Réactions

Vendre son pétrole en Yuans

Vendre le pétrole en Yuans et en assurer la convertibilité en or. Cet événement vous paraît anodin? Dites-vous qu’il annonce les plus grands bouleversements géopolitiques depuis un siècle. Espérons que l’animal blessé – les USA – ne s’accrochera pas à ses privilèges par la voie militaire (comme ils l’ont toujours fait) et que l’avènement d’un monde multipolaire se fera dans le respect de la souveraineté des peuples avec une émancipation qui se généraliserait. Restons attentifs, aussi, au système économique qui soutiendra ces changements. Aucune raison d’être optimiste sur ces différents points (notamment avec un risque de conflits mineurs exacerbés), mais aucune raison non plus, pour une fois, d’être plus pessimiste que ce que le contexte actuel nous incite à être.

Réaction à cet article

Par défaut
Réactions

Une interview impossible sur la Corée du Nord

– Alors, M. L’expert X, qu’est-ce que les Nations unies vont faire contre cette nouvelle provocation de la Corée du Nord?

– La menacer militairement et augmenter les sanctions économiques!

– Ah oui! Logique, je suppose que ça a été utile de telles mesures par le passé?

– En fait, pas vraiment.

– C’est-à-dire?

– Hé bien, les menaces militaires n’ont fait que renforcer Pyongyang dans sa conviction qu’il était en danger…

– Et les sanctions économiques?

– Elles affament le peuple.

– Donc, ça ne va rien changer?

– Ah si!

– Comment ça?

– Ça risque d’être encore pire.

– Il y aurait d’autres solutions?

– La voie diplomatique. Parler, même en secret. Arriver à un accord où chacun peut démontrer qu’il a gagné – comme les Belges font à chaque création de gouvernement​, quoi. Et puis, la fin des embargos et le respect de la souveraineté des États.

– Ils n’ont même pas essayé ça?

– Non, même pas.

– Mais si on laisse les Nord-coréens seuls, c’est de la non-assistance à personne en danger?

– Peut-être. Mais ces sanctions font encore pire, elles mettent en danger directement. Et puis, personne ici n’a prétendu que c’était pour le peuple qu’il y avait toute cette surenchère.

Par défaut