Analyses, Réactions

BONUS Chine – Que penser du documentaire d’Arte « Tous surveillés ? 7 milliards de suspects »

Bon, clairement, si je décidais de débunker tout ce qui se dit sur la Chine en ce moment dans nos belles démocraties occidentales, je serais occupé à temps plein. Et comme apparemment je suis pas trop trop financé pour rédiger le « Radis », vous comprendrez que je mette mes priorités ailleurs.

Pourtant.

Pourtant, il semble que le documentaire d’ARTE « Tous surveillés – 7 milliards de suspects », que vous pouvez visionner ici, vous a suffisamment marqués pour que j’en fasse un commentaire. Je ne serai ni aussi précis ni aussi complet que dans la série « Il est évident que la Chine ». Il y a des questions auxquelles je ne pourrai pas répondre, mais d’autres auxquelles je peux.

Un commentaire général d’abord : après avoir exploré la question de la surveillance dans les pays capitalistes occidentaux (essentiellement USA, Israël et France), le documentaire aborde le cas chinois et y dédie plus de la moitié du temps final. Fort bien.

Le documentaire me semble particulièrement bien disposé à l’égard des USA. Par exemple, sur les 1h30 de film, PAS UN MOT n’est dit quant au gigantesque programme d’espionnage global de la NSA, le fameux PRISM, qui avait été dénoncé par Edward Snowden. Entre-temps, ce dernier a dû trouver refuge dans un autre pays. Pour un docu censé parler de la surveillance globale, comment dire, c’est…surprenant. On y évoque le Patriot Act sous Bush junior, et la volonté de Trump d’user de la reconnaissance faciale dont le docu dénonce les failles qui touchent avant tout les personnes racisées (que le film appelle « personnes de couleur »). Certes, on y évoque aussi le projet Maven, qui utilise(ra) la mal nommée « intelligence artificielle » à des fins militaires. Mais sur PRISM, qui concerne la surveillance du monde entier, rien. Nada. Pourquoi ?

Israël est également présenté sous un jour ultra favorable. Le pays y est décrit comme subissant les assauts du terrorisme depuis sa naissance…sans jamais envisager que, peut-être, c’est une nation dont le gouvernement est lui-même terroriste, raciste et s’est rendu coupable des pires crimes imaginables depuis son indépendance, le tout en s’essuyant allègrement sur pas moins de 34 résolutions de l’ONU (il y en a peut-être eu plus depuis cette source, btw).

En France, le documentaire évoque le cas de Nice qui, après les attentats, aurait décidé de miser elle aussi sur la reconnaissance faciale. Pour ce faire, elle adopte une technologie israélienne (pourquoi s’embarrasser de la morale de nos fournisseurs, n’est-ce pas ?) Il y est aussi fait référence à une base de données centrale, le fichier TES, qui regroupe l’ensemble des données d’identité et biométriques des Français. Un premier pas vers une surveillance tout à fait analogue à celle dénoncée dans la seconde partie du film.

Point commun entre les USA, Israël et la France ? Le business. Car c’est bien là l’intérêt des sociétés capitalistes : faire de l’argent. Et la peur y mène très efficacement. Ainsi, la multinationale française Thales, active dans tous les sales coups, est citée, tandis qu’à la tête de l’israélienne Anyvision on retrouve Tamir Pardo, chef du Mossad, les services de renseignements israéliens. De magnifiques partenariats publics-privés, sur fond d’agences d’espionnage. Joli programme. Des partenariats dont vous aurez sans doute remarqué qu’il s’agit toujours pour le public de financer le privé et jamais le contraire ! Sacrés « partenariats ».

Problème : la liberté économique, c’est-à-dire la capacité à entreprendre sur le marché de son choix – ici celui de la peur – pour faire du profit, entre directement en collision avec une valeur au fondement même de nos sociétés occidentales : la liberté individuelle. Liberté économique VS liberté individuelle. Au plus il y aura de la peur, au plus il y aura de chance que nous acceptions de rogner sur nos libertés.

Le cas chinois est fort différent. La valeur morale qui gouverne le pays est l’égalité, qui se traduit par la préséance du collectif sur l’individu. De plus, le système économique chinois, différent du capitalisme occidental, n’oblige pas à faire du profit. L’élaboration d’outils de surveillance massive trouve une origine tout à fait différente de celle du capitalisme occidental. Est-ce que ça le rend plus moral ? Aux yeux des Chinois, sans doute, puisque ça n’entre pas en collision avec les valeurs communément partagées.

Venons-en justement à la Chine.

Sur fond de musique inquiétante, le documentaire d’ARTE rabâche en fait les mêmes informations qui tournent en boucle depuis des mois dans les médias occidentaux, sans apporter de source supplémentaire. Dedans, il y a du vrai, du presque vrai, du complètement faux. Il y a de tout et je vais essayer de faire le tri pour vous. Comme on pouvait s’y attendre, ce sont principalement deux dossiers qui sont ouverts : le système de crédit social d’un côté, celui de la « répression » des Ouïghours de l’autre.

En introduction, ARTE explique qu’en matière de technologies, la Chine profite d’un marché fermé à la concurrence. Sauf que ce n’est pas du tout quelque chose de propre à la Chine, j’ai montré dans mes articles précédents combien les entrepreneurs de la Silicon Valley étaient à la solde du gouvernement US.

Il y est aussi dit qu’un secrétaire du parti devait être présent dans toute entreprise de plus de 50 personnes. Soit, c’est quelque chose que je ne prendrai pas le temps de vérifier, mais pourquoi pas. S’il s’agit, par exemple, de s’assurer que l’entreprise poursuit un objectif de bien commun, je ne vois pas le problème à une telle présence (cohérent du reste avec un système communiste).

Rappelons que le paradoxe fondamental du capitalisme est de courir deux lièvres à la fois qui souvent appellent des actions contradictoires : assurer un bien ou un service ET faire du profit. Le paradoxe est évident en ce qui concerne tous les besoins fondamentaux. Imaginez : si je veux que ma population ait un bon service de transports en commun, je dois augmenter la fréquence des trains, leur taille, leur confort, etc. Autant d’aspects qui s’opposent directement à ma capacité d’en tirer un profit financier. Imaginez : si je veux que ma population ait un accès large aux médicaments, je dois investir dans la recherche, diminuer les coûts des médicaments, etc. Autant d’aspects qui s’opposent directement à ma capacité d’en tirer profit. Vous avez compris le principe et vous pourrez maintenant l’adapter à l’agriculture, aux télécommnications, au besoin de se vêtir, etc.

Sur le crédit social, c’est essentiellement la ville de Rongcheng qui est prise en exemple. Le fait qu’un lieu en particulier soit donné en exemple ne m’étonne pas. J’ai eu l’occasion d’expliquer en commentaire de cet article qu’il me semblait en effet que le système de crédit social, en version d’essai, est implémenté différemment selon les districts, pour évaluation. Dans le documentaire, Lin Junyue, l’un de ses théoriciens d’après Wikipédia, nous expose sa façon d’envisager cette technologie. Par exemple, il explique que le contrôle de tous par tous est un bon moyen d’éviter par anticipation des comportements inciviques et, par conséquent, d’avoir à sanctionner – une alternative à l’emprisonnement en somme en prévenant les délits. Un principe qui me ramène à mes premières années de doctorat, quand je découvrais la surveillance généralisée entre les contributeurs de Wikipédia

Personnellement, cette argumentation ne me convainc pas. Attaché aux valeurs occidentales de vie privée et de liberté individuelle, la concession à faire au nom de la sécurité me paraît bien trop grande. Et c’est aussi ce que je dirais au maire de Nice ou à Donald Trump. Ainsi, les « performances » de l’artiste Ge Yulu, qui fixe « dans leurs yeux » les caméras de surveillance, m’ont plutôt intéressé et amusé. En revanche, je continue de penser qu’il faudrait que l’opposition à ce « traçage » soit majoritaire pour qu’il soit légitime d’en changer. Si les Chinois trouvent ça très bien, qui suis-je pour leur dire que penser ?

Vient ensuite le témoignage d’un réfugié ouïghour en France, Bextiyar Tursun. Ce qu’ARTE ne dit pas, c’est qu’il est réalisateur de films et se présente sur son CV, à la ligne « nationalité », comme « Ouïghour de Chine ». Imaginez que vous vous présentiez « Breton de France » ou, un peu d’humour connaissant bien le séparatisme flamand, « Flamand de Belgique » ?

Mm, quand on a vu dernièrement la géopolitique du séparatisme ouïghour, on comprend qu’on n’est pas face à n’importe qui, mais à un homme qui porte un projet politique. Pourquoi pas, d’ailleurs. Il fait ce qu’il veut, de mon point de vue. Mais si ce projet politique est celui du séparatisme, alors il se positionne très clairement contre l’intégrité du territoire chinois et il n’est pas étonnant que l’État chinois y voie, quant à lui, un problème

Bref, Bextiyar Tursun explique que non seulement les caméras de surveillance les poursuivaient partout mais que la police disposait, en plus, de capteurs sonores pouvant enregistrer à distance ses conversations. Lorsqu’il voulait parler politique (séparatisme ?) avec ses amis, il allait dans les montagnes. Et c’est là que moi, j’aurais voulu qu’on nous rappelle que Google et co ne se gênent pas pour nous mettre constamment sur écoute également (allez, un ptit lien vers Foxnews, ça n’a pas de prix et ça encouragera peut-être l’un ou l’autre d’entre vous à faire aussi un travail de debunk si nécessaire et à le poster en commentaire !). Avec d’autres objectifs sans doute, mais le résultat est similaire. Et si vous posez problème politiquement, on s’en servira contre vous également, toute démocratie que nous sommes #Assange. Pas sûr par contre que si Tursun avait son smartphone dans les montagnes, il aurait été si bien protégé.

Comme on pouvait s’y attendre, le terrorisme islamiste dans le Xinjiang est tourné en dérision, nié par ARTE qui relaie l’hypothèse de tensions inter-ethniques et de manifestations « durement réprimées par la police » mais pour lesquelles les images bizarrement manquent. Je vous encourage à regarder le documentaire de CGTN sur le même sujet et de comparer les deux versions. Les attentats ne seraient donc que des « prétextes » pour le gouvernement chinois. ARTE nous explique alors que Xi Jinping appelle à « lutter contre le terrorisme » en « usant des outils de la dictature ». ARTE est particulièrement malhonnête ici en taisant le fait qu’il faut comprendre le mot « dictature » au sens chinois du terme, tel qu’il est exprimé dès le préambule de sa constitution, et non dans le sens occidental du terme.

Qu’à cela ne tienne, la musique inquiétante continue et vient le clou du spectacle, le moment-frisson. Les journalistes arrivent à convaincre (Dieu sait comment) un chauffeur de taxi ouïghour de leur parler politique. Il a son smartphone en main et semble ne pas se préoccuper des risques qu’il prend. Les journalistes non plus, peu au fait de la protection des sources, au mépris total des bases les plus élémentaires de leur profession, ils l’interrogent…alors qu’ils ont précédemment essuyé nombre de refus plus tôt. Ce taximan leur promet de les conduire le lendemain devant le « camp de rééducation » dans lequel serait enfermé son père. Un scoop incroyable, n’est-ce pas ?

Sauf que, pas de chance, il était sur écoute ! Le lendemain, il a disparu et les journalistes reçoivent un message de quelqu’un qu’ils ne connaissent pas, qui leur dit que le chauffeur en question est interrogé par la police mais qu’on va quand même leur trouver quelqu’un pour les conduire devant le centre. Pas inquiets pour un sou, nos deux Tintins croient tout le monde sur parole, font confiance à la voix entendue au téléphone, se rendent compte qu’ils sont suivis mais montent quand même dans la voiture qui est là pour eux et s’en vont faire le tour dudit centre, OKLM.

C’est quoi cette blague ? Il y a tellement d’incohérences dans ces séquences que j’en suis tout déstabilisé. Comment ont-ils rencontré ce chauffeur ? Pourquoi ne pas avoir été inquiet pour lui plus tôt ? Comment ont-ils entamé la conversation avec lui ? Sur quelle base ont-ils fait confiance à la voix qui leur a parlé et qui ne pouvait être que de la police chinoise ? Pourquoi n’ont-ils pas été surpris que ce Ouïhour leur parle aussi librement ? Pourquoi ne nous donnent-ils pas des nouvelles du chauffeur ensuite? Qu’est-il devenu de lui? Etc. Il n’y a absolument rien qui va dans cette séquence à la OSS 117.

Ah, les camps de rééducation ! Les fameux ! Le doc d’ARTE à cet instant s’empresse de répéter le chiffre des « 1 million de personnes, 1/10 de la population ouïghoure » enfermées, chiffre dont on a suffisamment dit qu’il ne renvoyait à aucune source sérieuse. De ces camps, peu arrivent à s’enfuir…mais nos talentueux journalistes ont « réussi à en rencontrer l’une d’entre elles » (sic). Là, vous vous dites que ça a dû être difficile, le fruit d’une longue enquête, n’est-ce pas, pour avoir « réussi » à la rencontrer ? Ou alors c’est parce qu’elle est une star, qui a sa propre page Wikipédia, laquelle page à la rubrique « China’s reaction », donne une série d’informations contredisant frontalement ses affirmations et donnant, apparemment, les preuves de ses mensonges. Vous avez envie de, vous aussi, faire du fact-checking ? C’est le moment et l’instant !  

En tout cas, le témoignage de Mihrigul Tursun (oui, elle s’appelle aussi Tursun) contredit clairement les documents pourtant confidentiels qu’avait pu se procurer l’ICIJ et que j’ai analysés en détails dans cet article, notamment sur le traitement des détenus-étudiants, sur l’hygiène, la qualité des infrastructures, etc. Soit elle n’y est jamais allé (c’est ce qu’affirme la Chine), soit elle est très mal tombée. 

Le témoignage qui suit est celui de Sophie Richardson. Elle ne nous est pas inconnue puisqu’elle appartient, elle aussi, à la grande constellation des ONG dont j’ai eu l’occasion de déconstruire les pratiques dans l’épisode 4 sur la Chine. En effet, Richardson est la directrice « Chine » de Human Rights Watch, une ONG très largement financée par George Soros, de l’Open Society Foundation. Ce petit monde s’entend à merveille. Ce qu’elle dit dans le film entre en contradiction avec ce que dit la loi chinoise sur le respect des identités et que j’ai eu l’occasion, une fois encore, d’expliquer dans l’épisode de ma « série chinoise ».

C’est aussi HRW qui serait derrière la rétro-ingénierie de l’app de la police chinoise, centre névralgique de la « dictature numérique totalitaire », laquelle nous est donnée à voir grâce à Baptiste Robert, un hacker français qui aurait lui aussi réussi à se procurer l’app (mais on ne comprend pas pourquoi il a fait le taf une seconde fois). Ce qui est pratique quand il nous le montre, c’est qu’ils ont fait le choix de tout traduire en anglais (ou alors les policiers chinois l’utilisent en anglais aussi, mais ça ne serait pas très « raccord » avec leur obsession pour le putonghua). Apparemment, ce serait grâce à cette app « qu’on » décide qui sera enfermé dans les camps (un humain ou l’IA directement, nul ne sait). Si quelqu’un sur Twitter peut faire appel à Elliot Alderson (@fs0c131y), aka Baptiste Robert, pour nous éclairer, j’en serais ravi. Moi j’ai quitté Twitter il y a un moment déjà.

À 1h23, les journalistes affirment carrément « qu’une » vidéo « anonyme » sur Youtube « ne laisse pas de place au doute quant à l’ethnocide culturel ouïghour mené par le gouvernement chinois ». Une vidéo anonyme, qui n’est pas authentifiée, qui présente des images qui auraient pu être tournées partout, avec des personnes pouvant autant être ce qu’on dit qu’elles sont que des prisonniers de droit commun. Une vidéo qui n’expose rien d’autre que des hommes menottés et à genoux est supposée être une preuve irréfutable de « l’ethnocide culturel ouïghour » ? Ce n’est vraiment pas du travail journalistique sérieux.

Pourtant, ça n’empêchera pas le dernier témoin de ce documentaire-mascarade, Alain Wang, de comparer ces centres aux camps de concentration nazis. Il fallait bien que le point Godwin tombe à un moment. Et, au fait, qui est Wang ? Alain Wang est présenté par le documentaire comme un « sinologue », mais il est en fait un businessman, conférencier, passionné de tout ce qui concerne le « luxe » et la « richesse en Chine », coach en « autonomisation du potentiel humain » – quelqu’un qui vous aide à devenir riche, quoi (ça ne s’invente pas !) Effectivement, je conçois que son parcours soit peu en phase avec le concept de collectif.

Au terme de cette analyse, j’ai l’impression d’avoir perdu mon temps. Une journée supplémentaire, une de plus, à me confronter à la faiblesse de ce journalisme-là, un journalisme qui sait ce qu’il veut trouver avant même de commencer ses recherches, un journalisme qui occulte tout ce qui ne va pas dans son sens. C’est d’ailleurs le seul moment où il démontre sa capacité à un systématisme rigoureux.

Par défaut

9 réflexions sur “BONUS Chine – Que penser du documentaire d’Arte « Tous surveillés ? 7 milliards de suspects »

  1. jf dit :

    Je salue cet article et les précédents pour le positionnement et la recherche. Merci à l’auteur pour son énergie et son travail !

    En relisant les sujets du blog, je perçois une habitude de déconstruction systématique de différents médias. Production de film, reportage sur Arte, ONG, tendances journalistiques sur la chine, nouveaux projets, etc.

    Cela peut être troublant pour le commun des mortels qui ne sachant plus vers quel média se tourner préfèrera se détourner totalement de l’information. C’est sans doute nécessaire mais aussi un paradigme. L’objet d’un blog comme celui-ci étant évidemment de proposer une lecture alternative, ne serait-il pas intéressant de proposer dans un prochain article les sources ou médias qui semblent pertinentes à l’auteur dans le contexte actuel ? Une recherche toute aussi approfondie et objective sur la qualité journalistique des médias alternatifs ? Un top 10 ?

    En ce qui concerne le positionnement sur Arte, attention peut être à ne pas tomber dans les raccourcis pouvant laisser penser que Arte a produit ce reportage dans un cadre particulier de propagande, d’intérêt ultérieur, de financement, etc. Peut être – peut être pas. La qualité du reportage ne veut pas dire qu’il y a machination. On pourrait penser que l’auteur essaye de dire qu’il y a une ligne éditoriale manipulée dans le reportage par l’intermédiaire de manquements comme Prism ou la consécration d’Israel. C’est un peu le serpent qui se mort la queue, si ce n’est pas prouvé et objectif, le sous-entendu risque de rattraper la qualité journalistique d’Arte.

    Ainsi, l’absence de Prism, n’est peut être plus/pas un sujet qui mérite d’y consacrer du temps au regard d’autres tendances ou pays actuellement actifs sur le sujet. L’évocation d’Israël dans la sécurité informatique est une information peut connue du grand public (contrairement à Prism) mais très connue dans le monde professionnel. Les « louanges » évoquées me semblent assez exagérées, je dirai que le reportage se moque justement de cette arrogance et laisse le spectateur tirer ses propres conclusions sur ce « paradigme » de la sécurité en Israël. Le discours des intervenants sur la sécurité d’Israël ou la sécurité de Nice laisse planer un malaise que l’on ressent assez bien dans le documentaire – par l’inconsistance des personnes interrogées – qui représentent pourtant des personnes au premier plan de ces problématiques.

    En ce qui concerne la Chine, on peut reprocher l’amateurisme de terrain effectivement. Je crois que l’essentiel était surtout de faire prendre conscience à quel point la surveillance est exploitée activement (comme chez nous) mais cette fois dans une dimension d’acceptation ou d’imposition dans d’autres cultures. C’est intéressant de voir chez nous les débats liés au « contact tracing » qui n’auraient pas lieu d’être en Chine. Les raisons sont longuement évoquées dans les articles précédents qui révèlent les différences profondes entre les « régimes ». Quand il est dit « qui suis-je pour juger ». La question du documentaire se pose peut être alors de manière introspective et non critique de la Chine. L’objectif étant de réveiller sur les enjeux et les tendances étatiques qui retrouvent dans la surveillance numérique une tentation jusqu’ici jamais imaginée.

    En espérant que cela puisse participer à la réflexion.

    J'aime

    • Bonjour Jf,
      Un tout grand merci pour votre message, aussi constructif qu’intéressant. Merci aussi pour les encouragements.
      Oui, je me rends bien compte que déconstruire de façon systématique ces articles et médias peut être très déstabilisant et mener à une impression que « plus rien ni personne n’est crédible ». Le résultat pourrait être pire que mieux : décourager l’acquisition de nouvelles connaissances, ou alimenter la suspicion et le plus ridicule des théories du complot.
      Toutefois, je refuse catégoriquement de faire un « top 10 » ou même de lister des médias qui me paraîtraient pertinents et ce pour plusieurs raisons. Un média peut publier régulièrement de très bonnes analyses…et puis se planter une autre fois ! Il est aussi nécessaire, à mon avis, de s’alimenter à des sources différentes, et même opposées à ses propres valeurs (vive les journaux « de droite » en ce qui me concerne !) Quand on pense qu’une source est « de qualité », on endort son esprit critique. C’est tout ce que je déteste, par exemple, dans le Decodex que j’appelle « cimetière de l’esprit critique ». Ce que je veux, c’est donner les clefs aux lecteurs pour procéder eux-mêmes à leur propre analyse. C’est pour ça que je passe autant de temps, notamment dans ma série sur la Chine (mais aussi dans mon article sur la zététique) à donner des outils d’épistémologie. On n’est pas obligé de toujours tout analyser en détails comme je le fais. Quelques clefs suffisent souvent, un ou deux petits checks sur Wikipédia, etc. Des réflexes rapides qui disent beaucoup et qui nous rendent notre indépendance.
      Si je donne l’impression de laisser penser qu’ARTE fait de la propagande intentionnelle, j’en suis désolé. Je ne le crois pas. Je pense que c’est le résultat de processus inconscients, d’un cadrage bien particulier de l’immense majorité des journalistes mainstream et de toute une série d’éléments conjoncturels (notamment le temps disponible pour faire son travail, le déficit en matière de culture générale, la fin du rubriquage, etc.) qui expliquent, plus que la censure ou la propagande (qui doit exister mais elle n’est même pas nécessaire), pourquoi on arrive à un tel niveau de médiocrité (c’est une opinion, bien sûr). Dans le cas de PRISM, l’absence me semble tout à fait inconcevable…mais je serais bien en peine d’en affirmer les raisons. Pareil pour cette séquence grotesque avec le chauffeur de taxi : est-ce que le chauffeur les a manipulés pour faire valoir sa cause ouïghoure ? Les journalistes sont-ils dans le coup ? Sont-ils juste naïfs et incompétents ? La police chinoise a-t-elle monté ce coup ? Nous ne saurons sans doute jamais.
      Je suis d’accord quant au fait que le montage est plutôt sarcastique quant aux intervenants israéliens et niçois. Ce qui m’a dérangé, comme je le dis dans l’article, c’est le fait de présenter Israël, malgré tout, dans le camp du « bon », sans contextualiser, sans rappeler, même en quelques mots, son histoire et son actualité criminelle et illégale au regard du droit international. Ça ressemble ici à la taquinerie à destination d’un ami – contrairement au traitement de la Chine qui elle pointe du doigt l’ennemi. Mais je conçois qu’on puisse le ressentir différemment – pour le coup, ça appartient aussi à l’opinion du récepteur.
      Encore merci pour votre commentaire.

      J'aime

    • Je ne sais pas si vous êtes effectivement Bextiyar Tursun. Si c’est le cas, et bien qu’il me soit impossible de le vérifier, j’aurais voulu savoir si, comme je le suppose dans l’article, vous militez pour le séparatisme? Êtes-vous par ailleurs lié au World Uyghur Congress? Et, enfin, n’avez-vous pas peur d’être instrumentalisé par des puissances étrangères, à commencer par les USA qui financent massivement le séparatisme ouïghour?

      J'aime

  2. En fait vous n’avez rien compris au documentaire ! A aucun moment Israël ou la ville de Nice ne sont présentés comme étant dans le camp du bien. Le documentaire alerte sur les dangers grandissants que représentent les moyens de surveillance pour les libertés individuels. Un simple fact checking vous aurait permis de connaître le sort de nombreux ouïghour en exil à l’étranger, dont les familles subissent des répercussions s’ils s’expriment contre le régime chinois. Je vous invite à vous documenter et à modifier l’article. Dans votre CV il est écrit « recherche d’information » parmi les compétences, mais vous ne recherchez en fait rien du tout.

    J'aime

    • Frank, POTY dit :

      Ce qui fait la qualité d’un bon reportage, c’est la capacité à prendre de la hauteur, notamment en contextualisant le sujet traité. On ne peut pas dire que les journalistes d’ARTE se soient bcp encombrés de de ce type de préoccupation, contrairement à M. Watelet dans sa série d’article sur la Chine. C’est dommage, cela aurait évité un sentiment désagréable de parti pris. Des sources occidentales parlent d’au moins 12.000 combattants Ouïgours ayant combattu dans les rangs de Daesh. Quand on voit le problème que pose le retour des quelques centaines de ces charmants « citoyens » sous nos contrées, imaginez quelques milliers au Xinjiang … Il est d’ailleurs cocasse, à la vision du documentaire vers 1h02’… à quel point ces images rappellent le traitement des Palestiniens passant les frontières hyper sécurisées (et humiliantes) d’Israël … Le même Etat d’Israël présenté comme étant confronté au terrorisme depuis 60 ans alors qu’ils en sont l’instigateur et qu’ils perpétuent un régime d’apartheid depuis lors. Non, Monsieur Reboots, Israël et Nice ne sont pas présentés comme étant dans le camp du bien, mais en filigrane, ne fut-ce que par le fait de consacrer + de la moitié du reportage au cas chinois, s’impose quand même une certaine vision manichéenne des choses.

      Aimé par 1 personne

  3. Maxime Regnier dit :

    Merci pour le bonus !
    Vous ne faites qu’effleurer le sujet du crédit social, mais vous m’avez déjà prévenu que ça ferait l’objet d’une analyse beaucoup plus poussée, et certainement d’un article. Je m’en réjouis.
    Pour ma part, j’ai ressenti le documentaire comme critique envers la sécurité à Nice et en Israël. Il est vrai cependant que cela fait figure d’introduction, de mise en bouche, de « Attendez, vous n’avez encore rien vu », tellement la partie consacrée à la Chine est plus longue et « chargée ».
    Vous parlez de « journalisme qui sait ce qu’il veut trouver avant même de commencer ses recherches », ça résume parfaitement leur travail, à mon sens.
    J’aurais aimé aussi que le documentaire parle du financement de Anyvision, de comment Le Pentagone ponctionne l’argent des contribuables nord-américains à de telles fins, etc. Mais peut-être n’est-ce pas tout à fait le sujet.
    Content que le film soit passé sous votre loupe, malgré ce qu’il vous en a coûté…

    J'aime

  4. Pingback: Il est évident que la Chine. (5) | Le blog du radis

Répondre à Bextiyar Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s