Analyses

Les mensonges d’Amnesty International sur la Chine

L’article qui suit conclut un important dossier que j’ai consacré ces derniers mois à la situation des droits de l’homme en Chine. Après un bref aperçu de ce qui se dit sur la Chine dans l’actualité récente, je résume les découvertes que j’ai pu faire sur les affirmations d’Amnesty International. Je reviens ensuite plus en détails sur le rôle particulier des ONG dans la propagande occidentale, puis sur les droits des travailleurs en Chine. Avant de conclure, j’évoque quelques éléments de comparaison entre la Chine et les pays occidentaux.

Masques produits sous la contrainte, esclavage et travail forcé dans les champs de coton : voilà les dernières nouvelles de la Chine si l’on en croit nos médias occidentaux. Des informations qui risquent bien de se retrouver dans le prochain rapport que rédigera Amnesty International sur la situation des droits de l’homme en Chine, comme ça a été le cas concernant le « million de Ouïghour.es » enfermé.es dans des camps où seraient pratiqués « mauvais traitements » et « lavage de cerveaux ».

À la source de cette info ? Un certain Adrian Zenz que les médias mainstream continuent de présenter comme un expert du Xinjiang mais qui est surtout un évangéliste allemand anticommuniste (voir note 2), travaillant depuis les États-Unis, et dont toutes les « analyses » sont reprises sans jamais qu’en soient critiquées les sources.

Vous pouvez lire le rapport de Zenz sur « l’esclavage dans les champs de coton » et vous essayer à la déconstruction, c’est édifiant. On y retrouve des liens, des liens et encore des liens qui…ne prouvent rien du tout. Parfois Zenz fait tout simplement mentir les articles qu’il cite. Parfois il procède à de manifestes surinterprétations. Parfois il cite ses amis qui le citent en retour. J’en veux pour preuve ce document « remarquable » (selon ses propres mots), document dont il ne donne que les premières pages, allez savoir pourquoi, et censé présenter « la preuve la plus forte que Beijing persécute activement et punit les pratiques normales des croyances religieuses traditionnelles » (sic) dans les fameux centres de rééducation du Xinjiang.

Vraiment ? Lisez-le et faites-vous votre propre opinion, en gardant en tête de surcroît que ce document est censé être la meilleure preuve que l’Occident détient contre la Chine.

Un temps de retard sur la propagande

Débunker la propagande antichinoise prend énormément de temps. Déconstruire point par point nous force à être toujours en retard. La guerre de l’information est une guerre qui se joue par asphyxie : il est beaucoup plus simple, rapide et efficace d’étouffer la contradiction en produisant des faux en série que ne l’est notre capacité à apporter la preuve de leur fausseté. Libé, Le Monde, Le Soir…ne font que colporter, sans jamais vérifier, des informations cohérentes avec leur perspective antichinoise. Le dossier auquel je me suis attelé ces derniers mois avait pour objectif de montrer qu’en adoptant la méthode adéquate et en y consacrant suffisamment de temps, la vérification de l’information EST souvent possible. Les journalistes POURRAIENT faire leur travail.

J’ai donc analysé de façon exhaustive les affirmations d’Amnesty International quant à la situation des droits de l’homme en Chine. Je voudrais ici (1) partager la synthèse des résultats auxquels l’enquête m’a mené ; (2) proposer quelques éléments d’interprétation.

Mes articles s’inscrivent dans un ensemble plus large de travaux qui refusent de considérer comme des « évidences » les critiques – positives ou négatives – sur la Chine. Comme expliqué dans le premier épisode, l’évidence pose qu’il serait possible de se dispenser de toute preuve ; une telle position est irrationnelle et dangereuse en ce qu’elle prête le flanc à la manipulation et au mensonge. En fait, l’évidence pousse à une compréhension univoque du monde (du type, « la Chine, c’est le mal »). Or, comme le disait Gramsci (1983, p.89), « si une conception du monde est largement répandue, elle devient alors « sens commun », c’est-à-dire un ensemble de vérités indisputables et le constituant d’un groupe social homogène ». Le lien entre réalité et discours sur la réalité est brisé. Le discours devient propagande.

Je ne suis pas le seul à prendre le temps de l’analyse (voir par exemple, en français, l’excellent site TibetDoc ou la très bonne synthèse, en anglais, sur le Xinjiang et le rôle du World Uyghur Congress). Un corpus d’articles similaires, classé par catégories thématiques, avait été construit de façon collaborative, mais il semblerait que Google ait censuré la page, comme le montre la capture d’écran ci-dessous. Ainsi, l’on voit que la censure n’est certainement pas l’apanage des gouvernements dits « dictatoriaux ». Toutefois, jusqu’à présent, la page censurée est encore accessible via l’Internet Archive Wayback Machine.

Les droits de l’homme en Chine selon Amnesty

Amnesty International a acquis, depuis sa création, une grande légitimité dans le monde occidental grâce à son travail de dénonciation des violations des droits humains partout sur la planète. Pour comprendre d’où viennent les conclusions auxquelles je suis arrivé ci-dessous, j’invite les lecteurices à consulter l’ensemble du dossier accessible directement sur mon blog. Au terme de cette analyse, que pouvons-nous conclure ?

  1. Amnesty International ne fournit des sources pour ses affirmations que dans de rares cas. Lorsqu’elles existent, ces sources sont essentiellement autoréférentielles : Amnesty cite ses propres recherches. En ce qui concerne la Chine, ses recherches se basent essentiellement sur des témoignages dont elle reconnaît qu’ils ne sont ni solides, ni représentatifs. L’absence de sources et de solidité des témoignages doivent inviter à suspendre notre jugement quant à ces affirmations, tout en reconnaissant que l’absence de preuves (quant à certaines violations des droits humains) n’est pas non plus une preuve de l’absence (de violations des droits humains).
  2. Amnesty International affirme « ne pas accepter de subsides gouvernementaux » sauf pour « certains projets spécifiques en matière d’éducation aux droits humains ». Par conséquent, factuellement, AI accepte des subsides gouvernementaux. Toutefois, elle ne précise ni combien elle reçoit, ni pourquoi elle se trouve dans la nécessité d’en accepter. Par ailleurs, nous savons qu’au moins le département d’État des USA finance Amnesty, ce qui est loin d’être anecdotique étant donné l’état des relations sino-états-uniennes.
  3. Amnesty use d’une série de procédés rhétoriques portant atteinte à une lecture éclairée de son analyse. On peut lui reprocher un manque total de précaution dans plusieurs de ses affirmations. Par exemple, elle affirme sans preuves que la Chine se livre à des attaques informatiques. Par exemple, elle accumule des dénonciations, en mettant sur un pied d’égalité des affirmations dont les niveaux de preuves sont pourtant incompatibles. Elle présente de bonnes nouvelles (par exemple les progrès environnementaux ou l’amélioration des droits pour les LGBTI) de façon négative. Elle pose comme certaines des affirmations qui sont seulement possibles et qu’elle n’a pu vérifier.
  4. Amnesty pratique toutes les formes de mensonge, si l’on envisage ce dernier comme un continuum.
    (1) Le mensonge pur et simple (par exemple que le document récupéré par l’ICIJ soutiendrait la thèse de torture et le lavage de cerveaux de prisonniers ouïghours),
    (2) la surinterprétation (par exemple lorsqu’AI dit que le Parti communiste chinois se place au-dessus du système judiciaire),
    (3) le mensonge par omission (par exemple sur la loi sur l’irresponsabilité des forces de l’ordre, sur le crédit social, sur le positionnement séparatiste du World Uyghur Congress, sur les liens entre certaines ONG chinoises et des ingérences étrangères, sur le nombre d’attentats islamistes en Chine et l’innombrable quantité de leurs victimes, sur le soutien massif des pays musulmans à la Chine lors de commissions onusiennes),
    (4) le cherry picking (par exemple en ne sélectionnant que ce qui sert son propos sur les droits LGBTI),
    (5) la répétition d’affirmations sans sources (par exemple en disant que les détentions extrajudiciaires seraient légalisées, que la Chine procède à des attaques informatiques de grande ampleur, que la Chine pratique la peine de mort intensivement),
    (6) la simplification outrancière (par exemple sur la sinisation des religions).

Rôle des ONG

L’ensemble du dossier a par ailleurs montré le rôle des ONG internationales (voir ici et ici) qui sont amenées à jouer le rôle de « sous-traitantes » dans un environnement concurrentiel (Hailey, 2000) et sont transformées en de simples « exécutantes » des politiques de leurs bailleurs de fonds (Bornstein, 2003).

Sous quelles conditions une ONG étrangère à un certain territoire pourrait-elle agir de manière éthique ? La réponse n’est pas si évidente qu’il y paraît de prime abord. Ainsi, faudrait-il dans un premier temps déterminer les valeurs défendues par les ONG dont il est question. Il est patent que les différences culturelles entre la Chine (où le collectif prime sur l’individu) et l’Occident (où l’individu prime sur le collectif) posent de sérieuses questions quant à la légitimité de l’action d’ONG occidentales en territoire chinois – à moins de considérer que seul.es nous savons ce qui est juste en termes de valeurs morales…tout en faisant le contraire de ce qu’on dit de façon systém(at)ique.

Un détour par l’histoire s’avère ensuite pertinent. Quand donc est-ce que les conséquences des financements étrangers à des ONG et/ou à des groupes d’opposition locaux ont-ils été à la hauteur des objectifs explicites poursuivis, voire n’ont tout simplement pas empiré une situation ? Que peut-on dire de toutes les « révolutions colorées » abondamment financées par les USA comme le montre Ahmed Bensaada dans son livre Arabesque$ ? Si de tels financements ne sont pas à même de répondre aux défis qu’ils se donnent, pourquoi faudrait-il encore les soutenir ? N’y a-t-il pas d’autres voies, notamment diplomatiques ? Ne devrions-nous pas alors commencer par regarder nos propres exactions ?

S’ils n’atteignent pas les objectifs explicites, quels sont les intérêts effectifs que servent ces ONG et ces financements étrangers ? Il est impensable que quiconque dépense autant d’argent sans, d’une façon ou d’une autre, en tirer bénéfice ou quelque forme de retour sur investissement. Dans bien des cas, y appliquer une grille d’analyse géopolitique s’avère utile, en rappelant par exemple la situation du Xinjiang qui regorge de matières premières sur lesquelles les USA se verraient bien avoir le contrôle en instrumentalisant le séparatisme dans la région.

Réserves de pétrole dans le monde

À la suite de l’effondrement du monde bipolaire, les États-Unis se sont retrouvés seuls pour diriger le monde. Depuis quelques années pourtant, il semble que le rapport de forces ait évolué vers un monde multipolaire où la Chine joue un rôle économique (et, de plus en plus, politique) essentiel. L’affaiblissement, par tous les moyens, de Beijing profite directement aux USA. Il n’est dès lors pas étonnant de les retrouver derrière pratiquement toutes les ONG favorisant le séparatisme des régions autonomes, critiquant la politique chinoise, etc. À l’origine de ces financements, on trouve régulièrement la NED (National Endowment for Democracy), qualifiée d’organisme-écran de la CIA par son ancien président Allen Weinstein.

Censure et lanceurs d’alerte

Dans ces conditions, la censure massive qu’impose la Chine à sa population prend un sens un peu différent. Côté pile, on ne peut qu’être très critique de ce que la plupart des cas de violations des droits humains évoqués par Amnesty ne sont pas abordés dans la presse chinoise (continentale du moins), même avec un discours qui aurait été au service de la perspective du pouvoir. Côté face, on est obligé de reconnaître que la campagne de désinformation, que l’on peut sans peine qualifier de propagande antichinoise extrêmement agressive mais formidablement orchestrée, pourrait avoir des conséquences dramatiques pour la politique intérieure chinoise et pour la stabilité du pays. Si toutes les fausses informations qui nous parviennent en Occident atteignaient de la même façon, sans filtre, ses 1 milliard 400 millions d’habitant.es, le gouvernement chinois prendrait le risque de voir se lever contre lui sa population – dans une forme d’insurrection semblable aux révolutions colorées dont on a vu qu’elles ne pouvaient atteindre leur pseudo-objectif « démocratique » (voir par exemple le site d’Ahmed Bensaada).

Chelsea Manning

À l’instar des USA (de Snowden à Assange en passant par Manning) et de l’Europe (Deltour, Halet, Pfeiffer, etc.), la Chine n’hésite pas à arrêter et condamner les lanceurs d’alerte. Toutefois, une position morale catégorique (au sens de Kant) a moins de sens qu’observer la situation concrète : par exemple, la condamnation pour divulgation de secrets d’État dépend d’une évaluation des coûts et des bénéfices d’une semblable « trahison ». Ainsi, je pense qu’il est salubre et même nécessaire que des crimes et exactions commis par des États soient rendus publics si et seulement si la sortie de cette information ne met pas en danger plus de monde que le silence – une position moralement insatisfaisante mais qui renvoie au principe du moindre mal.

On aurait pu aussi se demander ce qu’il en est de la liberté d’expression quand on a la confiance de la Chine. Par exemple en regardant les films documentaires de Jean-Michel Carré qui, au contraire du récent documentaire d’Arte, refuse de ne mettre en scène que des occidentaux travaillant à la solde de la NED ou de Soros mais donne la voix aux Chinois.es eux-mêmes – parmi lesquel.les on trouve des voix très critiques.

Droits des travailleurs

Parmi les informations révélées par Amnesty International, j’ai été amené à m’intéresser à l’expropriation d’ouvriers agricoles au profit de méga projets immobiliers, plus rentables, mais faisant courir le risque d’une  mise en danger de l’autonomie alimentaire. D’autre part, je n’ai pas été en mesure de confirmer ou déconstruire les affirmations adressant les atteintes aux droits des travailleurs. La question est toutefois cruciale dans la mesure où le parti communiste est supposé émaner du peuple et en garantir ses intérêts.

Parmi mes contacts, Ng Sauw Tjhoi a supervisé plusieurs visites pour la Belgique au syndicat unique ACFTU (Fédération panchinoise des syndicats) en République populaire. Comme il me l’a aussi suggéré, je vous conseille de lire cette synthèse du China Labour Bulletin qui résumerait assez bien la situation des droits des travailleur.euses. On y apprend que :

  1. Les employé.es peuvent ne pas avoir été payé.es, souffrir de problèmes de sécurité au travail, ne pas bénéficier d’une assurance, ne pas avoir de contrat, subir de la discrimination, etc. Ainsi, iels se trouvent opposé.es à leur employeur.
  2. Les employeurs privés ont pris de plus en plus de place depuis les grandes réformes notamment initiées par Deng Xiaoping. Les intérêts privés ont dès lors commencé à s’opposer aux droits des travailleur.euses, au nom de la performance économique…avec un parti communiste lui aussi amené à favoriser la croissance.
  3. Les syndicats sont autorisés mais, dans les faits, tous doivent être affiliés à l’ACFTU, laquelle sert les intérêts du parti plutôt que ceux des membres et fonctionne seulement comme une «courroie de transmission» vers le parti. Ainsi, toute tentative de création d’un syndicat indépendant sera considérée par le parti communiste comme une menace politique…et traitée en conséquence. Fonctionnant selon les principes de la méritocratie, l’ACFTU est un passage presque obligé vers une carrière politique.
  4. Les autorités locales sont censées assurer le respect du droit du travail dans leurs circonscriptions mais, dans les faits, elles sont plutôt laxistes, sous-financées, manquent de personnel et de capacités véritables à protéger les travailleurs, en particulier dans les villes plus petites et plus pauvres. Elles sont de surcroît prises dans des conflits d’intérêts qui les amènent à créer un environnement économique favorable au business plutôt que favoriser la protection des travailleur.euses.
  5. Dans ces conditions, des leaders d’opportunités apparaissent ponctuellement dans le cadre d’actions collectives, comme des grèves. Si le droit de grève a été retiré de la constitution en 1982, la grève n’est pas non plus légalement interdite. Les leaders de manifestation sont rarement inculpé.es et, s’iels le sont, c’est plus souvent pour trouble à l’ordre public plutôt que pour la grève en tant que telle.
  6. Si les actions collectives sont difficiles, il reste aux travailleur.euses à saisir le LDAC (Labour Dispute Arbitration Committee), ce qui permet dans la plupart des cas une résolution rapide des problèmes, essentiellement via une médiation plutôt que via un arbitrage. La charge de la preuve pèse alors sur l’employeur. Si le principe semble fonctionner adéquatement, on comprend toutefois qu’il ne s’agit que d’un pis-aller, une réponse individuelle à des problèmes pourtant systémiques.
  7. Des groupes de pression issus de la société civile ont également pu jouer le rôle des syndicats, mais ils sont victimes de répression– même s’il en existe encore qui agissent en concertation avec les autres parties.

On en conclut que la Chine, actuellement, n’a pu résoudre les problèmes intrinsèques liés au droit du travail – surtout dans le cadre d’une économie qui s’est ouverte au privé. Il en résulte qu’une majorité de travailleur.euses ne bénéficient toujours pas d’une croissance qui a pourtant vu une portion du Parti et des entrepreneur.es devenir riches de façon obscène. L’extrême inégalité a été en empirant ces dernières années. Le plus absurde est que tout ceci est malheureusement très cohérent avec ce qu’on connaît chez nous de l’économie de marché.

Éléments de comparaison

Vltchek disait que l’Occident utilise le concept des « droits de l’homme » de façon « ciblée » contre la Chine. La plus grande partie des accusations et des « faits » sont, pour lui, sortis du contexte de l’échelle mondiale (aujourd’hui et dans l’histoire). Seuls des points de vue et des analyses eurocentriques ont été appliqués. En effet, la question du droit du travail est-elle, par exemple chez nous, tellement différente de ce qui se passe en Chine ? Les reproches contre la Chine concernant son supposé impérialisme en Afrique ne peuvent-ils avant tout s’adresser à nos pays occidentaux qui ont prolongé le colonialisme par un néocolonialisme pernicieux mais tout aussi réel ? Les partis politiques et les syndicats ne sont-ils pas ici aussi « superficiellement pluralistes », en ce que les désaccords exprimés ne remettent fondamentalement en cause les paradigmes économiques et politiques dans lesquels ils s’inscrivent ?

Jusqu’ici, j’ai refusé la comparaison entre la Chine et l’Occident, car le fait que des crimes similaires existent ailleurs ne peut en rien justifier qu’ils soient commis en Chine. En revanche, c’est bien le caractère exceptionnel des « crimes chinois » qui doit être relativisé. Dresser un tableau similaire à celui de la Chine pour la France des gilets jaunes, à travers par exemple, l’énumération des violences policières est tout à fait sensé. De même que rappeler l’absence de résultats des manifestations contre la loi travail, Nuit debout, contre l’appauvrissement des services publics, etc.

Dénonciation des violences policières à Toulouse. Source : Libération

Faut-il rappeler que les USA, si prompts à dénoncer la Chine et à y opérer une abominable ingérence, pratiquent la peine de mort, et la torture dans des territoires hors-la-loi comme Guantanamo, ou que les thérapies de conversion quant à l’orientation sexuelle y sont monnaie courante ? Dans leur magnifique ouvrage « Jours de destruction, jours de révolte », Chris Hedges et Joe Sacco listent une série de statistiques propres aux USA qui font frémir (voir ci-dessous).

Pouvons-nous encore décemment nous dire : « Qu’importe si ce sont les USA qui financent la propagande antichinoise, puisque c’est une démocratie » ? Pouvons-nous encore décemment dire que la misère provoquée par un pays comme les USA est « moins grave », que ses bombes sont moins hostiles, ses crimes plus acceptables, sa destruction de l’environnement plus raisonnable, ses lanceurs d’alerte moins dignes, son racisme moins horrible, etc. parce qu’on a donné à ce pays l’étiquette absurde de « démocratie » ? Quel sens cela a-t-il encore ?

Quant à l’Union européenne, elle ne vaut guère mieux. C’est en Grèce, berceau de la sacro-sainte « démocratie », qu’aujourd’hui l’on tolère, par exemple, des atrocités telles que celles se déroulant sur l’île de Lesbos. Et, dans ce cas, contrairement aux fameux « camps de Ouïghours », les preuves non seulement existent mais elles sont accablantes – on traite les animaux avec plus d’humanité.

Chine, et outre les droits de l’homme ?

Enfin, les articles de mon dossier ne s’attachant qu’à la question des droits de l’homme, d’autres données bien différentes sont passées sous silence. Alors que nous observons une énième fois le coronavirus qui reprend de la vigueur en Europe, la Chine semble s’en être débarrassé avec organisation, rigueur et solidarité. Une vraie leçon que même la propagande occidentale n’arrive pas à étouffer.

Je vous invite à lire cet article pour comprendre aussi comment la Chine a doublé l’espérance de vie de sa population et pour comprendre ce qu’est leur couverture santé au regard de celle de la « démocratie » états-unienne. On aurait pu parler d’augmentation du niveau de vie, de prouesses technologiques, d’enseignement, de couverture sociale, de réduction de la pauvreté, de progrès scientifiques et de collaboration entre chercheur.euses chinois.es et à l’international, etc. Nous n’avons abordé que les sujets sur lesquels l’Occident est critique : un cadrage bien particulier qui favorise « l’accusation ».   

Conclusions

Dans mon premier article sur la Chine, j’évoquais le cas d’Étienne Chouard qui déclarait (42’) à propos de doutes éventuels sur les chambres à gaz : « Ce n’est pas mon sujet, je n’y connais rien ». Dans ce débat sur Le Média, on se trouve dans la situation classique où l’interviewé est sommé de condamner une évidence (comme l’explique le Stagirite dans une vidéo à partir de laquelle je construis mon analyse ci-dessous). Il s’agit d’une forme de procédé rhétorique s’apparentant à un empoisonnement du puits où l’on est implicitement accusé avant même d’avoir prononcé un mot.

Dans le cas de la Chine, lorsqu’on me dit : « Condamnes-tu cette dictature ? », je me trouve dans une situation similaire où tout ce que je pourrai répondre sera lu à partir de la perspective de la suspicion originelle. Exit l’explicitation des fausses informations et de la propagande, exit la mise en comparaison avec d’autres pays, exit le contexte géopolitique…seule « l’évidence de la dictature chinoise » devrait suffire et toute parole supplémentaire n’ajoute qu’à la suspicion.

Toutefois, il y a une grande différence entre Chouard qui ne « se prononce pas sur les chambres à gaz » et moi qui questionne « l’évidence criminelle » de la Chine. Personnellement, mes doutes quant aux informations d’Amnesty sur les droits de l’homme en Chine provenaient de connaissances antérieures de situations similaires, considérant qu’à conditions égales, les mêmes causes produisent les mêmes effets. Ainsi, si l’Europe et les USA ont menti sur le Tibet (voir par exemple le site Tibetdoc ou le livre de Maxime Vivas « Pas si zen »), il est possible que les mêmes mentent sur le Xinjiang. Il est alors rationnel, dans un premier temps du moins, de suspendre son jugement.

Cela implique d’ailleurs d’éviter toute expression publique de ce doute tant qu’il n’est pas informé. Et il peut l’être (1) soit en cherchant des preuves existantes – dans un sens ou dans l’autre – (on ne peut pas tout connaître par soi-même et, sur ce point, je renvoie à un article, aussi relayé par le Stagirite, sur la dépendance épistémique) ; (2) soit en faisant soi-même le travail de recherche. En effet, puisque ma position est hétérodoxe, la charge de la preuve me revient. C’est tout à fait normal : quand Einstein a remis en question la physique newtonienne faisant pourtant consensus, on attendait de lui non pas des affirmations en l’air mais bien une rigoureuse démonstration (je ne me compare pas à Einstein, hein ;)).

Je me suis donc saisi de ce devoir de recherche et c’est la raison pour laquelle mon dossier est aussi long… Ces deux démarches, Chouard ne les a pas entreprises : non seulement il a émis des doutes en dépit de travaux solides d’historiens, mais il n’a pas non plus effectué un travail de mise à niveau personnelle – ce qui rend l’expression publique d’une opinion controversée particulièrement insultante pour les victimes et leur descendance.  

Quant à moi, je conclus ici plusieurs mois de travail acharné, à lire des articles, traduire, lire et recouper les sources de ces articles, à remettre en question les « évidences », à remettre en question mes propres parti-pris, à engranger de la connaissance, apprendre, faire preuve d’humilité face à un dossier éminemment complexe. Au final, j’ai accumulé la matière pour un livre entier. Au terme de ce travail, je prends une nouvelle fois conscience de ce que chacun des partis en guerre a intérêt à désigner l’autre comme l’ennemi – comme l’aurait dit Desproges : « L’ennemi est bête, il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui. »

Bien sûr, il est impossible que chacun.e d’entre nous procède à un tel travail de déconstruction. Sommes-nous donc condamné.es à croire de fausses informations ? Je pense en tout cas qu’il est nécessaire de (1) connaître l’histoire et les désinformations du passé ; (2) repérer les mécanismes dans la construction des fausses infos et les intérêts des parties en présence ; (3) suspendre son jugement jusqu’à consultation de preuves explicites, rationnelles et convaincantes ; (4) acquérir des réflexes de critiques des sources.

Ce n’est qu’à ce prix que nous pourrons être mieux armé.es face aux mensonges de demain, qu’ils concernent la Chine ou tout autre pays non aligné sur les intérêts occidentaux.


Je remercie du fond du cœur toutes les personnes qui m’ont aidé dans la constitution de ce dossier : mes ami.es chinois.es en Belgique, des Européen.nes expatrié.es en Chine, mon réseau hyper efficace de militant.es, le travail colossal des vulgarisateurices scientifiques sur Youtube, tou.te.s les auteurices que j’ai pu lire, mon amoureuse qui m’a soutenu au long de ces derniers mois, les personnes qui m’auront fait des feedbacks rigoureux et, bien sûr, les quelques tipeurs qui me soutiennent via un pourboire.

Par défaut
Analyses

Il est évident que la Chine. (2)

Partie 2 – Pas besoin de sources

Podcast audio

Durant la semaine qui vient de se passer, les articles dénonçant la manipulation du nombre de victimes du coronavirus par le régime chinois n’ont cessé d’être publiés. Ce n’est pas étonnant, et cela pour deux raisons – indépendantes d’ailleurs de la vérité qui, elle, devra attendre de nombreuses années avant de pouvoir se faire…si elle le peut (notamment parce qu’il est probable que de nombreuses personnes décédées n’ont tout simplement pas été testées).

La première raison est que c’est souvent sur la bataille des chiffres que se construit notre soutien ou notre détestation envers des belligérants (oui, d’une certaine façon, l’Occident et la Chine se livrent une guerre qui n’est pas forcément là où Macron le pense) ; les chiffres représentent donc un instrument de poids dans les mécaniques de propagande et de contre-propagande. Par exemple, si le nombre de victimes de Staline ou lors du massacre de Srebrenica ont une part cruciale dans les argumentaires respectivement pro et anti-communistes et pro et antiserbes, je suis convaincu que les articles que j’ai mis en lien ci-dessus rapporteront des informations exclusives pour la plupart d’entre vous… Les chiffres, les fameux chiffres.

La seconde raison est qu’il existe une sorte de consensus implicite, en Occident, sur le droit que nous aurions à pratiquer un racisme parfaitement décomplexé à l’égard des Chinois. Je me souviens de la lecture frappante d’un article d’André Vltchek, paru en 2018, qui allait en ce sens et qui retrouve aujourd’hui une navrante actualité. J’ai personnellement été témoin de ce type de racisme avec des proches, soit qu’ils l’ont vécu, soit qu’ils l’ont fait subir.

Autant dire que ce deuxième article de ma série revêt une importance d’autant plus grande. Faire la critique des sources des informations sur la Chine est absolument primordial. Essentiel. Fondamental. J’invite les lecteurs qui ne l’ont pas fait à prendre avant tout connaissance du premier épisode qui pose les bases de ce travail de déconstruction.

Ainsi, nous allons procéder à une critique des sources de la page d’Amnesty International sur les droits de l’homme en Chine. Lors de la critique externe, il s’agit de s’interroger sur l’auteur du document, sa forme, son authenticité, etc. Lors de la critique interne, c’est le contenu qui est investigué.

Critique externe : qui parle et avec quels moyens

L’auteur

Le texte ici n’est pas signé, il constitue une synthèse, au nom d’Amnesty, de ce que l’ONG pense de la Chine. Formellement, il se compose d’un texte comprenant une introduction, six parties thématiques (Système judiciaire ; liberté d’expression/Internet ; Liberté de religion et de conviction ; Région autonome ouïghoure du Xinjiang ; Droits des lesbiennes, des gays et des personnes bisexuelles, transgenres ou intersexes ; Défenseures et défenseurs des droits humains) et, finalement, une liste de dix sources.

Le texte est accessible sur le site officiel d’Amnesty International, son authenticité n’est pas à questionner. En revanche, l’anonymisation de son ou ses auteurs pose problème en ce qu’elle ne permet pas de savoir par quelles voies les informations présentes ont été agrégées : autrement dit, quelle place le ou les auteurs de l’article ont-ils pris dans la production de ces informations ? Ou encore quel est le degré de confiance qu’on peut accorder aux informations présentes et à quel genre appartiennent-elles : presse, travaux scientifiques, enquêtes internationales, enquêtes réalisées par la dissidence, etc. Ce manque de clarté prive le lecteur d’une distance critique pourtant nécessaire tant sont sensibles les questions traitées.

Par exemple, n’importe quel chercheur en sciences sociales sait que la valeur d’un témoignage est très faible au regard d’autres types de preuves (d’où l’importance des archives, des statistiques, etc. dans le travail d’un historien). En ce qui concerne les témoignages, il s’agit d’être d’autant plus prudent qu’ils émanent de personnes dont les intérêts sont directement liés au sujet abordé (soit qu’ils appartiennent à l’appareil d’État chinois et seraient tentés par une minimisation des exactions dont on les soupçonne, soit au contraire qu’ils appartiennent à l’opposition ou la dissidence et seraient tentés par leur exagération). Pour augmenter la crédibilité d’un témoignage, il faudrait être en mesure d’en cumuler de nombreux, lesquels pourraient être recoupés sur des aspects pratiques convergents sans que lesdits témoins ne puissent bénéficier d’une collusion de leurs intérêts (par exemple politiques). Autant dire qu’il n’y a là rien d’évident. Ces éléments de prudence épistémique nous seront notamment nécessaires lorsque nous adresserons la question des Ouïghours dans le prochain épisode.

Amnesty International, comme toute autre organisation, occupe une certaine place sur l’échiquier des relations internationales. Le positionnement politique d’Amnesty mériterait à lui seul un livre entier et il n’est pas ici question de s’atteler à pareille tâche. La question de ses financements mérite pourtant d’être posée. Sur son site web, Amnesty affirme n’être financée que par les dons :

« Amnesty International n’accepte pas de subsides gouvernementaux (en dehors de certains projets spécifiques en matière d’éducation aux droits humains). Le financement de nos activités repose donc entièrement sur vos dons, la vente de bougies, les legs et les cotisations de nos membres. »

D’abord, il nous faut constater que la contradiction est apparente : si certains « projets spécifiques » sont financés par des subsides gouvernementaux, les activités ne reposent dont pas « entièrement » sur les dons et autres formes apparentées. Malheureusement, les documents mis à disposition des visiteurs (bilans et comptes de résultats) ne permettront pas d’avoir le détail de ces financements, notamment des fameux « projets spécifiques », dont on ne comprend pas bien pourquoi ceux-là mériteraient un financement différent, ni quelle proportion ils représentent sur le budget total de l’ONG.

Via la page Wikipédia en anglais, on apprend que les bailleurs de fond pour ces projets sont loin d’être « asexués politiquement » (comme on dirait en Belgique) puisqu’on y retrouve des acteurs majeurs bien connus : le département d’État des USA, la Rockfeller Foundation, l’Open society foundations de Soros, etc. Ce sont ces mêmes organisations que l’on retrouve derrière les révolutions « colorées », des Balkans au Printemps arabe (voir les enquêtes minutieuses d’Ahmed Bensaada, dans ses livres et sur son site web, non seulement pour comprendre l’ampleur de ces financements mais également les problèmes que cela pose et pourquoi il faut les comprendre comme une forme de néocolonialisme).

Que nous apprend cette recherche sur les financements ? Qu’Amnesty International, particulièrement critique vis-à-vis de la Chine, pays communiste, se trouve être en partie financée par les États-Unis, pays caractérisé par son capitalisme agressif et ennemi déclaré de la Chine précitée. Il semble essentiel de lire l’article d’Amnesty avec ce regard « ajusté » – non pour décider a priori de la mauvaise foi d’Amnesty mais pour garder à l’esprit qu’il y aurait (au conditionnel) un intérêt stratégique pour l’organisation à « protéger » dans ses discours les USA et à critiquer la Chine.

Notons malgré tout d’une part qu’Amnesty est très critique du gouvernement Trump ainsi qu’à l’égard d’Israël, pourtant puissant allié des USA. Là encore il s’agit de ne pas avoir une vision univoque ou complotiste : financer en partie une organisation ne fait pas automatiquement d’elle votre vassal mais inscrit une relation qui sert ou pourrait servir, voire engage de bien utiles formes de dépendances (par exemple comme lorsque les philanthropes milliardaires financent Extinction Rebellion).

D’un autre côté, il faut préciser que la page concernant la Chine sur le site d’Amnesty est censurée dans sa version chinoise (voir ci-contre la copie d’écran, accès réalisé via VPN pour « simuler » une présence en Chine). La censure (les citoyens chinois utilisent ironiquement le concept existant « d’harmonisation » pour la désigner) s’explique aisément par la volonté de la Chine de garder le contrôle sur ce qui est dit à son propos. En effet, que les informations publiées par Amnesty soient vraies, partiellement vraies ou fausses ne change rien à l’impact qu’elles peuvent avoir (la multiplication d’articles contradictoires concernant la pandémie du coronavirus est là pour nous le rappeler si nous en doutions…). Quand je dis cela, je pose un constat et non un jugement moral qui me pousserait plutôt à condamner toute forme de censure.

Le lecteur

L’appréhension de nouvelles informations doit de surcroît être replacée dans le contexte de ses propres valeurs. Comment voyons-nous la Chine ? Quels sont nos préjugés ? En effet, nous avons naturellement tendance à faire correspondre une information à nos schémas préétablis. Pour une même information donnée, formulée de la même façon, deux personnes respectivement hostile et convaincue par le régime socialiste chinois pourront voir une confirmation de ce qu’elles en pensaient déjà. C’est un biais cognitif bien connu : on voit ce qu’on a envie de voir, aussi appelé biais de confirmation d’hypothèse.

Il est donc pertinent de constamment se demander, une fois passée notre première interprétation spontanée, s’il serait possible d’envisager la même information autrement – par exemple à partir d’un point de vue qui nous est opposé. Je prends souvent l’exemple du capitalisme : si, de mon point de vue « spontané » de citoyen, la tension toujours plus grande sur les travailleurs me semble illogique et immorale, du point de vue de la rentabilité économique, elle apparaît au contraire logique, amorale et nécessaire.

Les sources (et leur absence)

L’article d’Amnesty parle d’un état des lieux de l’année 2019, mais nous verrons plus tard que plusieurs éléments sont antérieurs à 2019. Dans la mesure du possible, il faudra, pour chaque affirmation, retrouver les documents originaux et réduire autant que possible le nombre d’étapes par lesquelles une information transite afin d’en limiter le risque de modification – notamment dans la traduction des termes.

C’est la raison pour laquelle j’insisterai tellement sur l’importance des sources et regretterai qu’elles ne soient pas désignées plus clairement dans le texte d’Amnesty. S’il y a traduction, il faudrait pouvoir vérifier cette dernière (ce que je me suis efforcé de faire avec l’aide de sinophones pour des documents hautement importants dont nous parlerons dans un prochain épisode et qui concernent le Xinjiang) et, si des erreurs étaient observées, s’interroger sur les raisons qui président à ces dernières : sont-elles intentionnelles ou accidentelles ? Exceptionnelles ou récurrentes ? Etc. 

Critique interne : ce qui (n’) est (pas) dit

La seconde étape de la critique des sources, celle qui nous prendra le plus de temps, est la critique interne. Elle invite à prendre connaissance du contenu de l’article. Quatre catégories d’affirmations émergent de l’analyse de l’article : 1) les affirmations non sourcées ; 2) les affirmations indirectement ou partiellement sourcées ; 3) les affirmations sourcées ; 4) les affirmations contradictoires. Nous nous intéresserons aujourd’hui exclusivement à la première catégorie : les affirmations non sourcées.

Les affirmations non sourcées

Comme pour les autres pays sur le site d’Amnesty, la synthèse est constituée d’un ensemble d’affirmations pour la plupart non sourcées. Cela suppose qu’il est impossible pour le lecteur de prendre connaissance des enquêtes, rapports, etc. qui ont mené le ou les rédacteurs à affirmer de tels éléments et donc d’en juger la validité. Voici la liste exhaustive de toutes les affirmations non sourcées :

  1. La Chine se rend coupable d’une répression systématique de toute opposition
  2. Les procès sont inéquitables
  3. La Chine recourt à la torture
  4. Les Ouïghours sont réprimés au nom de la lutte contre le séparatisme et le terrorisme
  5. Ces peuples subissent une surveillance intrusive, des détentions arbitraires et un endoctrinement forcé
  6. La détention arbitraire et secrète est légalisée
  7. Les communautés LGBTI sont en butte à la discrimination et une réprobation sociale généralisées
  8. Les défenseurs des droits humains et ONG subissent harcèlement et intimidation
  9. Les restrictions envers la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique sont renforcées
  10. Les médias, la presse écrite et les jeux en ligne sont censurés
  11. Le pays subit l’exercice d’une surveillance et d’un contrôle de masse, avec le recours technologique d’entreprises privées
  12. « Des » internautes ont été avertis, menacés ou arrêtés pour s’être exprimés sur Twitter
  13. La Chine a usé d’attaques en déni de service et de malwares pour empêcher l’accès à des serveurs
  14. Le gouvernement a ordonné la destruction de mosquées, d’églises, temples, etc.
  15. Il a continué de maintenir le placement et le maintien des Ouïghours et d’autres ethnies en détention
  16. Le réseau social Weibo a tenté de censurer des contenus concernant les LGBTI
  17. Les personnes transgenres ont été classées dans la catégorie des personnes atteintes de « maladie mentale »
  18. Aucune mesure par les autorités n’a été prise contre les « thérapies de conversion » censées modifier l’orientation sexuelle
  19. Les défenseurs des droits humains sont surveillés, harcelés, intimidés, arrêtés et emprisonnés sur base d’accusations vagues et générales comme « subversion de l’État »

Il apparaît que plusieurs de ces affirmations non sourcées en recoupent d’autres qui, elles, le sont plus ou moins partiellement. Il en résulte que, parmi ces affirmations, peu sont « originales » (au sens où elles n’apparaitraient pas ailleurs sous une forme un peu différente) et la plupart sont redondantes au sein même du texte (1, 2, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 15, 17 et 19). La redondance doit elle-même être questionnée : sert-elle à mieux comprendre le propos et aurait donc vertu pédagogique (par exemple, il est logique qu’une information donnée en introduction se retrouve au moins une autre fois dans le corps du texte) ? Au contraire, a-t-elle pour objectif d’exagérer « l’impression négative » que le lecteur peut avoir au sortir de la lecture ? En ce qui concerne ces affirmations-là, je prendrai le temps de les explorer en profondeur dans les prochains épisodes.

Parfois, le travail consistant à trouver une source mène à reconsidérer la formulation choisie. Ainsi, Amnesty dit (n°16) que Weibo « a tenté de supprimer » des contenus LGBTI. Cette affirmation se retrouve sur la page Wikipédia concernant les droits LGBTI en Chine qui renvoie vers un article de People’s Daily expliquant justement que, suite aux critiques, le réseau social ne bloque plus les contenus « gays ». Une information qui, sans donc travestir la réalité factuelle, aurait pu être formulée très différemment, en expliquant par exemple que « l’évolution des mœurs et la prise en compte du désaccord populaire a amené Weibo à reconsidérer sa politique envers la communauté LGBTI en garantissant la possibilité d’en publier des contenus liés » (cette évolution des mœurs en Chine sera traitée plus en détails dans un épisode ultérieur). Une telle formulation aurait donné une perspective positive là où celle choisie par Amnesty induit le contraire. Quant au fait que Weibo aurait supprimé des contenus liés aux lesbiennes en avril (de quelle année ?), Amnesty aurait gagné à fournir une source (j’ai par exemple trouvé cet article, que je n’ai cependant pas factchecké).

En fait, une prise de distance par rapport à ces informations montre une société traversée par des évolutions, des dynamiques et des influences qui s’opposent régulièrement – ce qui caractérise, en fait, toute société (dont la société française, sur les mêmes questions #manifpourtous).  

En ce qui concerne l’affirmation n°13, à moins d’une revendication explicite, les experts s’accordent à dire qu’il est impossible d’affirmer avec certitude l’origine d’une attaque informatique ou d’un malware. Voici un lien vers un article un peu technique, d’un expert extrêmement reconnu de la sécurité informatique, qui en donne un aperçu… Par ailleurs, le fait d’attribuer des attaques informatiques à la Chine en est même devenu un running gag au sein de la communauté des experts en sécurité, comme en attestent les deux tweets ci-contre, là encore émanant d’experts reconnus. Lorsqu’en plus Amnesty ne prend pas la peine de sourcer son affirmation, on est en droit d’émettre des doutes sérieux quant au niveau de crédence à lui accorder.

Enfin, si Amnesty affirme que c’est sur ordre du gouvernement que des églises, des temples et des mosquées ont été détruites (affirmation n°14), elle devrait être en mesure de produire la preuve de ces ordres. En effet, dans le cas contraire, elle ne pourrait que constater des destructions de lieux sacrés sans pouvoir les lier au régime.

Que conclure à ce stade ? Qu’Amnesty ne s’embarrasse pas du minimum de rigueur attendue de la part de l’ONG la plus grande et la plus puissante en matière de droits de l’homme. Dix-neuf affirmations ne sont ainsi pas sourcées, exigeant du lecteur qu’il croie sur parole ce qu’on lui dit – le contraire même d’un travail sérieux de journalisme et même d’investigation scientifique (devrions-nous croire sur parole, par exemple, le professeur Raoult ?). Le problème est d’autant plus important que lorsqu’on commence à creuser ces affirmations, on doit faire le constat que l’interprétation des faits n’est pas aussi univoque que ce qu’on aurait pu croire.

Cet épisode montre combien rien n’est évident lorsqu’on procède à un travail de déconstruction. Une série de précautions invite ainsi à tenir compte du caractère vacillant de la connaissance (par exemple vis-à-vis d’un témoignage) et du caractère situé d’un acteur social : Amnesty est financée par des bailleurs très controversés impliqués dans la guerre idéologique et économique contre la Chine et cherche dans sa communication à minimiser les problèmes que cela implique. De la même façon, nous avions montré que l’entreprise de relations publiques, Bendixen & Amandi International, responsable du sondage plébiscitant Obama au détriment du président cubain Castro avait pour client…Obama himself. « Follow the money » demeure le socle de toute démarche de critique externe de l’actualité.

Outre qu’Amnesty ne peut, à partir de ses financements, être considérée comme une ONG « neutre » dans sa critique de la Chine, qu’avons-nous pu déjà montrer ?

D’abord que la politique chinoise pratique la censure. Il ne faut pas être grand enquêteur pour en faire la preuve : un simple VPN suffit. Les contenus politiques ou sociétaux pouvant déplaire au pouvoir (et/ou à une majorité populaire conservatrice) sont censurés (comme la page en chinois sur la Chine d’Amnesty ou des contenus LGBTI) et ce, indépendamment, de leur qualité ou de leur degré de vérité – depuis des contenus vérifiés jusqu’aux fake news. On l’explique aisément : quel que soit le degré de vérité d’une information, ses effets, eux, seront bien réels. Par exemple, lorsque tout peut être dit sur le coronavirus, une chose et son contraire, des comportements irrationnels, dangereux, des pensées complotistes ou simplistes émergent naturellement. Faire le choix d’un contrôle renforcé de l’information n’est certainement pas une position que moralement je soutiens mais la censure est, malgré tout, le résultat d’un choix de société rationnel (c’est-à-dire correspondant aux objectifs de la Chine – ne fût-ce que pour se protéger). Il appartient au peuple chinois de lutter contre la censure, s’il le souhaite – et seulement s’il le souhaite (comme en dénonçant Weibo qui, en 2018, avait fait marche arrière sur les contenus LGBTI).

Nous avons également vu que certaines formulations d’Amnesty étaient explicitement à charge, comme lorsque l’information concernant le déblocage des contenus LGBTI par Weibo est présenté comme une « preuve de censure » et non comme le résultat de dynamiques sociétales allant vers l’ouverture. Amnesty manque en outre radicalement de précautions (et c’est un euphémisme) lorsqu’elle affirme que la Chine a été à l’origine d’attaques informatiques en tout genre. Comme on l’a vu, l’attribution d’attaques telles celles dénoncées ne peut qu’être hypothétique…à moins d’une revendication. Les opérations sous faux drapeau sont ici majoritaires puisqu’il s’agit avant tout de cacher son identité. Enfin, Amnesty souscrit à une rhétorique de l’accumulation à travers la redondance de nombreuses dénonciations (redondance qui explique sans doute pourquoi ces affirmations ne sont pas sourcées, puisque les répétitions auraient alors été d’autant plus visibles). Ce faisant, elle crée un effet d’amplification qui participe d’une construction de l’opinion contre la Chine.

Dans le troisième épisode, de grands dossiers seront abordés lorsque nous explorerons les affirmations indirectement sourcées : système judiciaire subordonné au Parti Communiste, légalisation des détentions extrajudiciaires, sinisation religieuse, système de « crédit social » ou encore les « camps de rééducation » de Ouïghours au Xinjiang. Je vous encourage vivement à poursuivre ensemble cette enquête et à se retrouver lundi prochain.     

Relire la première partie du dossier

Merci à tous ceux qui m’ont aidé dans la rédaction de ce dossier…et surtout à mes informateurs sinophones. Merci aussi à tous ceux qui réagissent, en public ou en privé. Cet enthousiasme me pousse à prendre ce temps d’analyse.

Par défaut