de leurs voitures.
  • Ce qui est fou, c’est que ces accords n’annulent pas pour autant des stratégies véritablement concurrentielles. Tout est valable, en même temps !
  • C’est très juste. Non seulement ils veulent profiter de se mettre d’accord entre eux, mais en plus par ailleurs ils usent de tous les moyens pour gagner sur les autres.
  • Comme par exemple ?
  • Eh bien, on le sait, les entreprises les plus grosses n’hésiteront pas à profiter des lois sociales très laxistes dans certains autres pays. Ce qui mène à un véritable esclavage moderne. Il y a eu ce building abritant des ateliers de production pour Benetton et d’autres marques, au Bangladesh, qui s’était écroulé. On peut dire que la famille de Bernard-Henri Lévy, pour le commerce du bois, est une famille d’esclavagistes. Pareil pour Bolloré. Pareil pour les entreprises d’extraction de minerais au Congo. Si les gens avaient conscience de ce qui passait là-bas… Mais on préfère ne pas savoir.
  • Dans ce que tu dis, il y a deux choses : l’exploitation des gens et l’exploitation des matières premières.
  • En effet. Esclavagisme, colonialisme, néo-esclavagisme, néo-colonialisme : tout ça ressort des mêmes principes fondateurs, l’obligation de faire des profits.
  • Sans compter qu’on n’exploite pas que les gens et les sols, mais aussi tout l’environnement et même les animaux !
  • Bien entendu, pas besoin de rappeler le changement climatique, le cheptel de poissons qui diminue, les tortues qui disparaissent prises dans les filets de la pêche en eaux profondes, l’élevage industriel. Je dis ça je dis rien mais le génome du cochon est particulièrement proche de celui de l’Homme. Dès qu’on a essayé de distinguer complètement l’Homme de l’animal, on s’est retrouvé dans l’embarras. Il y a des animaux qui n’ont pas de cordes vocales adaptées mais qui sont capables de rudiments de langage et de grammaire – comme certains grands singes, une catégorie dont nous faisons partie ! Des animaux rient, aiment, etc.
  • Tu vas te la jouer Vegan ?!
  • Chacun « joue » la partition qu’il veut sur ce point. Je pense juste – point Godwin ! – que si on ne peut accepter des camps d’extermination pour des êtres vivants comme les humains, il n’y a pas de raison objective de l’accepter pour d’autres espèces. Je ne suis pas opposé au fait de manger de l’animal, après tout on est loin d’être la seule espèce à le faire, mais le processus de mise à mort industriel, avec son cortège de souffrance, me paraît indigne de ceux qui ont fait du substantif « homme », le substantif « humanité ».
  • Par rapport à l’environnement, tu ne crois pas que l’innovation technologique va permettre de s’en sortir ?
  • Je veux bien y croire, mais pour l’instant c’est un vœu pieux. Regarde par exemple l’informatique : son coût environnemental est tout simplement prodigieux. On parle de « clouds » comme si les données flottaient dans les airs ! C’est complètement stupide. Des fermes de serveurs immenses consomment une énergie gigantesque pour stocker des vidéos de chatons sur Youtube.
  • Tu deviens réac, là !
  • Non, je fais un peu de provoc. Elle devient longue cette discussion ! Je dis une chose : puisqu’on nous promet que les nouvelles technologies pourront amener de la croissance et des profits « propres », faisons un moratoire de l’industrie polluante jusqu’à ce qu’on y arrive. On arrête les frais, basta !
  • Ça n’est pas possible et tu le sais…
  • Et pourquoi donc ?
  • Parce que toute l’économie s’écroulerait.
  • Et pourquoi s’écroulerait-elle ?
  • C’est toi qui me l’as expliqué, parce qu’elle est obligé de faire du profit.
  • Voilà, tu fais les inférences tout seul maintenant !

Suite dans la partie 5.

***

Merci au tipeur grunge_puppet_fatal86 !
Pour vous aussi soutenir le blog du radis : c’est ici 

Par défaut
Analyses

Comprendre les fusions d’entreprises (partie 3)

Pour la partie 1, voir ici.
Pour la partie 2, voir ici.

  • Dans les propositions de loi actuelles, la réduction du temps de travail n’est proposée que dans le but d’augmenter encore la flexibilité des travailleurs, comme on le voit chez Auto 5. Il faut voir aussi si ça se traduit effectivement en nouvelles embauches. Pour l’instant, je reste sceptique.
  • Et pourquoi pas ?
  • Parce qu’on se rend compte que, jusqu’ici, même les « cadeaux » aux entreprises ne se traduisent pas en nouvelles embauches.
  • Quels cadeaux ?
  • Par exemple la baisse de ce qu’ils appellent les « charges sociales ».
unemployed

Huttes de fortune pour chômeurs à la rue

  • Il y a beaucoup d’infos en une fois. D’abord, pourquoi tu mets des guillemets autour de « charges sociales » ? Ensuite, tu ne vas quand même pas me dire que les entreprises ne paient pas trop de charges et trop d’impôts ? Mon frère est indépendant, il est saigné à blanc par l’État. Je te suis jusqu’ici, mais là, ça me gonfle. À vous entendre, à gauche, vous défendez toujours les employés, les ouvriers et jamais ceux qui prennent des risques.
  • Ok, ok. Une chose à la fois. Je réponds à ta première question : je mets « charges sociales » entre guillemets parce que ce ne sont en fait pas des « charges », c’est un salaire indirect.
  • Pardon ?
  • Ces cotisations te permettent, si tu as un souci un jour, d’être assuré. Et comme tout le monde n’a pas les mêmes soucis, ni en même temps, ni de façon absolue, eh bien ce salaire « solidaire » permet à chacun d’être protégé de la même façon, indépendamment de son cas particulier. D’ailleurs, ces patrons râlent moins quand c’est eux qui sont en burnout et qu’ils jouissent de la sécurité sociale.
  • D’accord, je comprends l’argument. Mais tu vas pas me dire que toutes ces charges ne sont pas exagérées quand même…
  • Ça dépend pour qui !
  • Comment ça ?
  • Eh bien, la Belgique par exemple est un des pays les plus taxés…pour les petits ! Les petits comme les ouvriers, les employés, mais aussi les petits indépendants, les petits patrons.
  • …mais pas pour les multinationales ou les très riches, c’est ça ?
  • Dans ce cas, la Belgique est plutôt un paradis fiscal.
  • Si je comprends bien, ça veut dire qu’en réalité, les patrons de PME ou de TPE partagent plus d’intérêt avec leurs employés et ouvriers qu’avec les gros patrons ?
  • C’est tout à fait ça. Les partis de droite s’efforcent bien de cacher cette collusion d’intérêts et de présenter toujours un programme dans lequel on pourrait croire que les « charges » vont diminuer pour tout le monde. Si les petits patrons se mettaient « avec » les ouvriers, employés, chômeurs, etc., ils constitueraient une force sociale énorme !
  • Puis, quand j’y pense, un indépendant qui bosse tout seul comme un dingue, peut-être que ça le rassure de savoir qu’il est « patron », mais il est en même temps son propre employé…et son ouvrier ! Bon, en même temps, le chantage aux délocalisations par les grosses boîtes qui ne veulent pas payer ces « charges sociales », il est en revanche bien réel, lui !
  • Ça, c’est sûr. Une des raisons pour lesquelles le rapport de forces entre les syndicats et le patronat est tellement en défaveur des « petits ». Cela dit, il n’y a pas que la délocalisation qui est possible, on peut aussi faire venir une main d’œuvre bon marché !
  • Comme la nouvelle directive sur le travail détaché ?
  • Par exemple, oui. L’immigration, aussi. On fait venir des gens quand on a besoin de main d’œuvre, comme dans les années ‘60, ou on profite des migrants qui sont là et qu’on sous-paie parce que, de toute façon, ils n’iront pas se plaindre. Je me souviens que le syndicat des patrons flamand, le Voka, s’était prononcé en faveur de l’immigration, précisément pour cette raison.
  • Donc, quand les patrons et autres politiques se prononcent contre l’immigration, c’est comme pour le chômage, de l’hypocrisie ?
  • Dans les deux cas, ils en profitent. Mais, attention, ils ne sont en faveur de cette immigration que dans la mesure où ils peuvent encore plus compresser les salaires.
  • C’est-à-dire ?
  • Eh bien, si ces immigrés ont un statut semblable aux Belges, ils devront être payés pareil. Et là, ça n’intéresse plus les patrons ! Il faut que ce soit une main d’œuvre illégale, corvéable à merci.
  • Je comprends bien tout ça, mais alors pourquoi Théo Francken renvoie les immigrés dans leur pays avec autant de violence si son intérêt est plutôt de les garder ?
  • Excellente question. Bon, avec toutes les guerres et les désastres environnementaux, on a un vrai « roulement » de l’immigration. Du coup, on en profite tandis qu’ils sont en situation d’illégalité, et on les remballe quand il faut se prononcer et éventuellement leur donner les mêmes droits qu’aux autres citoyens.
  • Je vois. C’est absolument horrible. Ça répond aussi à d’autres objectifs de les remballer ?
  • Ça donne l’impression aux citoyens qu’on les écoute, parce qu’on ne peut pas « accueillir toute la misère du monde ». Ça répond aussi aux préjugés racistes. Et, finalement, ça évite de se demander pourquoi tous ces gens se retrouvent chez nous…
  • Ok, ça fait beaucoup. La question des causes des migrations, je propose qu’on laisse ça pour plus tard.
  • C’est toi qui le dis !
  • Par contre, le coup de toute la misère du monde, il y a une part de vrai là-dedans, non ?
  • De toute façon, il faut vraiment relativiser « toute la misère du monde ». La misère du monde, elle se contente à 90% des cas de rester bien sagement chez elle. L’immigration est avant tout régionale, entre pays limitrophes. Pour le reste, difficile à dire. Je suppose que ça dépend des « marchés ». L’idée selon laquelle les étrangers prendraient notre boulot me fait rire…jaune, quand on voit la discrimination à tous les étages. Si ce sont des jobs dont les Belges ne veulent pas, l’argument tient-il toujours ? Si on sait qu’on aura du mal à payer les pensions plus tard et donc qu’on a besoin de plus de travailleurs, l’argument tient-il toujours ?
  • Et ça, c’est seulement si cette main d’œuvre devient légale…
  • Tout à fait. Ce qui est sûr, c’est que monter les « petites gens » les uns contre les autres, à coup d’instrumentalisation raciste, ça permet d’éviter que ces gens justement se mettent ensemble pour avoir des revendications.
  • Comme pour la collusion d’intérêts entre petits patrons, employés et ouvriers ?
  • Voilà. Marx et Engels avaient remarqué que le racisme anti-Irlandais par les Anglais était très pratique. Diviser pour régner. Tant qu’ils se battaient les uns contre les autres, les gros patrons, eux, étaient tranquilles.
  • Dis, à ce stade, il y a une chose dont je ne suis plus très sûr. Tu m’as dit au tout début de cette conversation que les entreprises fusionnaient pour « survivre ». Si elles ne grossissent pas, d’autres qui se trouvent sur le même marché qu’elles, par exemple le marché des magasins de chaussures, grossiraient à leur place et les avaleraient.
  • Oui.
  • C’est ce même mécanisme qui est à l’œuvre quand on parle immigration, charges sociales, flexibilité, etc. ?
  • Oui, exactement le même. En fait, quand on dit qu’une entreprise doit « grossir » pour survivre, ce n’est pas simplement grossir en taille. Ça veut juste dire qu’elle doit constamment augmenter ses profits, gagner de plus en plus. Racheter une autre entreprise est un des moyens, la porte d’entrée de notre discussion. Mais il faut bien comprendre que ce n’est qu’un moyen parmi d’autres. Chercher à diminuer les charges sociales en est un aussi, baisser les salaires idem, augmenter la flexibilité itou !
  • Sauf que toutes les entreprises font pareil, donc l’avantage concurrentiel gagné ne l’est que pour un court moment, et l’ensemble des conditions de tous se dégrade !
  • Tout à fait, c’est une sorte de fuite en avant qui ne peut mener qu’au désastre. Mais attention, ce désastre, c’est déjà maintenant. Pas besoin de penser que ce sera pour plus tard. Tout ça se fait progressivement, suffisamment progressivement pour qu’on râle un peu à chaque coup porté à nos conditions de vie, à notre éthique sans pour autant déclencher une révolution.
  • C’est l’histoire de la grenouille qui se laisse ébouillanter si on la plonge d’abord dans de l’eau froide qu’on réchauffe petit à petit…
  • Oui, j’utilise souvent cette image. J’avais même rédigé une des premières versions de l’article Wikipédia qui raconte cette anecdote ! Et en attendant, on nous suggère des tas de « pseudo-solutions » qui donnent l’impression que ça ira quand même…

Suite dans la partie 4.

***

Merci au tipeur grunge_puppet_fatal86 !
Pour vous aussi soutenir le blog du radis : c’est ici 

Par défaut
Analyses

Comprendre les fusions d’entreprises (partie 2)

Le début du dialogue est disponible ici.

  • …ce sont toujours les mêmes acteurs économiques au final qui prennent du poids au détriment des autres en rachetant, en fusionnant, en grossissant.
  • Au détriment des autres ?
  • Et ils sont nombreux !
  • C’est ce qui m’intéresse justement. Les conséquences sociales, les conséquences concrètes des fusions. Mais avant de les aborder, je voudrais encore comprendre quelque chose. S’il y a un telle « tendance monopolistique » depuis si longtemps, comment se fait-il qu’il n’y ait pas que des monopoles aujourd’hui ?
monopole

Le linge Monopole supprime le blanchissage, pas le blanchiment, nuance!

  • Très bonne question. Je vois deux raisons essentielles : d’abord parce que comme le marché est libre, de nouvelles entreprises continuent d’être créées tout le temps – quitte à être « avalées » plus tard. D’autre part, il existe des « autorités de la concurrence », censées empêcher les monopoles.
  • Ah, c’est bien ce que je pensais ! On peut donc réguler la « tendance monopolistique ». Et faire en sorte que ce ne soit pas un problème.
  • Ce serait magnifique mais, non, ce n’est pas comme ça que ça se passe. Si on régulait vraiment, le marché ne serait plus libre, comme je l’expliquais plus haut.
  • Heu… Je suis perdu. À quoi sert-elle cette régulation alors ?
  • À empêcher que le système se casse la figure. Imagine un secteur de l’économie dirigé par un monopole, que se passerait-il ?
  • Il aurait tout pouvoir d’augmenter les prix, d’exploiter les travailleurs, de fournir des objets de mauvaise qualité, etc. En somme, c’est ce qu’ils font déjà !
  • J’apprécie le sarcasme mais, non, ce n’est pas tout à fait ce qu’ils font. Le laptop sur lequel travaille le schizophrène qui rédige ces lignes fonctionne plutôt bien jusqu’ici…
  • D’accord, bon, j’exagère un peu. Dans un système de monopole complet détenu par le privé, ce serait encore pire, c’est ça ?
  • Et ce n’est pas tout. Il faudrait imaginer ce scénario étendu à tous les marchés. Pas seulement les chaussures dont on parlait tout à l’heure, mais l’énergie, les transports, l’agriculture, les télécommunications, etc.
  • Et ça change quelque chose que ce soient des monopoles privés ou publics ? Ou c’est juste de la vraie concurrence qu’il faut ?
  • Très bonne question. On peut préciser : tant qu’il n’y a pas un seul monopole privé qui maîtrise tous les marchés, un peu comme dans un scénario de science-fiction, chaque monopole lié à un marché doit continuer à faire des profits et essayer de se diversifier pour entrer sur un nouveau marché. On laisse pour l’instant la question de la « vraie concurrence », mais j’y reviendrai, promis.
  • Donc pour éviter que ce soit un autre monopole d’un autre marché qui fasse pareil avec lui ?
  • On est dans le même principe que tout à l’heure, mais à l’échelle de tous les marchés. D’ailleurs, cette diversification existe déjà. Tu te souviens de l’importateur de voitures d’Ieteren qui a racheté les cahiers Moleskine ! La papeterie et les voitures, ça n’a aucun rapport ! C’est juste pour grossir.
  • D’accord. Et c’est différent pour les monopoles publics ?
  • Ah, sensiblement. Un monopole public n’est pas un monopole né du marché libre, au contraire. C’est un monopole qui naît de la loi, parce que le marché n’est justement pas libre. Autrement dit, il ne doit pas batailler pour conserver sa position et, par conséquent, il ne doit pas faire de profits. En plus, le monopole public est censé, comme son nom l’indique, appartenir au public, donc représenter les intérêts de tous et pas les intérêts de quelques actionnaires.
  • Je pense que je comprends. Du coup, toutes les conséquences négatives dont tu allais me parler ne s’appliquent pas aux monopoles publics ?
  • Non, en effet. Ce qui ne veut pas dire qu’un monde fait exclusivement de monopoles publics serait un monde parfait. Il y a d’autres obstacles mais ce n’est pas le sujet, ici.
  • Tu as raison, je risquerais de te parler des expériences communistes passées et tu n’aimerais pas ça !
  • Là encore, j’apprécie le sarcasme ! Ça ne me dérange pas d’en parler, en fait. Mais on va faire une chose à la fois si tu veux bien.
  • On en était où ? Au fait que si un monopole s’étend à tous les marchés… Que se passe-t-il ?
  • Réfléchis…
  • Eh bien, là, il n’a plus aucune obligation de qualité, ni même d’encore grandir en fait. Le monde serait géré par un seul individu et selon son seul bon vouloir. Ce serait un monde totalitaire géré par le privé. Heureusement, on n’en est pas là.
  • Et on n’en sera jamais là. Parce qu’on aurait alors changé de modèle économique. C’est pour ne pas arriver à ça que la régulation existe. Autrement dit, la régulation n’a pas comme objectif de « limiter » le système, de le rendre « décent », mais plutôt d’assurer sa longévité !
  • J’avais jamais pensé voir les choses comme ça… Bon, c’est peut-être le moment de parler de tous les problèmes que ces pseudo-monopoles créent, tu ne crois pas ? En plus, il y a plein de sujets sur lesquels tu m’as dit qu’on reviendrait plus tard.
  • Oui, je n’ai pas oublié. On va essayer d’en énumérer quelques-uns en illustrant avec des événements de l’actualité très récente. Donc, résumons. Les grosses entreprises, pour survivre, doivent croître. Pour ça, elles rachètent, fusionnent, prennent des participations financières, etc.
  • Jusqu’ici, je te suis.
  • Une fois qu’elles ont fusionné, que se passe-t-il ?
  • Eh bien, il y a moins d’acteurs économiques sur le marché de la chaussure !
  • Très bien, on peut rester sur le marché de la chaussure pour bien comprendre. Moins d’acteurs économiques ? Pas forcément. Entre-temps, plusieurs petites entreprises innovantes de chaussures peuvent avoir vu le jour.
  • Il y a moins de « gros » acteurs économiques sur le marché de la chaussure alors !
  • Oui, voilà. Et en interne de ces entreprises ? Il se passe quoi si deux entreprises fusionnent ?
  • Eh bien, je suppose qu’il y a des doublons dans le personnel. Donc des licenciements ?
  • Souvent, les licenciements collectifs font même partie des pré-accords de fusion : on négocie le nombre de personnes à licencier avant de fusionner.
  • Ça arrive à chaque fois ? Je veux dire : est-ce que c’est aussi inéluctable que le processus de fusion dont tu me parlais ?
  • Disons que je vois peu de contre-exemples. Les licenciements peuvent arriver plus tard ou plus tôt, mais ils arrivent. Regarde Siemens. J’expliquais fin novembre que le groupe allait se séparer de plusieurs milliers de personnes. Et la fusion entre Alstom et Siemens date de fin octobre.
  • Oui, et parfois l’entreprise qui rachète ne reprend pas le personnel de l’entreprise rachetée. Je suppose que tout cela dépend du type de rachat ou de fusion.
  • Un rachat n’est d’ailleurs pas une fusion…ni une prise de capital ! Mais on n’a même pas besoin de tous ces détails, tant qu’on garde en tête qu’il n’y a pas que les licenciements « secs » qui comptent.
  • C’est-à-dire ?
  • Eh bien, les départs à la retraite anticipés sont aussi des formes de licenciements. Et même les départs « naturels » à la retraite, si les postes quittés ne sont pas remplacés, ont le même effet sur les travailleurs restants et sur le marché du travail en général.
  • Sur les travailleurs restants, ça veut dire encore plus de pression puisqu’ils vont devoir faire le même travail, mais avec moins de personnel ?
  • Et sur le marché du travail…
  • …parce que le chômage ira en augmentant !
  • Tout juste.
  • À propos du chômage, j’ai parfois l’impression que selon la personne qui parle, on a des discours complètement opposés. Classiquement, on dit qu’on « fait dire » ce qu’on veut aux chiffres.
  • Ce qui est vrai. Par exemple, de façon générale, on peut dire que les chiffres du chômage évoluent peu depuis 10 ans en Wallonie.
  • À part pour les plus âgés pour qui la tendance est sans cesse croissante.
  • Oui, ce qui peut être un effet des grandes vagues de licenciements d’ailleurs. Mais ce n’est pas seulement ce que je voulais dire. Ce que je veux dire, c’est que cette statistique ne dit pas grand-chose si on ne la met pas en liens avec la politique de ces dernières années sur le chômage.
  • Tu dois être plus précis.
  • Eh bien, en Wallonie, les politiques ont mis en place la dégressivité du chômage.
  • Ça ne change rien aux chiffres, ça !
  • Mais ils ont aussi mis en place l’exclusion du chômage.
  • Bah du coup, le chômage devrait diminuer alors ?
  • Si tu regardes le tableau dont je te parlais, on dirait bien que c’est le cas pour la dernière année. Et ce serait le résultat artificiel d’une politique antisociale. Pas la conséquence positive d’une reprise économique.
  • Et il y a un moyen de vérifier si le chômage diminue artificiellement ou réellement ?
  • En regardant par exemple les chiffres de fréquentation des CPAS. Et ceux-là sont sans ambiguïté: +10% en 8 mois pour 2016 !
  • C’est énorme ! Il n’y aurait pas d’autres explications en plus ? Comme les migrants qui ont droit au CPAS.
  • Si, je suppose que ça peut avoir un effet aussi, mais ça ne peut expliquer une telle différence. Tu vois, c’est très compliqué et c’est la raison pour laquelle on « fait dire » ce qu’on veut aux chiffres, selon ce qu’on veut montrer. Il n’y a pas d’outil qui dirait la Vérité avec un grand « V » – juste des façons de voir le monde en fonction des valeurs qu’on défend.
  • On en revient aux questions de morale de tout à l’heure.
  • Oui, en effet.
  • Mais pourquoi le plein emploi ne serait-il pas possible ?
  • Bonne question. Parce que le chômage est en fait très utile au capitalisme.
  • Pardon ? Mais il me semble avoir entendu des patrons disant qu’il fallait lutter contre le chômage !
  • Peut-être mais c’est de l’hypocrisie.
  • Je ne comprends pas.
  • Pourtant c’est simple. Comment s’assurer, comme patron, que tu auras toujours une « manne disponible » dans laquelle puiser de nouveaux travailleurs dès que tu en as besoin ? Avec du chômage ! Comment s’assurer que tu pourras mettre la pression sur tes travailleurs ? En leur disant qu’il y en a plein qui n’attendent qu’une seule chose : leur place. Donc, grâce au chômage ! Comment s’assurer que tu pourras les sous-payer ? En leur disant que c’est déjà mieux que le chômage – surtout s’il est dégressif !
  • Du coup, d’après toi, le travail se raréfie d’un côté et ça continue de servir les intérêts des patrons de l’autre, non seulement parce que ça diminue leurs coûts salariaux mais en plus parce que ça leur permet de faire du chantage auprès de leurs travailleurs, c’est ça ?
  • C’est ça.
  • Pas très réjouissant.
  • En effet. Et les conséquences sont très concrètes : on exige des travailleurs de plus en plus de « flexibilité », un joli mot derrière lequel on trouve du travail de nuit, du travail les jours fériés, l’exigence d’être appelé à n’importe quel moment même si on est en congé, des périodes très denses suivies de périodes de chômage technique, etc.
  • Avec des burnout pour conséquence.
  • Imagine qu’en 7 ans à peine, de 2007 à 2014, les cas de dépressions et burnout ont quasi triplé ! Et c’est pendant ce même laps de temps que le gouvernement soi-disant socialiste de Di Rupo en Belgique a mis en place la dégressivité du chômage et l’exclusion du chômage.
  • Et l’augmentation des cadences produit des accidents aussi. Il n’y a pas si longtemps, il y a eu des morts chez Arcelor Mittal suite à une explosion, à la SNCB aussi…
  • Ce n’est pas tout. Jeudi passé, un chauffeur poids lourd néerlandais est mort sous les roues de son camion, encore une fois chez Arcelor Mittal à Gand, au même endroit.
  • Franchement, c’est déprimant. Cela dit, la tendance générale depuis 100 ans reste quand même la diminution progressive du temps de travail…
  • Ce n’est pas aussi clair. Cette tendance était évidente, tu as raison, jusque récemment. Mais, en observant convenablement les statistiques disponibles, on constate un resserrement, en tout cas depuis 1999. Cela fait presque 20 ans que le temps de travail ne s’est pas réduit, ça commence à compter. D’autant que, comme tu le sais, l’âge de la retraite a été repoussé. Je pense qu’on va vers une réaugmentation du temps de travail tout au long de la vie.
  • Malgré la robotisation !
  • Celle-ci ne se traduit pas, ou pas encore, en termes de productivité. C’est un phénomène pour lequel il n’existe pas d’explication qui fait consensus, mais j’en ai donné mon interprétation récemment.
  • Pourtant la réduction du temps de travail revient souvent sur le tapis, comme la semaine de quatre jours.
  • Dans les propositions de loi actuelles, celle-ci n’est proposée que dans le but d’augmenter encore la flexibilité des travailleurs, comme on le voit chez Auto 5. Il faut voir aussi si ça se traduit effectivement en nouvelles embauches. Pour l’instant, je reste sceptique.

Suite dans la partie 3.

***

Merci au tipeur grunge_puppet_fatal86 !
Pour vous aussi soutenir le blog du radis : c’est ici 

Par défaut
Analyses

Comprendre les fusions d’entreprises (partie 1)

  • Dis, j’ai lu que pour 2018, on allait de nouveau avoir plein de fusions d’entreprises. Je sais que tu parles souvent de ça, que tu as l’air de trouver ça important.
  • Oui, en effet.
  • Mais en fait, moi, je ne crois pas avoir bien compris pourquoi.
  • D’accord. Disons que les fusions d’entreprises peuvent être une bonne porte d’entrée pour comprendre les contradictions de notre système économique.
  • Et les impacts concrets de celui-ci sur les gens ?
  • Oui, aussi. Mais si tu veux comprendre tout ça, il faut y aller pas à pas. L’économique influence le social, mais pas toujours directement.
walt-disney

Walt Disney – bien avant que la société ne rachète la 21st Century Fox!

  • Alors, commençons par le début. Pourquoi une entreprise devrait-elle en racheter d’autres ? J’imagine un magasin de chaussures dans un village. Il fonctionne bien, les gens viennent depuis des années, je ne vois pas pourquoi ça devrait changer !
  • Et pourtant. Tu en connais encore beaucoup des magasins de chaussures indépendants, qui ne font pas partie de grandes chaînes ?
  • Non, c’est vrai. Quand j’y pense. Mais pourquoi ?
  • Parce que les marchés sont libres. Le marché de la chaussure par exemple est libre. Ça veut dire que n’importe qui peut ouvrir un nouveau magasin de chaussures s’il le souhaite.
  • Donc, dans mon village, même s’il y avait déjà un magasin de chaussures, n’importe qui peut en ouvrir un autre ?
  • Voilà. Par exemple parce qu’il pense qu’il peut vendre d’autres chaussures, moins cher, plus belles, avec des marques plus attractives, etc.
  • C’est peut-être pas super cool pour le magasin qui était déjà là mais au moins ça fait de la concurrence, c’est bon pour les consommateurs, non ?
  • D’une certaine façon, oui. Mais garde bien cette réflexion en tête, on y reviendra un peu plus tard. Je voudrais d’abord te poser une question : est-ce qu’il y a assez d’acheteurs de chaussures pour que les deux magasins coexistent ?
  • Ça dépend de la taille du village, non ?
  • Tout juste. Et qu’est-ce qui se passe tant qu’il y a plus d’acheteurs potentiels que de magasins ? Autrement dit, plus de demande que d’offre ?
  • Bah je suppose que les magasins présents vont essayer de grandir et que de nouveaux magasins vont ouvrir…
  • Jusqu’à ce que ce marché soit saturé, qu’il y ait trop de magasins par rapport à la demande. Mais ça, on ne le sait jamais à l’avance en fait.
  • Donc ?
  • Donc plusieurs magasins vont ouvrir, trop en fait, et à un moment donné, pour différentes raisons qui peuvent aller du prix des marchandises à leur qualité, de leur marketing à la sympathie du personnel, du fait qu’il y ait des places de stationnement ou pas…bref, pour une raison ou pour une autre, les magasins les « moins concurrentiels » vont disparaître.
  • Je vois. C’est pas génial pour eux mais en même temps le marché était sursaturé, il fallait revenir à une situation d’équilibre : juste assez de magasins par rapport au village. Au moins la situation est stable maintenant. Je ne vois toujours pas pourquoi, parmi ceux qui restent, certains devraient en racheter d’autres !
  • D’accord. Imagine que dans ce village il y a trois magasins de taille équivalente et dont les collections se complètent assez bien. Qu’est-ce qui se passerait ?
  • Eh bien, comme je le disais, elles pourraient toutes les trois coexister. Sur des générations !
  • Tu crois ? D’abord, je pense que tu fais preuve d’un peu d’angélisme. Et, ensuite, je pense que tu oublies que le marché est libre.
  • Je ne comprends pas.
  • Tu fais preuve d’angélisme parce que tu crois que comme les trois magasins se complètent bien, ils ne se battent pas entre eux, ils ne sont pas en concurrence. Si tu es le directeur d’un de ces magasins, tu veux assurer sa survie…et gagner de l’argent.
  • Oui, forcément. Et alors ?
  • Alors tu vas chercher à vendre plus de chaussures que l’année d’avant, c’est logique. Si tu ne le fais pas, ton concurrent, lui, le fera. Et toi, non seulement tu n’en vendras pas plus, mais tu risques d’en vendre moins. Et si ça continue comme ça, ton concurrent te prendra toute ta clientèle et tu devras mettre la clé sous la porte.
  • Mais on pourrait tous les trois se mettre d’accord ! Je veux dire : si on sait qu’à trois tout va bien, pas besoin de grandir, ça suffit comme ça !
  • Ça c’est la preuve d’angélisme ! Plus sérieusement, d’accord, imaginons – mais c’est quand même une situation très exceptionnelle – que ces trois directeurs se mettent d’accord entre eux. Que se passerait-il ? C’est là qu’intervient mon deuxième argument.
  • Le marché libre ?
  • Le marché libre. En fait, l’accord entre tes trois magasins ne vaut évidemment qu’entre eux. Or, rien n’interdit à un quatrième magasin de venir s’implanter en proposant tous les prix et toutes les qualités.
  • Pourquoi ferait-il ça ? On a dit que le marché de la chaussure était à l’équilibre comme ça, qu’un magasin de plus, ce serait trop !
  • Bien sûr, mais tout ça n’est pas figé dans le temps et dans l’espace. Si tu arrives à une table à manger et que toutes les places sont prises, tu as encore le choix de pousser quelqu’un et de t’asseoir à sa place…si tu sais que tu es plus fort.
  • Je ne sais pas. Quelque part, je me dis que ce n’est pas bien de faire ça, pas moral. D’autre part, je me dis que l’accord qu’il y a entre les trois magasins de chaussures pourrait exister entre tous les magasins de chaussures.
  • Ok, c’est très intéressant ce que tu dis. La question de la moralité n’est, à mon avis, pas vraiment pertinente. Si le quatrième magasin veut venir s’implanter, même en poussant les autres, ce n’est pas parce qu’il est « méchant », mais parce que s’il ne le fait pas, ses concurrents à lui le feront. Et c’est lui qui vendra moins de chaussures. Donc qui risque finalement de disparaître.
  • Sauf si tous les magasins sur le marché de la chaussure se mettaient d’accord pour ne produire que le nombre de chaussures nécessaires !
  • Mais alors il faudrait interdire la production de chaussures et la création de nouveaux magasins quand ce marché est saturé. Et vois bien ce que ça veut dire : s’il faut interdire de nouveaux magasins, le marché n’est plus libre.
  • Je vois. Donc tant que le marché est libre, les acteurs économiques, quel que soit le marché, sont obligés d’être en concurrence et ne peuvent se mettre d’accord entre eux.
  • Là, tu vas un peu vite. Il peut y avoir des formes d’accords, mais on verra ça plus tard. Disons que pour l’instant, tu dois d’abord bien comprendre la concurrence entre ces acteurs.
  • J’ai compris ça. Mais je ne comprends toujours pas pourquoi ce quatrième magasin de chaussures devrait fusionner avec d’autres. Il peut se contenter, même si je continue à trouver ça immoral, d’arriver dans ce village et de prendre la place du plus faible !
  • Sauf que, comme le marché est libre, il prend toujours le risque d’être à la merci d’un cinquième magasin qui prendrait sa place à lui. Parce que lui serait devenu…le maillon faible.
  • Tu es en train de me dire que pour éviter d’être « mangé », il est obligé de grossir et de « manger les autres » ?
  • Même les entreprises les plus puissantes, pour garder un avantage sur leurs concurrentes, sont obligées de continuer à faire des super-profits, plus gros que les super-profits des autres. Et pour ça, il n’y a pas dix mille solutions : elles doivent croître.
  • Parce que comme on l’a vu plus haut, si elles se contentent de « rester aussi grosses qu’avant », les concurrentes grandiront et pas elles, ce qui causera finalement leur perte.
  • Tout juste. Et il ne faut pas croire que c’est quelque chose de « rare ». Ce qui est « rare », ce n’est pas la disparition d’une petite enseigne, c’est sa longévité. Et même de très très grosses enseignes disparaissent tout le temps. Ce qui est la preuve que même les géants ont des pieds d’argile et doivent continuer dans cette fuite en avant du « toujours plus gros ».
  • Tu as des exemples ?
  • Bien sûr, tout plein. On a vu l’année passée, en 2017, les difficultés de Toshiba qui n’a pas aussi bien réussi que les autres dans ce domaine. Et tu te souviens certainement des géants Virgin, Monoprix, Nokia, Kodak, Moulinex, GB, Lehman Brothers, Enron, Compaq, Rover, Saab…
  • Oui, c’est dingue. Ils ont tous disparu.
  • …ou ont été rachetés. On le voit : la guerre économique est une vraie guerre et même les géants, s’ils ne sont pas assez prudents, ne grandissent pas assez ou pas stratégiquement, peuvent disparaître au profit d’autres géants plus compétents en matière d’exploitation, plus cyniques, plus agressifs.
  • Ces géants, pour continuer de grandir, vont donc chercher à racheter d’autres géants. Je comprends maintenant.
  • Oui, voilà. C’est pour cette raison qu’apparaissent les fusions. Rien que cette année, on a vu des fusions complètement incroyables : Bayer/Monsanto, Alstom/Siemens, Fnac/Darty, Opel/Peugeot, Disney/21st Century Fox, etc. En France, la seule banque d’affaires Rothschild, une des institutions compétentes pour ce genre d’opérations financières complexes, a géré cette année des opérations à hauteur de 122 milliards d’€ uniquement pour la République française !
  • 122 milliards d’€ ! Je me trompe ou c’est plus que le PIB de certains pays ?
  • Tu ne te trompes pas. C’est plus que le PIB du Maroc par exemple.
  • Bon, d’accord. Mais quand je lis la presse économique, on me dit que les fusions-acquisitions sont le résultat d’un contexte économique particulier, celui d’une reprise économique. En plus, ils voient ces fusions comme très positives pour, je cite, « créer des champions européens capables d’affronter les grands groupes asiatiques et nord-américains ».
  • Je ne suis pas d’accord pour la première remarque. Mais, si on accepte le jeu du marché libre, il n’y a pas de doute sur le fait que, d’un point de vue économique, ces fusions soient positives.
  • Là, il va falloir que tu m’expliques. Je pensais que tu critiquais ces fusions !
  • Il ne faut pas aller trop vite. Et surtout ne pas mélanger un point de vue moral avec une logique économique. D’un point de vue moral, je suis opposé à ces fusions parce qu’elles créent beaucoup de misère. On y viendra plus tard.
  • Ça fait déjà beaucoup de choses sur lesquelles on doit revenir plus tard.
  • Oui, je sais. Mais on ne peut pas tout expliquer en même temps. Je disais donc que je suis critique d’un point de vue moral, mais que ces fusions sont logiques et même nécessaires dans ce système économique.
  • Oui, ça je l’ai maintenant bien compris. Et je suppose que c’est pour ça que tu es en désaccord avec la première remarque qui dit que ces fusions sont le résultat du contexte actuel.
  • Depuis que le système capitaliste existe, il y a des fusions. Je te cite une phrase en passant : « Ce qui caractérise notamment le capitalisme actuel, c’est la domination des groupements monopolistes constitués par les plus gros entrepreneurs. »
  • Monopolistes ?
  • Oui, à force de se racheter entre eux, il ne subsiste plus que quelques rares très très gros acteurs sur un marché. C’est une « tendance au monopole ».
  • D’accord, je comprends. Par contre, ta citation dit le contraire de ce que tu disais : je ne connais pas l’auteur mais il précise bien qu’il parle du « capitalisme actuel ».
  • Oui, tout à fait. Et tu crois qu’elle date de quand cette phrase ?
  • Je ne sais pas.
  • L’auteur de cette phrase est Lénine, et il l’a écrite…il y a 100 ans, en la documentant avec des fusions-acquisitions de l’époque ! Autrement dit, les fusions-acquisitions ne sont pas du tout liées à « un » contexte particulier, mais elles sont structurelles. Elles naissent du capitalisme lui-même et elles ont toujours existé depuis que le capitalisme existe. Le contexte peut faire augmenter ou diminuer la tendance, mais pas agir sur son caractère inéluctable.
  • Je vois. Mais s’il pensait que le capitalisme, plus tard, ne serait plus monopoliste, il se trompait, n’est-ce pas ?
  • Il ne le pensait pas. Simplement, il précisait que cette tendance monopoliste n’est qu’une étape parmi d’autres dans le grand mécanisme du capitalisme.
  • Parmi d’autres étapes qu’on verra plus tard ?!
  • Tu te moques, je sais. Mais avant de venir sur ce terrain-là, je voudrais que tu comprennes bien pourquoi ces fusions sont positives pour les acteurs économiques dont il est question.
  • Enfin, seulement pour ceux qui gagnent…
  • Oui, effectivement. Ce sont les « gagnants » de ces fusions qui en profitent : le « nouveau » Bayer, le « nouveau » Peugeot, etc. Devenus plus gros, ils éliminent la concurrence sur leur marché, peuvent produire plus pour moins cher, font des économies d’échelle et, surtout, empêchent quiconque de devenir aussi gros qu’eux dans le futur. D’ailleurs, on a pu voir ces derniers mois combien les jeunes « startups » se faisaient racheter par des acteurs économiques plus gros. À tel point que se faire racheter est paradoxalement synonyme de « succès ». Sauf que dans ce mécanisme-là, en haut de la pyramide, ce sont toujours les mêmes au final qui prennent du poids au détriment des autres…
  • Au détriment des autres ?

Suite dans la partie 2.

***

Merci au tipeur grunge_puppet_fatal86 !
Pour vous aussi soutenir le blog du radis : c’est ici 

Par défaut
Analyses, Articles parus sur d'autres médias

« Real news », « fake news », à vous de juger!

Récemment, j’ai commenté sur Facebook une très courte émission parue sur le profil de Donald Trump[1]. Il s’agissait d’un « teaser » ressemblant à s’y méprendre à un véritable journal télévisé d’information et animé par une ex-journaliste de CNN…sauf que chaque phrase était à la gloire du Président. Alors que les autres commentaires s’offusquaient de la manœuvre, l’apparentant à de la propagande (ce qui est clairement le cas), j’expliquais qu’il n’y avait là, pour moi, pas grand-chose de nouveau. Le Président français, Emmanuel Macron, ne venait-il pas de « choisir » ses journalistes[2] ? Nicolas Sarkozy n’avait-il pas fêté sa victoire sur le yacht de son ami Bolloré qui est à la tête de Vivendi et de Canal+ ? N’avions-nous pas l’habitude de regarder, lire et écouter des journalistes payés par des subsides d’État ? Qui plus est, l’émission de Trump étant diffusée sur sa page Facebook, pas sur une chaîne d’information, il était selon moi clair qu’il s’agissait de communication politique et pas de travail journalistique[3]. Je terminais en rappelant que l’essentiel était en réalité d’effectuer une rigoureuse critique des sources quoique l’on ait comme document devant ses yeux. À ceci, « l’ami d’un ami » a répondu qu’il voulait comprendre comment « évaluer » un média. Cet article se propose de donner quelques clefs en partant d’un article du Soir, en Belgique.

hearst

Banquet en l’honneur de William Randolph Hearst

Depuis l’élection de Donald Trump, on n’a jamais entendu autant parler de « fake news » en lui opposant l’idée de « vérité ». Rappelons en préambule qu’il n’a pas fallu attendre 2017 pour que des médias transmettent des mensonges éhontés : le charnier de Timisoara ou les armes de destruction massive en sont deux exemples connus. La singularité, ici, c’est que les « fake news » sont exclusivement attribuées aux médias « non-traditionnels ». Cet aspect pose question car il accable certains acteurs (les médias indépendants) en en disculpant d’autres a priori (la presse mainstream[4]). On est en droit de penser qu’il y a là un positionnement politique partial plus qu’une volonté de « dire la vérité ». Par exemple, on a pu montrer combien le Décodex du journal Le Monde peinait à argumenter les raisons de son lynchage de sites comme Le Grand Soir[5].

 

 

D’autre part, beaucoup de sites « de gauche » ont vu leur fréquentation décroître subitement suite à la mise en place par Google d’un nouvel algorithme censé lutter contre ces « fake news »[6]. Le World Socialist Web Site en est peut-être la victime la plus marquante.

Face aux « fake news » se pose la question du statut à donner à la « vérité ». C’est une question qui obsède les journalistes et les observateurs de la presse depuis que cette dernière existe. Certains pensent que les faits peuvent être dissociés des commentaires sur les faits. D’autres pensent que les faits « n’existent pas » indépendamment d’un contexte, selon la perspective, les valeurs ou la sensibilité de celui qui les raconte. Imaginons par exemple un vol à l’arraché. Un article qui titre : « Un immigré agresse une vieille femme et lui vole son sac » …relate le même événement qu’un article titrant : « Un réfugié SDF vole une riche rentière ». Pourtant, ces deux articles disent des choses différentes parce que les valeurs qui sous-tendent l’écriture sont elles-mêmes sensiblement différentes. Il faut alors éviter de tomber dans le piège du relativisme complet voulant qu’il n’y a « pas de vérité » mais, de toute évidence, il faut aussi éviter le piège d’une Vérité avec majuscule qui, officielle, suffirait à discréditer toute façon alternative[7] de voir le monde.

Pour arriver à cette juste distance, il faut comprendre qu’aucun acteur n’est désintéressé. Ni le magnat de la presse qui cherche, par le truchement de celle-ci, à gagner beaucoup d’argent ou à faire du lobbying ; ni le militant de gauche dont l’agenda est le renversement d’un système qu’il juge oppresseur. Ce sont précisément ces intérêts qu’une véritable critique des sources doit pouvoir faire émerger. Libre ensuite au « consommateur » d’information de se faire sa propre opinion, selon ses propres valeurs.

La critique des sources permet d’aborder une production journalistique comme un historien aborde un document : c’est-à-dire en effectuant une critique externe et une critique interne. Lors de la critique externe, on se pose une série de questions sur le contexte de production du message, son authenticité, son auteur, etc. Lors de la critique interne, on s’intéresse au contenu du message. Comme me l’a proposé cet « ami d’ami » sur Facebook, je vais m’intéresser au journal belge Le Soir en prenant un article[8] disponible au moment d’écrire ces lignes et intitulé : « Venezuela: Nicolas Maduro embarrassé face caméra par le rejet de sa carte d’électeur ». Le choix du journal Le Soir me paraît pertinent parce qu’il n’est a priori pas du tout polémique. Considéré comme un journal « de qualité », Le Soir propose une couverture généraliste de l’actualité. Pour commencer, il faut d’abord lire l’article ! Cela peut prêter à sourire mais nombreux sont ceux pensant qu’il est possible de juger un contenu sans même en avoir pris connaissance. On y apprend que M. Maduro a vu sa carte d’électeur rejetée lorsque, en direct à la télévision, il a tenté de la valider pour déposer son vote à la consultation proposant de choisir les candidats à l’Assemblée Nationale Constituante.

La critique externe

La critique externe peut être excessivement détaillée, mais je propose de ne procéder qu’à trois étapes : 1) Que sait-on du média qui publie l’info ? 2) Que sait-on de l’auteur de l’article ? 3) Que nous apprend le contexte d’énonciation de l’article ?

  1. Sur le média, il est important de poser la question du financement car aucun média ne publie d’informations allant contre les intérêts de celui qui le finance. Les informations concernant le financement du Soir ne sont pas accessibles facilement, il n’existe par exemple pas de rubrique dédiée sur le site. On perçoit toutefois au moins trois sources de revenus : les subsides publics (le journal percevait en 2015 la somme d’1.2millions d’€[9]), le financement par la publicité et, on peut le supposer, un financement via les abonnements et l’achat du journal payant par les lecteurs. La répartition de ces ressources dans le budget global nous est inconnue, en dépit de l’intérêt évident de cette donnée. En effet, si la plus grande partie du budget est couverte par les abonnements et les achats, le degré d’indépendance est lui aussi beaucoup plus grand… Le Soir est édité par la société anonyme Rossel & Cie, elle-même appartenant au Groupe Rossel dont il n’est pas anodin de remarquer qu’il est non seulement actif dans la presse mais aussi dans le marketing et la communication financière (via Mediafin). Par ailleurs, il est aussi lié à la presse audiovisuelle privée (RTL) avec des participations dans différentes holdings[10].

 

Ici déjà se tisse un réseau de dépendances qui n’est pas innocent : comment avoir une parole libre par rapport aux politiques quand la viabilité de son média en dépend ? Comment avoir une parole critique sur la finance quand le groupe auquel vous appartenez a une part de son business lié à celle-ci ? Comment dénoncer les intérêts des grands groupes de presse privés quand vous faites partie de la même holding ? Comment enquêter sérieusement sur des multinationales ou de gros industriels quand ce sont eux précisément qui peuvent acheter vos encarts publicitaires ? Ainsi, les valeurs qui sous-tendent n’importe quel discours publié par Le Soir doivent être compatibles avec ces éléments. Un discours explicitement anticapitaliste, par exemple, n’y aurait pas droit de cité (à part, peut-être, sous la forme d’une « carte blanche » qui n’engage pas la Rédaction).

  1. Intéressons-nous maintenant à l’auteur. Un lecteur non avisé pourrait être étonné car, en dépit de la réputation de « sérieux » dudit journal, l’article n’a pas d’auteur. Il s’agit en fait d’un copié-collé d’une dépêche de l’AFP (Agence France Presse) à laquelle aucune modification n’a été apportée. Retour donc en partie à la case départ et le travail effectué sur le financement du Soir devrait être complété par un travail similaire sur l’AFP. Vous avez compris le principe, je ne vais pas le refaire ici[11]! Toutefois, outre le fait qu’une information soit répétée par plusieurs médias sans commentaires ni précisions, ces dépêches posent plusieurs problèmes. On ne sait pas, par exemple, si le journaliste de l’AFP était présent sur place lors des événements relatés (on est même fortement en droit d’en douter dans la mesure où rien n’indique que ce fut le cas). Le journaliste de l’AFP, s’il n’a pas été présent, place donc sa confiance dans un autre document : une vidéo de M. Maduro. L’AFP a-t-elle correctement authentifié cette vidéo ? Rien ne l’indique. La critique externe invite également à questionner l’indépendance du témoignage. Or, présente dans le corps de l’article, cette vidéo est estampillée « El estimulo », un média vénézuélien privé. Ce n’est pas innocent tant on sait que les médias privés sont pleinement partie prenante dans les conflits au Venezuela[12]. Ainsi, en diffusant cette vidéo sans expliciter le parti-pris pro-opposition de la vidéo, l’AFP et, à sa suite, le Soir sont partiaux dans leur couverture informationnelle. C’est d’autant plus dommageable que ce positionnement est subtil, invisible au premier coup d’œil, surtout pour un lectorat qui ne connaît pas bien le contexte historique et politique de ce pays.

 

Enfin, si on ne connaît pas exactement l’auteur de l’article, on peut cependant rappeler quelques réalités du métier actuel de journaliste. D’abord, les conditions économiques des journalistes se sont largement dégradées en quelques décennies. Souvent à la pige, ils sont moins bien payés et n’ont pas la même protection sociale que sous un contrat d’employé. Pire : comme ils doivent « se » vendre à chaque fois qu’ils vendent un article, ils ne peuvent surtout pas déplaire, au risque de ne plus gagner leur croûte la fois suivante. Cette précarité mène à une soumission idéologique évidente. Et comme ils sont payés à la pige, ils doivent produire beaucoup pour gagner juste assez. Fort logiquement, l’obligation de privilégier le volume a des conséquences sur la qualité du traitement des sujets et sur le choix de ceux-ci (sujets légers qui demandent peu de travail d’enquête). Dans notre exemple, l’article ne fait que relater ce qui se passe sur une courte vidéo. Sans contextualisation, la valeur informative est presque nulle. Les articles produits ont alors tendance à être courts (cet article-ci serait impubliable !) et à présenter les faits comme si l’on pouvait se départir de toute analyse. Du reste, ces contraintes correspondent à des médias qui attendent justement des articles courts, plus rentables parce qu’ils amènent le lecteur à surfer plus vite et donc à consommer plus de publicité. Le travail à la pige oblige enfin le journaliste à écrire sur différents sujets. Il n’est plus lespécialiste d’une rubrique mais peut parler de la politique du Venezuela un jour et des inondations dans un petit bourg le lendemain. Dans ces conditions, l’expertise vient nécessairement à manquer, surtout lorsque les formations en journalisme sont de moins en moins construites sur un socle de culture générale fort mais plutôt autour de savoir-faire médiatiques. À titre de comparaison, j’écris cet article sur mon temps de vacances puisque j’ai la chance de travailler dans l’enseignement. Mon salaire ne dépend pas de sa publication, mon degré d’indépendance est donc plus assuré.

  1. La critique externe se clôt sur une analyse du contexte d’énonciation. Une véritable analyse sémiotique pourrait ici être pertinente[13] mais cela demanderait trop de temps et d’espace. Notons simplement l’omniprésence de la publicité entourant l’article. Lors de ma visite sur le site du Soir, c’est une publicité pour la chaîne de restauration Starbucks qui prend le plus de place. De haut en bas, une grande capture de vidéo succède directement au titre et est suivie par un court chapeau (cinq lignes) puis une nouvelle publicité (cette fois pour une marque de voiture). Un lien vers un autre article au titre accrocheur est placé juste en-dessous de la vidéo (il s’agit que l’internaute ne reste pas trop longtemps sur une page, comme je le disais plus haut) puis, enfin, sept lignes de « contenu » interrompu par la vidéo de M. Maduro (empruntée au média El estimulo et laquelle ne démarre qu’après 15 secondes d’une nouvelle publicité pour une voiture). Quatre lignes de texte puis une nouvelle capture d’écran sur « l’info » (on voit que le lecteur de carte ne reconnaît pas celle de M. Maduro). À nouveau quatre lignes de texte interrompues par un énième lien accrocheur vers un autre article et, enfin, les deux dernières lignes de l’article. Si on fait le compte, on remarque que l’article est composé de 21 lignes d’une police très grande et composées d’à peine une douzaine de mots par ligne. Cette « économie » corrobore les éléments précités sur la nécessité de textes courts. Toutefois, l’œil du lecteur, même pour un article aussi court, aura été interrompu pas moins de huit fois, ce qui complique terriblement la lecture.

La critique interne

La critique interne consiste à juger le contenu du document, c’est-à-dire le « sens » de celui-ci. C’est évidemment très compliqué car, par définition, si l’on s’informe, c’est qu’on ignore ! Un premier point est le degré de sensibilité du propos. Par exemple, un article sur les résultats d’une compétition sportive n’est pas aussi sensible que celui sur les enjeux du transfert de Neymar au PSG, lequel a, peut-être déjà, des implications (géo)politiques. De façon générale, on peut considérer que des informations touchant à la politique, à l’économie et aux relations internationales sont les plus sensibles. Dans notre cas, l’article sur le Venezuela est donc potentiellement très sensible et notre œil de lecteur devrait être aiguisé.

La critique interne s’intéresse également à une série d’aspects qu’on a déjà évoqués plus haut : la question des intermédiaires (ici Le soir/AFP/El estimulo), les capacités physiques et intellectuelles du journaliste, les intérêts défendus par chacun de ces acteurs. Sur ce dernier point pourtant, nous devrions comme lecteurs nous interroger sur les propres valeurs qui nous animent. Deux questions très pratiques à se poser : qu’est-ce que j’ai envie de voir de l’événement ? Qu’est-ce que je m’attends à voir de l’événement ? Par exemple, si j’ai envie de voir M. Maduro humilié, ce peut être un indice de mon aversion pour son projet politique et, éventuellement, pour une gestion socialiste de la société. Et vice versa… Ce qu’on « s’attend à voir » donne une indication sur nos a priori. Par exemple, je m’attendais personnellement à voir un extrait de propagande anti-chaviste à travers cette vidéo et mes recherches sur le média privé El estimulo tendent à me conforter dans cet a priori. Quelqu’un qui s’attend à voir un « dictateur risible » risquera fort probablement d’être, lui aussi, conforté dans son opinion et ce à partir de la même vidéo. Autrement dit, on a tous tendance à faire correspondre une nouvelle information à ce qu’on sait/pense déjà. C’est un biais cognitif bien connu mais qu’il est bon de se rappeler au moment de la lecture d’un article.

Sur le contenu en lui-même, quelques remarques. Le titre promet d’assister à « l’embarras » de M. Maduro. Or la vidéo d’El estimulo coupe directement, sans qu’on puisse voir la réaction du Président. Ici, deux options : soit la vidéo est coupée par le média d’État qui retransmettait l’événement en direct, soit la vidéo est coupée par El estimulo. Cela fait une différence fondamentale puisque, dans le premier cas, il y aurait une forme de « censure d’État » mais dans le second cas il s’agirait au contraire d’une forme de mensonge médiatique (le fameux « embarras » constitue l’accroche de cet article). En réalité, la télévision vénézuélienne a continué sa retransmission[14], il s’agit donc bien d’une manipulation d’El estimulo relayée sans état d’âme par l’AFP puis par le journal Le Soir. Comment peut-on le savoir ? Hé bien parce que l’AFPes (c’est-à-dire l’AFP en espagnol) a diffusé sur YouTube une autre vidéo dans laquelle on peut voir le fameux « embarras » de M. Maduro ! Pourquoi El estimulo n’a-t-il pas montré la séquence en entier ? Tout simplement parce que ce problème technique est tout au plus une anecdote. Extraire la vidéo de son contexte permettait de monter en épingle une situation qui vraisemblablement n’en valait pas la peine. La vidéo d’El estimulo s’inscrit dans un contexte de propagande évident. Ce média est un acteur du conflit, pas un observateur.

La partie écrite de l’article mérite, enfin, un peu d’attention. Au titre directement succède une information qui n’a pourtant rien à voir avec ce dernier : on y parle d’une « douzaine de personnes décédées » lors du scrutin qui serait « décrié ».

 

 

La façon de présenter les choses suggère un rapport de cause à effet entre ces deux informations, impliquant de facto une responsabilité du pouvoir. Ainsi, le lecteur de l’article, avant même le chapeau (c’est-à-dire le paragraphe d’introduction), adopte inconsciemment une position défavorable à M. Maduro. Le chapeau en lui-même est factuel et ne prête à aucun commentaire spécifique. Les deux paragraphes suivants ne font que répéter ce que disait déjà l’introduction, en ajoutant seulement un ou deux éléments. Cependant, l’auteur de l’article qualifie la situation non plus « d’embarrassante » mais de « particulièrement embarrassante » pour le Président vénézuélien. La nuance est subtile mais vient s’ajouter à tous les autres éléments qui construisent une image négative de M. Maduro. Le troisième paragraphe est quant à lui beaucoup plus grave puisqu’il est tout simplement mensonger : « Les caméras ont rapidement cessé de filmer cet instant d’embarras pour Maduro ».

 

 

On a vu plus haut que c’était faux, que les caméras avaient bien continué de filmer et, qui plus est, il existe même une vidéo de l’AFP pour le prouver ! Impossible en revanche de savoir si l’auteur de l’article a été abusé par la coupure intentionnelle d’El estimulo ou si le mensonge est volontaire… La phrase mensongère se conclut sur le rappel de la contestation contre Maduro et sur une allégation de « guerre civile » qui serait décidément très proche.

À ce moment, inutile de dire que le lecteur lambda voit Maduro comme un affreux dictateur et ce uniquement par la présentation qui lui est faite de l’information (mais aussi sur base de fausses informations, des « fake news » pourtant relayées par une presse qui peut difficilement être plus « traditionnelle »).

L’article se conclut : (1) sur le partage sur les réseaux sociaux de ladite vidéo en ne relayant que les commentaires anti-Maduro. C’est ici un nouveau mensonge, mais cette fois par omission : en ne signalant pas le soutien populaire dont jouit encore Maduro, le journaliste renforce encore le sentiment que ce pays est une dictature ; (2) sur le fait que ni l’UE, ni les USA, ni plusieurs autres pays d’Amérique latine (non cités, et pour cause, ils sont tous à droite de l’échiquier politique) ne reconnaissent le scrutin. Le sarcasme me pousserait à souligner que l’UE n’est en effet pas très encline à reconnaître les consultations populaires, il n’y a qu’à voir le sort qui avait été réservé au « non » français au projet de constitution européenne… Pour bien faire son travail, l’auteur de l’article aurait aussi pu expliquer pourquoi ces pays ne soutiennent pas Maduro, les intérêts qui sont en jeu, les valeurs qui soutiennent les politiques, etc. (3) Enfin, l’article se conclut sur la même phrase (mot pour mot) que celle qui l’a amorcé : un rappel des personnes décédées et le caractère « décrié » du scrutin.

Qu’en conclure ?

L’analyse que je viens de produire me pousse à conclure que j’ai eu ici affaire à un article correspondant, au même titre que la ridicule émission de Trump, à de la propagande – c’est-à-dire un document construit dans l’objectif de provoquer l’adhésion à une façon particulière de voir le monde, en omettant les éléments qui auraient pu nuancer le propos voire le retourner. Comme le notait Morelli[15], le chef du camp adverse « a le visage du diable », l’ennemi provoque des atrocités, la cause défendue par l’opposition est noble, etc. Je voudrais insister sur le fait que je n’ai passélectionné cet article parce qu’il pouvait servir mon propos. J’ai pris le premier article en libre accès traitant du Venezuela sur le site du Soir et j’aurais pu faire le même travail avec n’importe quel autre article.

Je vais conclure en proposant une courte synthèse des questions nécessaires à une critique des sources. Bien sûr, on n’a pas le temps de faire ce travail ardu pour chaque article ou émission, mais le simple fait d’avoir les questions à se poser bien en tête aide déjà à aiguiser son esprit critique : quel est le média, qui le finance et, par conséquent, quels sont ses intérêts ? Qui est l’auteur, quel est son contexte, notamment économique (est-il par exemple employé ? est-il responsable d’une rubrique ?) Comment l’article est-il construit, est-il long, détaillé, y a-t-il des sources pour me permettre de valider ce qui est dit ? Le sujet de l’article est-il sensible ? Quelles sont mes valeurs, qu’ai-je envie de voir/lire et à quoi est-ce que je m’attends ? Est-ce que tout est dit, est-ce que tout est vérifiable ? La parole est-elle donnée à toutes les parties ? L’article cherche-t-il à expliquer ou seulement à décrire des faits ? Dans le second cas, la description est-elle exempte de connotations ?

J’ai tendance à croire que ce travail est encore plus important pour les médias qu’on a l’habitude de visiter et auxquels on fait habituellement confiance. Parce que c’est précisément lorsqu’on a confiance que notre conscience s’endort. Une véritable critique des sources commence par une critique et une connaissance de soi-même, ses préjugés et ses valeurs.

 

Source: Investig’Acion

 

Notes:

[1] Accessible sans intermédiaire ici : https://www.facebook.com/DonaldTrump/videos/10159619784950725/

[2] Voir ici : http://www.liberation.fr/france/2017/05/18/monsieur-le-president-il-n-appartient-pas-a-l-elysee-de-choisir-les-journalistes_1570485

[3] Je reconnais là un peu de naïveté tant il apparaît que ce seul recul critique n’est pas intégré, non par manque d’intelligence mais par manque de formation.

[4] En dépit du bon sens : le charnier de Timisoara et les armes de destruction massive ont justement été relayés par la presse mainstream.

[5] En fait, il n’y a juste aucun argument. Notez le terme « apparaît » comme si l’apparence était suffisante pour discréditer un média ! Sur le Décodex, lire par exemple cet article : http://www.investigaction.net/fr/decodex-le-vieux-monde-se-meurt/

[6] Voir ici : https://www.wsws.org/fr/articles/2017/jul2017/goog-j28.shtml

[7] Alternative par rapport à la norme du milieu. Aucune information n’est « alternative » en soi.

[8] http://www.lesoir.be/107096/article/2017-07-31/venezuela-nicolas-maduro-embarrasse-face-camera-par-le-rejet-de-sa-carte Je découvre en même qu’il n’y a plus de rubrique « international » sur la page d’accueil du Soir en ligne !

[9] Fédération Wallonie-Bruxelles, voir : http://www.lesoir.be/archive/recup%3A%252F972707%252Farticle%252Factualite%252Ffil-info%252Ffil-info-economie%252F2015-08-26%252Fl-aide-presse-francophone-approuvee-mercredi-en-gouvernement

[10] http://www.rossel.be/societes/audiopresse

[11] Pourtant, il aurait été intéressant d’en dire un mot. Par exemple, si les statuts de l’AFP lui interdisent d’être subventionnée par l’État, on apprend que 40% de ses revenus sont des abonnements par…les services publics !

[12] J’invite à relire, à ce propos, les excellents articles d’Henri Maler qui datent pourtant de 2009 : http://www.acrimed.org/Conflits-sur-les-medias-au-Venezuela-1-L-attaque-de-Globovision

[13] Voir par exemple la grille proposée par Meunier et Peraya dans leur livre « Introduction aux théories de la communication ».

[14] https://www.youtube.com/watch?v=GtamrI588Bo

[15] Morelli, A. (2010). Principes élémentaires de propagande de guerre: utilisables en cas de guerre froide, chaude ou tiède... Aden.

Par défaut
Analyses, Articles parus sur d'autres médias

Financer les oppositions démocratiques, c’est quoi le problème?

Une partie de la critique de l’impérialisme s’intéresse aux financements des mouvements d’opposition à travers le monde. Différents auteurs, comme Ahmed Bensaada[1], ont ainsi pu montrer combien les États-Unis (mais aussi l’Union européenne et, de façon plus générale, tous les partenaires « occidentaux ») ont financé, formé et aidé des groupes d’opposition lors des révolutions « de couleur », lors du Printemps arabe ou encore à Hong-Kong[2]. Du reste, ce n’est ni un secret, ni une surprise : une connaissance travaillant pour une agence de l’ONU me confiait récemment que dans les cercles de l’aide internationale « tout le monde sait ça » mais que, à l’évidence, il faut bien que quelqu’un puisse aider les oppositions démocratiques…

puppet

Le chien et la marionnette

C’est une vraie question, faut-il « aider » les oppositions « démocratiques » et, si oui, comment ? Le problème : toutes les révolutions financées par les USA et leurs alliés ont, d’une part, mené à encore plus de souffrances et ont, d’autre part, continué de satisfaire les intérêts occidentaux à travers différentes formes de néocolonialisme. Ces deux éléments suffisent à considérer ces financements comme des outils d’ingérence, au service des intérêts voraces de pouvoirs hégémoniques et non pas au service de la démocratie.

Toutefois, lorsqu’on a dit ça, nous ne sommes guère avancés. En effet, quels financements, aides ou formations seraient légitimes dans une perspective défendant les valeurs d’égalité ? Cet article entend mener une réflexion sur la souveraineté des peuples mais aussi leur solidarité.

Que veut-on changer ?

La question du changement souhaité est difficile parce qu’elle est très dépendante des différents contextes. Je me souviens que l’avocate spécialisée en droits des étrangers, Selma Benkhelifa, me partageait l’absurdité de vouloir apporter la « liberté d’expression » ou la liberté « vestimentaire » à des femmes afghanes dont la première nécessité était de pouvoir nourrir leur famille décimée par la guerre[3]. Alors que Trump vient d’annoncer renforcer sa présence dans le pays presque quinze après l’invasion US, la question reste pleinement d’actualité. Autrement dit, il faut bien se garder de projeter sur « l’autre » nos propres besoins qui correspondent à nos propres contextes. Ainsi, des exigences de changements vers plus de démocratie ou de véritables velléités de changement de paradigme économique n’appelleront pas des moyens de lutte semblables.

De la même façon, le consensus au sein même de la population peut avoir des degrés différents. Rares sont les pays où une classe privilégiée ne profite pas d’un statu quo. Qui plus est, au sein d’une population susceptible d’exiger plus d’égalité, les demandes peuvent différer – selon l’âge (avoir vécu sous une dictature marionnette de la France peut rendre frileux quant à une nouvelle ingérence de ce pays), selon l’éducation, selon les conditions économiques, selon la conscience politique, etc. Ce qu’il faut en revanche garder à l’esprit, c’est que lorsqu’une majorité au sein d’un peuple se soulève contre son gouvernement, la force de frappe est immense. Avec ou sans financements étrangers.

Le contexte doit également considérer les gouvernements concernés par les demandes. Et nos « démocraties européennes » n’échappent pas à la règle. Même quand les contestations sur la loi travail en France ont été méprisées par les gouvernements successifs, je doute que la population aurait été prête à abandonner sa souveraineté et à voir l’Élysée bombardée par un pays tiers… Aujourd’hui que le Président Macron persiste et signe le détricotage du droit du travail, je continue de douter que les Français, même les plus critiques, souhaiteraient voir M. Poutine s’en mêler (pour choisir un exemple du « camp adverse »). Il y a là le principe de souveraineté des États.

Vous me direz, Macron n’est pas Poutine ! Il y a de dangereux « dictateurs » dont il semble évident que leur éviction ne peut qu’être au bénéfice de la démocratie. Le terrain est glissant parce que, selon les positions défendues par les parties en présence, le « dictateur » n’est pas toujours celui qu’on pense. Barack Obama a reçu un prix Nobel de la Paix par anticipation là où son action ultérieure a été aussi belliqueuse (voire plus encore) que les administrations précédentes. Le Président philippin Rodrigo Duterte semble en Occident faire consensus contre lui alors qu’une lecture alternative de son action est possible – selon, bien entendu, les valeurs que l’on souhaite défendre[4]. Le caractère « dictatorial » d’un chef d’État doit, avant tout autre, être évalué par son propre peuple qui seul est légitime. En ce sens, le principe de « responsabilité de protéger » ne devrait s’envisager que dans le cadre strict de la négociation et de la médiation. Dans tous les cas où elle est utilisée pour justifier ou aider à former une action violente, elle est un déni de la souveraineté des États.

Si ce sont des demandes d’évolutions, il appartient aux peuples concernés de mettre en place leurs actions sachant que n’importe quelle aide ou financements étrangers ne peut que faire pire. Pourtant, si l’on regarde l’Histoire récente, on remarque que ce sont les solutions négociées qui ont été systématiquement écartées au profit de « solutions » violentes, lesquelles impliquaient dès le départ des intérêts étrangers : Palestine, Syrie, Libye, etc. et maintenant peut-être la Corée du Nord. À chaque fois, les « leaders » contestés (par leur peuple et/ou par des pays tiers) étaient prêts au dialogue mais la force a été privilégiée.

S’il s’agit d’une volonté de changement de paradigme, les forces à fédérer doivent partager les mêmes intérêts de classe. Une classe dominante ne saurait appuyer la révolution d’une classe dominée sans en instrumentaliser sa fin. La question de savoir s’il est possible de réaliser une révolution anticapitaliste seul dans son coin constitue un autre débat qui a pu mettre en concurrence, au sein de la gauche, des sensibilités complètement opposées mais cet aspect, bien qu’essentiel, sort de la thématique propre à cet article.

Pas de financements étrangers, mais une question de valeurs

L’absence de financements étrangers devrait par conséquent être un principe général. Pourquoi ? Parce que n’importe quel financement fait de celui qui le reçoit un obligé. Cela a été mis en évidence par les anthropologues comme Mauss avec le principe de « don contre don » en ce qui concerne les relations sociales[5], mais c’est peut-être encore plus vrai dans une dimension macro en ce qui concerne les relations internationales. Il n’y a qu’à voir, concrètement, l’état des pays dans lesquels des révolutions ont été « financées » par l’étranger.

Tout processus révolutionnaire contient déjà suffisamment de difficultés pour n’avoir pas à « gérer » les intérêts des autres : constituer une base suffisante en nombre et légitime aux yeux de la majorité, convaincre que le risque de révolution est préférable au statu quo alors même que l’issue est nécessairement incertaine, fédérer avant différentes forces qui peuvent avoir en commun la finalité – comme le renversement du gouvernement – mais qui peuvent défendre des agendas et des positions idéologiques diamétralement opposées, tenir le coup après alors qu’éclateront au grand jour toutes les divergences, se mettre d’accord sur les moyens (il n’y a pas de processus révolutionnaire « pur », donc quelle compromission accepter ?), etc.

Partant de cela, aucun financement étranger ne serait acceptable ? Eh bien, il faut en appeler, à mon avis, aux valeurs défendues. Pour un libéral, défendant des valeurs de droite et soutenant le système capitaliste, nul doute que le financement par Soros de toutes ces oppositions « démocratiques » ne pose aucun problème. De la même façon, pour celui qui adopte une perspective anti-impérialiste, le financement et/ou les soutiens logistiques par des pays ou des organisations luttant contre les hégémonies pourraient être acceptables. Ainsi, s’il s’agit de défendre des populations opprimées, une association entre les différentes gauches latino-américaines semble légitime. Un panarabisme émancipateur, viscéralement anticolonial, ne poserait pas de problème éthique, etc.

Comme il n’existe pas de relations internationales dépourvues d’intérêts, il est évident qu’il y a des agendas politiques et économiques dans toutes ces associations – c’est inévitable. L’objectif étant d’arriver à un monde où aucun acteur ne peut seul prétendre à l’hégémonie.

La voie du milieu : le monde multipolaire

C’est la raison pour laquelle un monde multipolaire est souhaitable. Non parce que ce dernier garantirait un paradis sur terre et une paix éternelle, mais parce qu’aucun acteur ne pourrait asseoir seul une domination criminelle sur le reste du monde. Toute velléité de prise de pouvoir par un acteur constituerait de facto une alliance de ses opposants. Une telle situation peut mettre en scène des tensions nombreuses mais dont le degré reste relativement faible.

Dès lors, ce qui est en théorie souhaitable à un niveau international pourrait l’être à un niveau local. Ce qui m’avait frappé en étudiant les financements du Réseau Syrien des Droits de l’Homme était l’uniformité idéologique (et donc la cohérence politique) de ceux-ci, répliquant localement une « hégémonie » macro[6]. On peut imaginer qu’une organisation trouve des financements dont les intérêts s’opposent et jouer sur cette pluralité pour faire avancer son propre agenda. Mais cette proposition est évidemment empreinte de naïveté car quel pays, quelle organisation accepterait d’entrer dans un tel jeu ?

 

Source: Investig’Action

Notes:

[1] http://www.michelcollon.info/boutique/fr/livres/29-arabesque-.html

[2] http://www.ahmedbensaada.com/index.php?option=com_content&view=article&id=294:hong-kong-un-virus-sous-le-parapluie&catid=46:qprintemps-arabeq&Itemid=119

[3] http://www.investigaction.net/fr/Selma-Benkhelifa-Le-mariage-a-neuf/

[4] http://www.investigaction.net/fr/philippines-le-president-duterte-pour-les-nuls/

[5] Mauss, M. (1923). Essai sur le don forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques. L’Année sociologique (1896/1897-1924/1925)1, 30-186.

[6] http://www.investigaction.net/fr/qui-se-cache-derriere-le-reseau/

Par défaut
Revues de presse

#6 Revue de presse (Joyeuses fêtes)

Une semaine qui va vous donner envie de faire la fête. Ou de vous soûler au point de tout oublier. C’est selon.

On commence avec la torture dès le retour au bled des Soudanais que notre gouvernement a expulsés. Au même moment, de nouvelles rafles au Parc Maximilien pour lesquelles on a appris que les flics avaient des quotas. Eh les Noirs, zêtes pas bankable, ici. Allez en Libye, là on vous paie cash pour moins cher que vos courses du mois chez Colruyt. De toute façon, si y’a du racisme, ce n’est que du racisme de classe : le même gouvernement qui nous divertit de ses précédentes conneries qu’avec de nouvelles bien fraîches a décidé d’inventer la pension à points. L’embrouille, c’est que le point n’a pas une valeur absolue, seulement une valeur relative : à votre pension, on multiplie la valeur du point à ce moment-là par le nombre de points accumulés. Et croyez-moi, ça risque pas d’être le même cours que le Bitcoin! Évidemment, on peut toujours garder le nez en l’air en disant « j’ai rien vu ». Avec un peu de chance, on apercevra un OVNI poursuivi par des avions de chasse US depuis 2004. C’est quoi le plus étonnant ? Que de probables petites femmes vertes (mon côté féministe) passent vite leur chemin en voyant la lie de l’univers que notre espèce représente ou que ce programme financé par le département de la Défense ait surtout permis à une clique de copains de se remplir les poches ? Je me le demande.

oies_foie_gras

Elles volent vers le foie gras

À part ça, l’info de la semaine, c’est pour moi la fin de la neutralité du web aux USA. J’ai eu l’occasion de dire tout le bien que j’en pensais récemment. D’autres divers d’hiver suivent : RT France (Russia Today) se décline maintenant en télévision. Très amusant de voir toute la presse mainstream dénoncer un « média de propagande ». À votre avis, ils sont conscients de faire pareil ? ; La Ligue des Droits de l’Homme et le CNAPD ont introduit un recours en suspension contre l’exportation d’armes vers l’Arabie Saoudite. On salue l’initiative. Don Quichotte aurait approuvé !

On prend une grande inspiration, et on y retourne !

Washington accuse la Corée du Nord d’être derrière l’attaque informatique Wannacry. Après, faudra plus dire que c’est un pays arriéré, hein… ; l’Islande a une super nouvelle Première ministre. Son premier acte fort : mettre enfin en place la fameuse constitution citoyenne dont on a beaucoup parlé (surtout Mélanie Laurent dans le film « Demain »). Heu. Non. En fait non, elle va rien mettre en place du tout. Humour ; la BNB (banque nationale) est super PO-SI-TI-VE quant au marché de l’emploi en Belgique et prévoit la création de 309.000 jobs de 2014 à 2020. On doit pas vivre dans le même monde… En même temps, la BNB ne dit pas de quel genre de travail il s’agit, ni le type de contrats, ni si les barèmes sont respectés, ni si ce travail touche toutes les classes sociales, ni si diminuent les discriminations (ce qui n’est pas le cas, ça on le sait), ni le niveau d’études concernés, ni si on a assisté à des licenciements précédant les engagements pour diminuer les coûts, etc. En fait, on ne sait rien. Mais on est quand même PO-SI-TIF parce que le chômage diminue (et les chiffres du CPAS explosent, mais chuuuut !) ; ABinbev va refourguer son catalogue d’ex-bières artisanales aux Eurocrates de la place du Luxembourg à Bruxelles dans un bar ad hoc. Ils ont bien cerné leur public-cible ; Et Ryanair est passé aux menaces face aux pilotes récalcitrants.

Du reste, l’économie n’a pas changé en quelques jours. Ses fonctionnements OPAques demeurent identiques, avec leur cortège de misère à la clé.

Fusions, acquisitions, OPA et autres joyeusetés

  • Euronav, dont on a déjà parlé ici et là rachète l’Américain Gener8. C’est normal, non ? Au moins y’a d’entreprises maritimes, au moins y’a de bateaux, non ? Ah. On me dit que non.
  • Lufthansa, le grand gagnant des mouvements de rachats dans les compagnies aériennes ces derniers mois, attend le feu vert de l’UE pour racheter les débris d’Air Berlin. Le suspense est intense, tout le monde craint l’intransigeance de l’UE sur la tendance concentrationnaire (oui, le jeu de mot est vaseux, j’assume) de notre économie. J’déconne. L’UE va laisser passer, hein, comme d’hab.
  • Le Belge Greenyard s’apprête à racheter le géant de l’ananas Dole. Je me sens fier d’être belge, là. Tellement.
  • Belfius voudrait fusionner avec Proximus. Pour « mieux s’armer face aux GAFA ». Zont le sens de la formule ! Ah, ils savent rire !
  • Land Invest va racheter 50% d’Ogeo fund. Sacré Dominique Janne (à la manœuvre). Lui qui m’avait permis – sans le savoir – de me faire les dents dans le journal « Pan » tellement il s’en désintéressait et ne le lisait pas (ce qui nous permettait d’y raconter ce qu’on voulait…)
  • Le géant du numérique Thales s’offre l’autre géant du numérique Gemalto pour une valorisation à 5 milliards d’€ du second. Des petits joueurs.
  • Walt Disney rachète 21st Century Fox. Rien que ça. Le tout pour 52 milliards d’€. Des gros joueurs cette fois. Juste pour remettre les choses en perspective : avec l’argent de 5 fusions comme celle-ci, on résout le problème de la faim dans le monde. Alors on nous refait le coup du « oui, mais les autorités de la concurrence doivent donner leur accord ». Allons donc. On rappelle à ces gens que ces mêmes autorités US n’ont vu aucun souci il y a quelques jours à peine à la megafusion Bayer-Monsanto ? Y’en a qui sont d’une naïveté…
  • Unibail-Rodamco annonce le rachat de Westfield dont le titre s’est du coup envoléééé pour une valorisation à 21 milliards d’€.
  • D’Ieteren a une crise d’indigestion après avoir trop mangé ces dernières semaines. Dégringolade en bourse.

Concurrence, dumping, guerre économique

  • Washington impose 300% de taxe sur les importations d’avions Bombardier. C’est une autre façon de favoriser les « circuits courts », that’s all. Faut pas voir le mal partout. Sinon, au passage, remarquons une nouvelle fois que le protectionnisme c’est toujours mieux chez soi que chez les autres…
  • L’UE accuse Ikea de percevoir des avantages fiscaux indus aux Pays-Bas. Du coup, je me dis : « Eh Manu, tu vois qu’il n’y a pas que les entreprises US qui se font prendre la main dans le sac par l’UE ? ». Ce à quoi je réponds : « Certes. Mais ce qu’il faut comprendre c’est que l’économie capitaliste tend naturellement vers les monopoles, ce qui ne veut pas dire qu’elle en a l’intention. Autrement dit, des corrections « à la marge » sont nécessaires pour lâcher un peu de pression et empêcher que l’ensemble du système s’effondre. » Et une des façons de faire est de taper sur les doigts voleurs de Ryanair, Ikea, et autres. (Au final, ça ne change rien à la dynamique générale, by the way.)
  • Pour rester dans le sujet, il paraît qu’Apple va verser ses 13 milliards d’amende à l’Irlande (qui n’en veut toujours pas). Ce sera donc sur un compte…bloqué. En attendant. Vous imaginez ? Le racket par les multinationales est tel, la concurrence entre les pays pour accueillir ces voleurs est telle qu’ils sont dans l’obligation de refuser de percevoir des sommes qui seraient pourtant bien utiles mettons par exemple, soyons fous, pour des dépenses sociales.
  • Toujours pour rester dans le sujet, c’est au tour du Luxembourg de faire appel contre la sanction de l’UE concernant Amazon (qui devrait pourtant rapporter quelques piécettes au Duché.
  • L’État français s’apprête à lancer une grande campagne de privatisations au printemps. Là, c’est juste un teasing.

Et une semaine décevante pour les licenciements collectifs avec « seulement » le géant israélien Teva, numéro un mondial du générique, qui va supprimer 14.000 emplois en deux ans. 25% de ses effectifs. Ça concerne des emplois aux USA, en Israël et en Europe. Enfin, en Belgique, on supprimela majorité des casernes de la protection civile. C’est pas grave, il ne pleuvra presque plus grâce au changement climatique. Ou pas.

Sinon, apparemment, les inégalités se seraient creusées « dans presque toutes les régions du monde », selon une recherche (de Lucas Chancel, avec Thomas Piketty) qui souligne combien c’est le cas aux USA mais aussi en Chine en Russie, deux pays dont les économies se sont libéralisées.

Bonnes fêtes. Les oies gavées sont mortes pour vous, profitez-en bien. À votre santé car, comme dirait Michaux, « respirer, c’est déjà être consentant ».

Par défaut